Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

139 - 2003, DAC 36 - Approbation du principe de réalisation de travaux de sécurité et de conservation du bâtiment des "Frigos" (13e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention de mandat de maîtrise d'ouvrage avec la R.I.V.P.Vœu déposé par le groupe "Les Verts" concernant la réalisation d'ateliers d'artistes sur le site des Frigos (Z.A.C. "Paris-Rive gauche).Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif à la gestion des bâtiments des Frigos

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DAC 36 relatif à l'approbation du principe de réalisation de travaux de sécurité et de conservation du bâtiment des "Frigos" (13e), auquel les v?ux référencés n° 26 et n° 27 dans le fascicule sont rattachés.
La parole est à M. BLET.
M. Jean-François BLET. - La bataille qui a été menée par les artistes pour préserver ce site emblématique de l'Est parisien a consisté non seulement à sauver les frigos, mais à sauver également des ateliers d'artistes qui avaient pris place dans des petits bâtiments autour des frigos et l'espace public intermédiaire où expositions, fêtes et animations culturelles pouvaient se succéder. La S.E.M.A.P.A. a accepté de restituer les surfaces de ce qui s'appelle "Mitjaville" dont les bâtiments avaient mystérieusement fait l'objet d'un incendie. Ainsi que cela s'est déjà malheureusement trop souvent produit dans nombre d'opérations immobilières. Deux bâtiments sont prévus sur une première parcelle de 2.600 mètres carrés puis sur une deuxième de 1.400 mètres carrés.
L'objet du voeu et le souhait des artistes est que la S.E.M.A.P.A. renonce de faire des ateliers logements au profit d'ateliers simples conformément à la politique développée par notre adjoint à la culture. Beaucoup trop d'ateliers dans Paris sont devenus des ateliers logements puis de charmants logements duplex que les bo-bo apprécient particulièrement. Cela au détriment des lieux de création pour les artistes.
Les artistes ensuite souhaitent que ces ateliers leur soient livrés bruts de béton. Pourquoi ? Parce qu'en fonction de la pratique artistique, on n'aménage pas de la même manière un atelier de sculpteur qui, de préférence, doit prendre place au rez-de-chaussée, qu'un atelier de verrier nécessitant un four, etc...
Attention, brut de béton ne veut pas dire qu'ils veulent se retrouver sur un sol de béton, sans eau, ni électricité, ni toilettes. Cela suppose tout de même un aménagement minimal. Mais ils souhaitent pouvoir, en concertation avec les services de la Ville et l'adjoint à la culture, choisir les types d'aménagements qui correspondent à une pratique artistique spécifique.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Présentez le voeu n° 27 également.
M. Jean-François BLET. - Le voeu n° 27 est relatif au nouveau mode de gestion qui se va se mettre en place pour les frigos. Le souhait des artistes est que cette gestion puisse s'effectuer en partenariat entre le délégataire puisqu'il y aura délégation de service public et les représentants des occupants. Il formule également le voeu que les projets culturels et artistiques des frigos soient impulsés par les seuls occupants des lieux, en toute autonomie disent-ils, sans refuser bien sûr une éventuelle collaboration avec les services de la Ville ou la mairie d'arrondissement.
Il faut leur reconnaître leur légitimité dans ce domaine. En l'espace de plus de 10 ans, avec les visites, les portes ouvertes, avec les fêtes qu'ils ont organisées, ce sont plusieurs centaines de milliers de personnes qui se sont rendues dans un endroit qui était particulièrement déshérité à l'époque et dont ils ont fait un lieu emblématique de la création sur Paris.
Je ne puis que me réjouir que la Ville de Paris et que notre majorité aient permis à ces frigos de se développer et de se maintenir. C'est une excellente nouvelle.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - En ce qui concerne le voeu n° 26, il s'agit de réaliser un programme d'ateliers en complément des frigos en réalisant un centre d'animation aux niveaux inférieurs. Les études ont été engagées par la S.E.M.A.P.A. avec l'excellente architecte Mme Edith GIRARD. Des réunions de concertation ont eu lieu avec les associations du 91, quai de la gare et un dossier leur a été transmis à l'automne 2002. Les surfaces d'atelier proposées par l'architecte sont de 2.878 mètres carrés auxquels s'ajoute un espace d'exposition de 264 mètres carrés.
Mais l'ensemble des surfaces en cours d'études, à proximité des frigos, notamment en incluant le projet Berger, dépassent 4.000 mètres carrés pour les ateliers d'artistes. La discussion doit se poursuivre avec les associations pour s'engager dans le montage financier opérationnel de façon à limiter le niveau des loyers.
Laissons donc la concertation se poursuivre comme je l'ai demandé à la Direction des Affaires culturelles missionnée pour veiller à la mise en ?uvre d'une vraie concertation sous réserve de l'obtention des financements nécessaires. Je propose d'adopter ce voeu.
Je propose un amendement pour le voeu n° 27 qui serait rédigé ainsi : "La gestion locative"... on barre "des baux d'occupations"... "soit effectuée"... on barre "dans un souci"... "en concertation"... on barre "en partenariat entre les délégataires", et on continue par "avec les représentants des occupants".
Je répète la phrase ainsi amendée : "... souhaite que la gestion locative soit effectuée en concertation avec les représentants des occupants".
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je vais mettre aux voix le v?u amendé.
Vous l'acceptez, Monsieur BLET.
M. Jean-François BLET. - Oui, je l'accepte bien évidemment. Il faudrait tout de même qu'il y ait un interlocuteur désigné. Pour l'instant c'est l'Adjoint à la Culture mais il ne va peut-être pas s'occuper de la gestion locative pendant toute la mandature.
Donc la formulation "les délégataires" me parait plus judicieuse.
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Etant un élu local de proximité, je m'engage pleinement, corps et âme.
Cela dit, en effet, une personne plus spécifique sera désignée, ce qui est tout à fait souhaitable. Jean-François BLET a tout à fait raison.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 26 déposée par le groupe "Les Verts", avec un avis favorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u est adoptée. (2003, V. 96).
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 27 déposée par le groupe "Les Verts", amendée dans le sens indiqué par M. GIRARD.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u est adoptée. (2003, V. 97).
Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 36.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DAC 36).