Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

90- QOC 98-203 Question de M. Pierre AIDENBAUM, Mme Malvina PIN et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris concernant le plan " Vigipirate ".

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1998



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question de M. Pierre AIDENBAUM et Mme Malvina PIN qui a trait au plan " Vigipirate ".
En voici l'intitulé :
" Le plan " Vigipirate " mis en place en 1995 prévoyait des mesures spécifiques pour les établissements scolaires de Paris.
L'école élémentaire, 3, rue Béranger (3e), devait être équipée d'une vidéo-surveillance permettant d'assurer pleinement la sécurité des enfants et des personnels de l'ensemble de la communauté scolaire.
Le dispositif parisien a été allégé, mais les écoles sont restées sous haute surveillance.
Alors que de nombreux élus critiquent sévèrement les missions de sécurité publique à Paris et mettent en cause les moyens, M. Pierre AIDENBAUM, Mme Malvina PIN et les membres du groupe socialiste et apparentés s'étonnent que M. le Maire de Paris n'ait pas mis en oeuvre le dispositif prévu pour cet établissement et lui demandent de s'expliquer sur ce manquement au respect du dispositif. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint.
Compte tenu de la configuration des lieux, l'équipement en vidéo-surveillance de l'école élémentaire 3, rue Béranger, Paris 3e, avait été envisagé à l'occasion des visites d'architecture. Depuis, ce besoin a bien été pris en compte par les services municipaux puisque son installation est programmée pour cet été et que ce système devrait donc être prochainement opérationnel.
Il est cependant précisé que cette école n'a fait l'objet d'aucune intrusion ni d'aucun vandalisme et qu'il s'agit seulement, par cette installation, de rassurer la communauté scolaire.