Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Voeu déposé par Mme Violette BARANDA et les membres du groupe “Les Verts” relatif à l’augmentation des dotations aux crèches municipales afin de favoriser l’achat de produits issus de l’agriculture biologique.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2007


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 20 dans le fascicule, déposé par le groupe ?Les Verts?, relatif à l?augmentation des dotations en crèche municipale afin de favoriser l?achat de produits issus de l?agriculture biologique.

Madame BARANDA, vous avez la parole.

Mme Violette BARANDA. - Merci, Monsieur le Maire.

Un repas actuellement dans les crèches revient à 1 euro, voire 1,30 euro, voire 1,50 euro. D?après les directrices de crèche - car nous achetons beaucoup de bio aujourd?hui, plusieurs tonnes de pommes de terre, de pommes, c?est bien engrangé - il se trouve que certaines crèches ont beaucoup plus de difficultés que d?autres et il faudrait augmenter le prix des repas - je dis bien le prix d?achat - de 30 centimes pour obtenir d?avantage des produits bio dans la composition des repas.

La Municipalité s?est engagée depuis mars 2001 à améliorer la qualité des repas servis aux petits Parisiens et notamment dans les crèches. L?extension de l?utilisation des composants issus de l?agriculture biologique participe de cette démarche, assure une alimentation plus saine, et garantit la traçabilité des produits. Les efforts de notre Municipalité accomplis pour la petite enfance, privilégient l?offre de certains produits bio (épinards, carottes, pommes de terres, steaks hachés et je crois que maintenant il y a l?emmenthal, le lait, les ?ufs).

Cependant, l?utilisation de produits issus de l?agriculture biologique renchérit le coût du repas. Par conséquent, de nombreux directeurs et directrices de crèche n?ont souvent pas les budgets suffisants pour privilégier le bio de manière effective dans l?achat des composants servis aux enfants.

Il conviendrait aussi d?augmenter les dotations faites par les arrondissements aux crèches municipales, afin que celles-ci puissent réellement acheter des produits issus de l?agriculture biologique pour les enfants en bas âge dont elles sont responsables.

C?est pourquoi, sur proposition de Violette BARANDA et des élus du groupe ?Les Verts?, le Conseil de Paris émet le v?u que les dotations attribuées aux crèches municipales, par les arrondissements en fonction du prix de revient des repas, soient augmentées de 20 % afin de permettre à celles-ci l?achat réel de produits issus de l?agriculture biologique.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame TROSTIANSKY, vous avez la parole.

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe. - Monsieur le Maire, la démarche d?introduction d?aliments bio a été entreprise dès 2004 et systématisée en 2005. En effet, depuis janvier 2005, les principaux produits qui constituent les menus des enfants (steaks hachés, pommes de terre, épinards, carottes) sont proposés dans les crèches d?environ la moitié des crèches municipales et sont exclusivement issus de l?agriculture biologique.

En janvier 2006, la Ville de Paris a élargi le choix de produits en proposant aux responsables des structures d?accueil de la Petite enfance plus de références bios, et dans toutes les catégories de produits. De plus cinq nouveaux produits, particulièrement consommés en crèche, proviennent exclusivement de l?agriculture biologique, essentiellement à base de laitages et vous les avez cité.

On ne peut nier que l?achat de produits biologiques ait engendré dans un premier temps une augmentation mécanique des dépenses. En effet, certains articles ne disposaient pas de filières de fabrication et de distribution organisées et à grande échelle. Entre 2003 et 2005, le coût des repas a été renchéri de 21 %. Cependant, après cette période de croissance des dépenses, et au fur et à mesure de la constitution des filières, les coûts ont tendance à se stabiliser, grâce notamment au développement d?une démarche d?optimisation de l?achat, engagée par la D.F.P.E., en pesant soit sur les volumes commandés, soit sur les coûts induits, tels les frais de livraison ou les emballages.

Entre 2005 et 2006, le coût des repas a été augmenté de 13 %. Je voulais vous dire, Madame BARANDA, que cet impact budgétaire a été pris en compte dans les dotations des mairies d?arrondissement depuis 2006 et que l?étude fine des dépenses effectives 2006 d?alimentation des crèches est actuellement en cours dans le cadre de la préparation du budget 2008.

Je donne donc un avis défavorable sur ce v?u, la programmation budgétaire ayant intégré les surcoûts liés aux produits issus de l?agriculture biologique.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame BARANDA, maintenez-vous votre v?u ?

Mme Violette BARANDA. - Si le surcoût a été répercuté, dans ce cas j?ai envie de vous de dire qu?il faut effectivement former les directrices parce que j?ai vu encore les directrices, la semaine dernière, du 19e arrondissement me disant qu?elles ne pouvaient pas toutes employer d?aliments issus de l?agriculture biologique.

Egalement à la C.A.O., la directrice des achats m?a confirmé qui fallait augmenter de 20 % pour avoir effectivement des aliments issus de l?agriculture biologique dans les crèches. Toutes ne le font pas. Ou elles ne savent pas gérer les budgets, mais il y a un petit problème quelque part.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous maintenez donc le v?u.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?, assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.