Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DPA 88 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant de transfert, de prestations complémentaires et d’augmentation de délai au marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage concernant la réhabilitation du Louxor, 170, boulevard Magenta - 53, boulevard de la Chapelle (10e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2007


 

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DPA 88 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant de transfert, de prestations complémentaires et d?augmentation de délai au marché d?assistance à maîtrise d?ouvrage concernant la réhabilitation du Louxor.

M. BLET s?est inscrit.

M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, le Louxor est une salle mythique de Paris, un petit bijou Arts déco oriental. Ouverte en 1920, elle fut fermée en 1987. A l?instar du grand Rex, le Louxor était à la fois une salle de cinéma et une salle de spectacle. Il y était programmé aussi bien des films de Meliès, des films soviétiques, américains, hindis ou égyptiens que des concerts de Dizzy Gillespie ou des galas de Gilbert Bécaud.

La Ville de Paris l?a fort heureusement rachetée pour la réhabiliter car le Louxor, c?est non seulement une salle chargée d?histoire mais également une architecture exceptionnelle. La façade Arts déco néoégyptienne, retour d?Egypte, pourrait-on dire pour l?insérer dans une continuité stylistique historique, est unique. Elle fut ainsi inscrite à l?inventaire des monuments historiques.

Or, le Louxor ne vaut pas seulement pour sa façade. Selon l?exposé des motifs du projet de délibération qui le reconnaît, c?est même repris dans l?acte d?engagement du marché public, les prélèvements réalisés dans le cadre de l?étude patrimoniale ont mis à jour des décors et des fresques couvrant les murs intérieurs de la grande salle de cinéma d?une grande qualité patrimoniale et historique.

Cette découverte a conduit le groupement, je cite toujours : ?A réaliser des études complémentaires, à organiser des réunions de travail et de négociation avec les services de l?Etat, DRAC et Architectes des bâtiments de France, ainsi qu?avec la Commission du Vieux Paris?.

Or, en dépit de la grande qualité patrimoniale et historique et du caractère unique de ces décors, qui est reconnu dans les termes mêmes du marché de ce projet de délibération, il y aurait nous diton - des projets qui viseraient à découper la grande salle en trois morceaux : clac, clac, clac !

Notre question : est-ce une rumeur fondée, infondée ? Est-ce que cela fait partie de ces ragots qui font parfois la vie politique et culturelle parisienne ? Voilà notre interrogation. Va-ton sacrifier la beauté et la valeur patrimoniale de cette grande salle, ou bien au contraire êtes-vous décidés à la préserver coûte que coûte ?

Monsieur le Maire, a priori une solution aurait été trouvée pour sauver Molitor et garder l?unicité de son architecture et de son organisation, il doit en être de même pour le Louxor, autre chef-d?oeuvre Arts déco parisien.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Pour répondre au clac, clac, clac ! Monsieur GIRARD ?

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Alors, comme Jean-François BLET connaît bien les problèmes d?acoustique, d?architecture et d?urbanisme, il ne lui a pas échappé que ce lieu n?avait pas été construit à l?époque dans les règles d?urbanisme d?aujourd?hui et que la Préfecture de police, dans sa grande sagesse veille en effet à ce que nous respections la tranquillité des riverains.

Cette grande salle mythique, qui n?était pas inscrite au contrat de mandature, le Maire de Paris a décidé de la sauver - il faut l?en remercier et nous féliciter de cette décision - parce que c?est le seul exemple d?architecture néo-égyptienne qui existe à Paris. Le projet pour lequel la mission cinéma a été mandatée prévoit que nous restaurions les salles en faisant une boîte dans la boîte ; c?est nécessaire à la fois pour permettre des diffusions de films dans de bonnes conditions et qu?en même temps il n?y ait pas de bruit vers l?extérieur et les immeubles voisins. Il y a bien trois salles de cinéma prévues.

La rumeur est la suivante et le bon ragot est le suivant : trois salles : une grande en haut et deux salles en sous-sol. Voilà, je ne sais rien d?autre que ce ragot-là, pour reprendre les mot de M. BLET !

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 88.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DPA 88).