Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

81- QOC 98-220 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris au sujet du complexe sportif Pailleron (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1998



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Georges SARRE à M. le Maire de Paris est libellée en ces termes :
" Le classement récent à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques de la piscine Pailleron est une décision heureuse pour tous ceux qui souhaitaient conserver cet ouvrage, témoin de la période " Art-déco " des années 30. Cette décision oblige la Ville de Paris à restaurer cette piscine et donc, à revoir le projet de reconstruction du complexe sportif, piscine-patinoire, pour lequel le Conseil de Paris a voté, lors de la dernière séance budgétaire, une première tranche de 18,65 millions de francs. Le total de cette opération était alors estimé à 75 millions de francs.
Voilà pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris de leur indiquer si un nouveau projet de réhabilitation est déjà à l'étude par les services de la Ville de Paris. Ils rappellent, à cette occasion, l'urgence de construire à Paris la patinoire qui fait actuellement tant défaut aux Parisiens. Le classement de la piscine Pailleron ne peut être le prétexte pour différer indéfiniment la réhabilitation de cet ensemble sportif de qualité, dont les habitants du 19e arrondissement sont privés depuis de trop nombreuses années. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Dominique CANE, adjoint.
Les deux hypothèses, de réhabilitation de l'actuelle piscine Pailleron et de sa démolition-reconstruction, ont été longuement analysées, sur les plans paysager, architectural, technique, fonctionnel et financier. Une concertation a été conduite localement, au cours de laquelle une demande forte s'est exprimée, notamment par les associations sportives, en faveur de la démolition-reconstruction de la piscine.
A la suite de ces phases d'études comparatives et de concertation, la Ville a opté pour la réalisation d'une piscine neuve, réellement fonctionnelle, et conforme aux normes d'hygiène actuelles.
La Ville a ensuite lancé une consultation d'architectes portant sur la reconstruction de la piscine et de la patinoire. Les propositions des concepteurs consultés sur ce projet ont été reçues et analysées.
Entre temps, la C.O.R.E.P.H.A.E. a été saisie d'un projet d'inscription de la piscine à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Mais à ce jour, aucune décision sur ce point n'a été portée formellement à la connaissance de la Ville.
Dans l'attente d'une telle décision, qui serait de nature à mettre en cause les modalités de l'opération ainsi que le programme fonctionnel initialement envisagé, la Ville ne peut pas arrêter les orientations à suivre sur le devenir des deux projets. "