Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DU 1 - Attribution de la dénomination définitive “rue Emilie du Châtelet” à une voie située dans le 13e arrondissement de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2007


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 1 relatif à l?attribution de la dénomination définitive ?rue Emilie du Châtelet? à une voie située dans le 13e arrondissement.

Monsieur COUMET, vous avez la parole.

M. Jérôme COUMET. - Une nouvelle fois, ?Paris-Rive gauche? et les possibilités offertes par la création de rues nouvelles nous permettent d?honorer la science, d?honorer des femmes, d?honorer des femmes de sciences.

La plus emblématique de ces femmes de sciences pour laquelle il vous est proposé de saluer la mémoire est bien évidemment Emilie du Châtelet. Une personnalité du siècle des lumières.

Une personnalité intelligente, femme passionnée, femme libre aussi.

Gabrielle Le Tonnelier de Breteuil, c?est son nom de jeune fille, est née le 17 décembre 1706. Sa vie fut un véritable roman.

Elle n?avait pas la réputation d?être d?une beauté extraordinaire, mais dès son enfance, chacun s?accordait à dire qu?elle rayonnait par son intelligence.

Je me permettrai cette seul remarque car les portraits qui subsistent d?elle à la différence des grands hommes de son époque sont souvent très différents les uns des autres. A croire que certains artistes se sont d?abord attachés à dépeindre sa forte personnalité.

Forte personnalité d?abord par sa soif d?apprendre.

Les langues d?abord : à 12 ans elle lisait, écrivait et parlait couramment l?allemand, le latin et le grec. Elle aimait la danse, jouait du clavecin, chantait l?opéra, faisait du théâtre et s?adonnait à l?équitation.

Elle fut introduite à la cour, si elle négligeait les sujets et les conversations faciles, c?était une femme d?élégance très attachée à sa garde robe, mais reconnue pour son esprit et son intelligence. Voltaire écrira : ?les goûts d?Emilie sont impeccables??. Elle désire tout ce qu?elle voit et son coup d??il est particulièrement vif?.

Ces propos doivent sans aucun doute se lire sous plusieurs angles. D?abord par son appétit de connaissance et de science avant tout.

Elle trouvait les services de professeurs qui venaient lui corriger la géométrie, l?algèbre, le calcul et la physique. Dotée d?une très grande capacité de travail, dormant peu, elle s?intéressa notamment aux travaux d?Isaac Newton et de Moreau de Maupertuis.

Ainsi, avant de disparaître, elle termina la traduction et le commentaire en latin et en français du premier livre des principes mathématiques et de la philosophie naturelle d?Isaac Newton : les principes.

Emilie du Châtelet croisa de grands esprits et ne fit pas que les croiser à l?image de la femme libre qu?elle a voulu rester. A 19 ans, elle épousa le marquis du Châtelet dont elle se sépara après avoir eu 3 enfants avec lui.

A 24 ans, elle eut pour amant le Duc de Richelieu qui l?encouragea notamment à prendre des leçons de mathématiques.

Chacun sait qu?elle partagea la vie de Voltaire. La passion qu?ils partagèrent ensemble fut aussi celle du travail de Newton que Voltaire avait découvert lors de son séjour forcé en Angleterre.

Quand Voltaire a eu maille à partir avec la police du roi, suite à la publication des ?lettres philosophiques?, ils se réfugièrent dans un château délabré à Cirey pour y passer une dizaine d?années consacrées à l?amour, au théâtre et à l?étude de la philosophie et des sciences.

Elle travaille notamment sur l??uvre de Newton bien sûr, mais le château de Cirey fut aussi le lieu où elle s?attacha à poursuivre, à démontrer les hypothèses de Leibnitz en faisant tomber une bille de plomb dans de l?argile molle à partir de hauteurs variables. Ce que nous appelons aujourd?hui ?l?énergie cinétique?.

Elle rencontra aussi le jeune et beau Chevalier de Saint-Lambert qui lui donnera une fille mais elle ne survivra pas à cet accouchement difficile. Son décès fut notamment à l?origine du départ de Voltaire pour Postdam à l?invitation du roi de Prusse.

J?arrête là, mais je souhaite ajouter quelques mots sur l?Institut qui porte son nom et que ne mentionne pas notre projet de délibération.

Un institut, créé en 2006, dont la vocation est ?le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et les genres? et plus généralement la volonté pour les universitaires femmes de rattraper les retards pris par la France en ces domaines.

Sa mise en place à l?Institut de France avait rassemblé le gratin des universitaires femmes, scientifiques, historiennes, philosophes.

Si je ne me trompe pas, cet institut domicilié, me semble-t-il, au Jardin des Plantes cherches des locaux.

J?espère que ce projet de délibération incitera à l?accueillir à ?Paris-Rive gauche?.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 1.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DU 1).