Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, SGRI 21 - DAC 252 - Apposition d’une plaque commémorative en hommage à Anna Politkovskaia, Hall d’accueil de la Maison des Journalistes, 35, rue Cauchy (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2007


 

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Chers collègues, nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération SGRI 21 - DAC 252 relatif à l?apposition d?une plaque commémorative en hommage à Anna Politkovskaia, Hall d?accueil de la Maison des Journalistes.

Madame BAUD, vous avez la parole.

Mme Dominique BAUD. - Monsieur le Maire, chers collègues, je ne peux bien entendu qu?approuver cet hommage rendu à Anna Politkovskaia, journaliste russe, assassinée alors qu?elle défendait les Droits de l?Homme et la liberté de la presse.

Je voudrais aussi profiter de ce projet de délibération pour vous dire que, si j?approuve cet hommage, je voudrais aussi que nous trouvions une solution pour un autre journaliste, réfugié politique lui aussi, qui vit contre les murs du cimetière depuis plus de 18 mois maintenant, bien vivant encore, face à la Maison des Journalistes, dans la rue, faute de trouver une solution pour se loger, pour travailler ou soigner son handicap.

Redouane est un journaliste algérien de 45 ans qui a dû fuir son pays en 2003, mis en danger en dénonçant dans ses publications les souffrances de son peuple. Il est arrivé en France pour témoigner, mais ce n?est pas si simple.

Il a d?abord dû obtenir une carte de réfugié politique. Ce n?est pas facile, mais il a surmonté les difficultés administratives. Ce nouveau statut lui a permis d?être accueilli pendant six mois dans cette même Maison des Journalistes, rue Cauchy dans le 15e arrondissement.

Au bout de six mois, il a dû se débrouiller seul. Il lui est difficile de trouver un emploi, du fait de son handicap auditif. Il est aussi compliqué pour lui de se loger, car il lui faudrait fournir une caution et trois fiches de paye.

Seul, il ne peut y arriver. Il semble qu?il ait pu bénéficier de l?aide d?une même assistante sociale pendant tout ce temps-là et qu?il ait été baladé de service en service.

Depuis presque un an et demi, il vit dans la rue et, malgré la solidarité réelle du voisinage, cela devient de plus en plus difficile pour lui. Il risque de sombrer.

J?en appelle donc à la Ville pour qu?elle l?aide à trouver une chambre et à payer sa caution, qu?il pourrait s?engager à terme même à rembourser, petit à petit, dès qu?il aura trouvé un emploi. En effet, la solidarité du voisinage s?exerçant, il pourrait rapidement avoir une offre, mais il ne pourra l?accepter que s?il est assuré de savoir ses affaires à l?abri du vol ou des services de nettoyage de la Ville.

Je vous remercie.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Votre intervention n?a pas grand-chose à voir avec le projet de délibération.

Néanmoins, Monsieur SCHAPIRA ?

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je ne comprends pas très bien ! C?est sur Anna Politkovskaia. Je crois que tout le monde était d?accord ; on a voté ce v?u.

Maintenant, vous nous soumettez un autre problème que j?ignore. Il faut peut-être voir avec le Ministère de l?Intérieur, d?ailleurs. Ce n?est pas forcément la Ville qui est concernée.

Je parle de la Maison des Journalistes, parfait ! Tout le monde est d?accord. Mais, pour le reste, je suis désolé, je ne peux pas répondre à la place d?autres.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 21 - DAC 252.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, SGRI 21 - DAC 252).