Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

99 - QOC 2003-479 Question de M. Christophe LEKIEFFRE et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris sur les véhicules mis à disposition des élus et des fonctionnaires de la Ville de Paris et l'effectif des chauffeurs affectés dans ce cadre

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


Libellé de la question :
"En début de mandature, M. le Maire de Paris annonçait une réorganisation du bureau des chauffeurs, afin de faire quelques économies en matière de gestion. Qu'en est-il à ce jour ?
Qui, mis à part un maire d'arrondissement, peut disposer d'un chauffeur attitré ?
Un maire renonçant à ce service, disposerait-il sur sa dotation de fonctionnement du maintien de cette ligne budgétaire et si oui, pourrait-il en disposer à sa convenance ?"
Réponse (M. François DAGNAUD, adjoint) :
"Dès son élection en mars 2001, le Maire de Paris avait fixé à 10 millions de francs par an soit 1,5 million d'euros l'objectif de réduction des dépenses de transports de l'Hôtel de Ville, ce qui a conduit le Service technique des Transports automobiles à réorganiser les moyens correspondants en créant deux pools de véhicules et conducteurs, l'un affecté au Conseil de Paris, l'autre, le pool administratif, à disposition de l'administration parisienne. Ce nouveau dispositif a permis une diminution importante du nombre de véhicules haut de gamme (dont 85 ont été supprimés) et une limitation du nombre des conducteurs.
Aujourd'hui, seul le Maire de Paris, les Maires d'arrondissement, et les Présidents des groupes politiques conservent véhicules et conducteurs attitrés, les membres de l'Exécutif parisien faisant appel aux services du pool du Conseil, les autres ayants droit (dont le Cabinet du Maire et le Secrétariat général) utilisant le pool administratif.
L'objectif précité a été atteint dès le début 2002 puis a été largement amplifié : l'économie constatée fin 2002 représente 2,3 millions d'euros.
L'année 2003 sera une année de consolidation de ces résultats. Il a été demandé au Service technique des Transports automobiles municipaux de veiller au maintien dans le temps de ces économies, mais aussi de concentrer son action sur une maîtrise des dépenses de transports des directions notamment en appliquant les mêmes principes de mutualisation de l'ensemble des moyens qui ont prouvé leur efficacité à l'Hôtel de Ville.
Enfin la réutilisation, par un maire d'arrondissement des sommes consacrées aux transports vers d'autres activités est tout à fait possible par redéploiements de ces crédits au sein de l'état spécial."