Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

60 - QOC 2003-485 Question de Mme Brigitte MARIANI et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris relative à l'état de malpropreté croissant du 14e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


Libellé de la question :
"Le 14e arrondissement est de plus en plus sale. Ce constat est fondé sur les différents témoignages des habitants de l'arrondissement excédés par les dépôts d'ordures sauvages, les poubelles qui débordent, les squares remplis de détritus et les déchets, après le passage des bennes, jonchant des rues particulièrement empruntées, comme l'avenue du Général Leclerc, et d'autres moins fréquentées comme la rue de Châtillon.
Mme Brigitte MARIANI et les membres du groupe Union pour la démocratie française souhaitent connaître les dispositions qui doivent être prises afin que cesse cette situation difficilement acceptable."
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"Il convient tout d'abord de préciser que certaines prestations de nettoyage n'ont pu être réalisées au cours des dernières semaines, compte tenu du mouvement social existant actuellement au sein des services techniques de la Propreté et qui affecte particulièrement l'effectif disponible d'éboueurs dans le 14e arrondissement.
En effet, pendant cette période, la priorité est donnée aux collectes des déchets ménagers et des réceptacles de propreté, puis aux tâches de nettoiement des secteurs particulièrement sensibles de l'arrondissement. L'avenue du Général-Leclerc est ainsi traitée quotidiennement puisqu'elle est un axe très fréquenté, la rue de Châtillon quant à elle n'a pu bénéficier d'un tel traitement, mais n'est pas pour autant délaissée.
Par ailleurs, dans le cadre du projet de changement engagé au sein des services de la Propreté de Paris, l'un des volets de cette démarche a conduit à proposer aux arrondissements la signature de contrats d'objectifs, définis en liaison très étroite avec les élus locaux qui, mieux que quiconque, connaissent les réalités du terrain et les pistes de progrès à privilégier.
En ce qui concerne le 14e arrondissement, des contacts ont d'ores et déjà été pris par le responsable du service local de propreté, avec l'Adjoint au Maire du 14e, chargé des questions d'urbanisme et de propreté, pour entreprendre l'élaboration de ce document.
Un contrat d'objectifs devrait ainsi être proposé à la signature du Maire du 14e et du Maire de Paris avant la fin de l'été, suivant l'avancement des réflexions qui sont menées en concertation avec l'ensemble des acteurs concernés : habitants du 14e ou leurs représentants, élus, agents municipaux.
La mise en ?uvre concrète de ce nouveau mode de fonctionnement doit donc très vite permettre de mieux apprécier les forces et les faiblesses des prestations conduites et de mieux identifier les actions correctives à mener."