Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

107 - QOC 2003-503 Question de M. Richard STEIN et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris concernant le manque d'entretien des bordures du boulevard périphérique, en particulier dans le 17e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Nous passons à la question de M. Richard STEIN à M. le Maire de Paris concernant le manque d'entretien des bordures du boulevard périphérique, en particulier dans le 17e arrondissement.
La parole est à M. Richard STEIN.
M. Richard STEIN. - Ma question s'adresse à M. le Maire adjoint des espaces verts ou à l'adjoint chargé de la voirie.
Ma question concerne l'aspect des bordures du boulevard périphérique. Je pense que c'est bien ce qui a été transmis à la séance ? Bien que cette voie urbaine soit destinée à la circulation des automobilistes, espèce honnie, et voitures détestées par la ville, il n'en demeure pas moins que c'est un splendide ouvrage d'art et pour beaucoup d'étrangers, de provinciaux, cela constitue un premier contact avec notre Capitale.
Aussi je trouve navrant de voir le plus souvent les trottoirs, caniveaux et accès jonchés de détritus de toutes sortes, que ce soit Porte de Champerret, Porte de Clichy, ou Porte Maillot, par exemple.
De même, il est consternant de constater le peu de cas qui est fait de l'emprise d'espaces verts de chaque côté de la voie, qui sont passés en quelques mois de l'état de pelouses à l'état d'herbe à 50 centimètres de haut suivant les endroits.
L'état d'abandon est tel que des cabanes d'habitation permanentes ont pris place sous les échangeurs de la Porte Maillot, ce qui certes peut donner à ces espaces un côté folklorique mais qui me laisse perplexe en tout cas sur la responsabilité de la ville en cas de grave accident.
Pour en revenir au nettoyage des espaces verts, je voudrais vous demander si les bas côtés du boulevard périphérique vont enfin être entretenus et comment il se fait qu'ils semblent abandonnés depuis plusieurs mois ?
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole pour la réponse.
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Pour assurer le nettoyage d'équipements très spécifiques tels que le boulevard périphérique ou toute autre voie rapide ou souterraine, une structure opérationnelle a été créée en 1982 au sein des services techniques de la Propreté de Paris. C'est ainsi que la circonscription fonctionnelle est chargée de réaliser un nettoyage mensuel complet de ces ouvrages. Ces opérations ont lieu de nuit, au minimum une fois par mois après fermeture des voies à la circulation et consistent en un balayage des trottoirs, caniveaux, terre-pleins centraux et bretelles, lavage à eau sous pression des ouvrages et passages souterrains, enlèvements des objets gênants, désaffichage et dégraffitage.
Les boulevards périphériques sont nettoyés par la Direction de la Protection de l'Environnement pour ses parties minérales (parois de l'ouvrage, murets, écran phonique, etc.) et la Direction des Parcs, Jardins et Espaces verts pour ses parties végétales y compris le ramassage des détritus qui y sont déposés.
Les espaces verts situés sur les talus du boulevard périphérique intérieur de la Porte Dauphine à la Porte des Lilas sont entretenus sur marché, par l'entreprise "Lachaux paysage Conseil", depuis le 27 juin 2002, notamment dans le 17e arrondissement.
Cette dernière a été absorbée par une autre société au début de l'année 2003 ce qui a obligé la Direction des Parcs, Jardins et Espaces verts à interrompre l'exécution du marché jusqu'à sa régularisation par un avenant de transfert, conformément à la demande de la Recette générale des Finances.
Les ordres de service qui avaient été signés avant cette absorption ont permis un entretien régulier jusqu'en avril 2003.
Une intervention massive de l'entreprise sera aussitôt engagée, tant pour le ramassage des papiers que pour l'entretien des pelouses, dès que l'avenant de transfert aura été signé. Ce dernier devrait été présenté, prévisionnellement, à votre Assemblée à la séance du mois de juillet prochain.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Voulez-vous à nouveau réagir, Monsieur STEIN ?
M. Richard STEIN. - Je ne veux pas réagir au sens où vous l'entendez.
Je veux dire qu'effectivement, pour une fois, j'ai une réponse claire et précise.
Simplement ce qui n'était pas dans la question, et que j'ai rajouté, c'est qu'il y a un motif de réflexion : c'est la présence des habitations permanentes sous les arches de l'échangeur de la Porte Maillot.