Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Dépôt de questions d’actualité.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2007


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Mes chers collègues, je vous informe que 7 questions d?actualité ont été déposés.

La première émane du groupe U.D.F. Elle est adressée à M. le Préfet de police en ces termes :

?Monsieur le Préfet de police,

Selon l?Observatoire national de la délinquance (D.N.D.), si la délinquance a baissé d?environ 1,23 % de mars 2006 à février 2007 par rapport aux 12 mois précédents, les violences contre les personnes ont continué d?augmenter (+ 46 %). Les violences physiques non crapuleuses, c?est-à-dire gratuites, ont enregistré une hausse alarmante de 9,9 % sur cette même période.

La première cause est vraisemblablement sociétale : la violence non crapuleuse est devenue pour beaucoup un moyen plus efficace et plus rapide de régler un problème que le dialogue ou le recours aux institutions judiciaires. Plus inquiétant encore, certaines personnes frappent pour un regard de travers, un mot de trop, une cigarette refusée ou tout simplement parce que votre simple présence est jugée inopportune. Deux collaborateurs du groupe U.D.F. ont d?ailleurs été victimes, ces derniers mois, de ce type de violence sur le parvis même de l?Hôtel de Ville.

Chacun ici est conscient des difficultés qui président à la prévention et à l?interdiction de tels faits. Chacun est ici conscient qu?alimenter un sentiment de peur, voire de panique, chez les Parisiens serait à la fois injuste au regard du travail accompli par les acteurs de la sécurité - qui sont d?ailleurs eux-mêmes visés par ces violences gratuites - et dangereusement irresponsables. Mais l?ampleur et la gravité de ces actes imposent que toutes les mesures pertinentes soient prises.

Monsieur le Préfet de police, je souhaiterais, avec les élus du groupe U.D.F., connaître votre analyse de la situation et les options que vous retenez pour faire face à la croissance de ce type de violence.

Je vous remercie.?

La deuxième question d?actualité, posée par le groupe communiste, est ainsi libellée :

?Un incident très grave s?est produit la semaine dernière dans le 19e arrondissement. Une intervention policière musclée s?est produite devant une école maternelle et à une heure où beaucoup d?enfants avec leurs parents étaient présents.

Les forces de police seraient intervenues sur réquisition du Parquet, mais ce dernier infirme cette information. Les élus du groupe communiste demandent des éclaircissements sur ce point.

Cette intervention, qui a choqué les familles et leurs enfants présents, s?est conclue par l?arrestation d?un grand-père qui venait chercher ses petits-enfants. Cet acte confirme que la police est actuellement employée à traquer les parents et enfants sans papier. C?est une énième provocation organisée par le Ministre de l?Intérieur, candidat aux élections présidentielles. Le groupe communiste dénonce l?utilisation des pouvoirs d?Etat à des fins électoralistes.

Dans ce contexte, il est logique et salutaire que la population de ce quartier résiste énergiquement et s?oppose à de tels agissements qui sont à l?oeuvre depuis plusieurs mois.

Il faut ajouter que l?intolérable est atteint avec la mise en garde à vue pendant sept heures de Mme Valérie BOUKOBZA, directrice de cette école maternelle qui se voit menacée de mise en examen, alors qu?elle a rempli sa mission première, celle de protéger les enfants de son école.

Il est de notre responsabilité de dénoncer cette détention arbitraire et d?exiger l?arrêt des poursuites engagées à l?encontre de Valérie BOUKOBZA.

Le groupe communiste condamne l?attitude du Rectorat qui, dans cette affaire, se rend coupable de renier ses missions fondamentales en ne soutenant pas la directrice de l?école maternelle Rampal, qui n?a fait qu?accomplir son devoir.

Face à une telle situation, le groupe communiste souhaite :

- que notre Conseil exprime sa solidarité à Valérie BOUKOBZA et aux parents qui ont réagi sainement face à de tels agissements et à l?utilisation de la police ;

- que le Maire de Paris intervienne? auprès du Préfet de police pour que cessent les contrôles au faciès dans Paris ;

- qu?aucune poursuite ne soit engagée contre Mme Valérie BOUKOBZA ;

- que notre Municipalité soutienne la manifestation de protestation qui se déroulera ce soir, lundi 26 mars, au Rectorat.?

La troisième question d?actualité, posée par le groupe ?Les Verts? à M. le Préfet de police, est relative aux ?arrestations à proximité d?établissements scolaires?.

La quatrième question d?actualité, posée par le groupe socialiste et radical de gauche à M. le Préfet de police concerne ?les opérations de police visant à interpeller des personnes d?origine étrangères, dans la rue et plus récemment aux abords d?écoles.?

La cinquième question d?actualité, posée par le groupe M.R.C. à M. le Préfet de police est relative à ?l?arrestation des parents sans-papiers à proximité des écoles.?

Je vous donne lecture de la sixième question d?actualité posée par les conseillers non-inscrits à M. le Maire de Paris :

?A l?occasion de l?approbation du Plan local d?urbanisme, en juin dernier, un voeu fut adopté consacrant la naissance d?un groupe chargé, ?à partir de projets concrets?, d?examiner la pertinence et les modalités d?analyse de la question des hauteurs à Paris.

Une communication en Conseil de Paris doit parachever l?étude ainsi conduite avec les groupes politiques et l?ensemble des partenaires intéressés.

De septembre à ce jour, les réunions se sont régulièrement tenues, bénéficiant de moyens de fonctionnement de très grande qualité.

Reste que des groupes politiques, pour des motifs qui leur appartiennent, ont annoncé qu?ils ne participeraient plus à ces travaux. Peut-être que les ?projets concrets? soumis à analyse ne leur sont apparus que trop tangibles.

Compte tenu du retrait de deux groupes majeurs de l?opposition et de la majorité municipale, considérez-vous que le groupe de la réflexion est toujours représentatif pour continuer ses travaux ?

Par ailleurs et comme vous le savez, les Parisiens n?ont pas caché leur hostilité à une modification des plafonds de hauteur, notamment lors du questionnaire qui fut adressé en 2004.

Ceci avait engendré une réelle déception de votre part que vous n?aviez d?ailleurs pas cachée.

Avez-vous l?intention de poursuivre un objectif de réalisation de tours dans Paris malgré l?opposition évidente d?élus du Conseil et de Parisiens ??

Enfin, la dernière question d?actualité, posée par le groupe

U.M.P. est relative à ?Cesare BATTESTI.?

Mes chers collègues, nous suspendons la séance.

Nous reprendrons nos travaux à 14 heures 45.

Bon appétit.