Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

19 - 2 - Questions orales du groupe communiste. QOC 99-1007 Question de M. Henri MALBERG, Mmes Gisèle MOREAU, Martine DURLACH et des membres du groupe communiste à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, sur le dépistage du cancer du sein

Débat/ Conseil général/ Avril 1999


Libellé de la question :
" En réponse à une question orale posée par M. Henri MALBERG, Mmes Gisèle MOREAU, Martine DURLACH et les membres du groupe communiste, lors de la séance du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal, en date du 15 février 1999, M. le Maire de Paris a estimé que rien " ne fait obstacle à la poursuite d'une réflexion commune entre la Ville et la Caisse primaire d'assurance maladie de Paris sur les modalités d'organisation d'un dépistage " systématique et gratuit du cancer du sein chez les Parisiennes âgées de 50 à 69 ans. Ils s'en félicitent.
Dans certains départements où ce dépistage a été lancé, des effets très positifs sont enregistrés puisqu'il s'avère que les décès dus au cancer du sein y sont en recul de près d'un tiers. Pour atteindre ces résultats, il est cependant nécessaire de créer les conditions pour que le dépistage ne se limite pas aux femmes qui se livrent d'ores et déjà spontanément à un examen mammographique.
Pour réussir à sensibiliser les femmes qui ne consultent pas actuellement, il est indispensable de travailler notamment avec toutes les associations, en particulier avec les associations féminines et celles qui luttent contre l'exclusion.
La collectivité peut jouer un rôle essentiel pour tisser des liens entre les différents acteurs concernés par une telle opération et permettre de toucher largement le public des femmes.
Ce travail complexe prendra du temps et mériterait d'être entamé dès maintenant, de sorte à faciliter la mise en ?uvre future d'un dépistage dont le Département de Paris a souligné à sa manière le bien-fondé en adoptant un v?u le 15 décembre dernier.
En conséquence, M. Henri MALBERG, Mmes Gisèle MOREAU, Martine DURLACH et les membres du groupe communiste souhaitent que le Département de Paris établisse, sans attendre, des contacts avec les associations susceptibles de contribuer au succès d'un dépistage systématique et gratuit du cancer du sein dont la nécessité a été régulièrement soulignée par les Ministres de la Santé qui se sont succédés depuis 1994.
Ils demandent, en outre, à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de les informer de ses intentions en la matière. "
Réponse (M. Philippe LAFAY, vice-président) :
" La collectivité parisienne dispose d'un ensemble de structures de prévention et dépistage dont elle s'efforce, depuis plusieurs années, de redéfinir les missions afin qu'elles puissent répondre en priorité aux besoins des Parisiens les plus démunis.
Ces structures, composées de six centres médico-sociaux, issus des anciens dispensaires antituberculeux, regroupent également un service d'imagerie médicale, un service de prévention et de dépistage des tumeurs ainsi qu'un laboratoire d'analyses médicales.
Tous les Parisiens peuvent avoir facilement connaissance de leur implantation ainsi que des très nombreuses consultations de prévention spécialisées et gratuites qui y sont proposées. Des brochures sur chaque structure sont en effet disponibles, depuis le début de l'année 1999, dans tous les services sanitaires et sociaux de la Ville, ainsi que dans les mairies d'arrondissement.
Le dépistage des tumeurs est l'une des activités centrales de ce dispositif. Le dépistage du cancer du sein, notamment, est assuré par les consultations de gynécologie mises en place au centre Édison dans le 13e arrondissement, qui dispose d'un appareil pour réaliser les mammographies, au centre Figuier dans le 4e arrondissement et au centre Ridder dans le 14e arrondissement.
Comme le soulignent les auteurs de la question, il est important que les personnes, en l'occurrence les femmes, qui se trouvent en situation d'exclusion, bénéficient de consultations de dépistage et aient accès aux soins que leur état pourrait nécessiter.
Dès à présent, un dépistage gratuit du cancer du sein peut être proposé aux femmes qui consultent dans les centres médico-sociaux à la demande des associations connues pour leur action en faveur des populations en situation de grande précarité. Elles peuvent en particulier bénéficier d'une mammographie dans le service d'imagerie médicale du centre Édison et des consultations spécialisées du centre de prévention et de dépistage des tumeurs.
Cet effort d'ouverture de nos centres en direction des personnes et notamment des femmes les plus démunies, en liaison avec les associations caritatives et humanitaires, mérite d'être souligné et sera présenté au Conseil de Paris au cours d'une prochaine séance. "