Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

66- QOC 98-189 Question de M. Hervé BENESSIANO à M. le Maire de Paris sur le parc de stationnement pour autocars, rue Cardinet (17e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1998



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question de M. Hervé BENESSIANO à M. le Maire de Paris relative au parc de stationnement pour autocars, rue Cardinet (17e).
En voici le texte :
" M. Hervé BENESSIANO demande à M. le Maire de Paris de confirmer que l'installation, depuis le 2 avril, d'un parc de stationnement de 60 places pour autocars, sur une partie des terrains désaffectés de la S.N.C.F., rue Cardinet (17e), a un caractère provisoire.
L'accès à cet endroit étant en permanence difficile du fait d'un trafic automobile intense des grands axes du secteur, les riverains du quartier " Batignolles " sont extrêmement inquiets sur les conséquences de cette décision qui risque d'accroître rapidement les embouteillages et la pollution. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Bernard PLASAIT, adjoint.
Depuis le 1er novembre 1997, un nouveau régime de stationnement des autocars est appliqué boulevards de Clichy et de Rochechouart. Au lieu d'une centaine de places autorisées gratuitement, il est maintenant offert une cinquantaine de places payantes pour une durée de 3 h maximum, entre 9 heures et 19 heures. Cette offre est destinée à limiter le stationnement des autocars aux besoins strictement nécessaires aux lieux touristiques que constituent la Butte Montmartre et ses abords.
Afin de répondre à la demande supplémentaire générée par la Coupe du Monde de Football, il a été décidé d'ouvrir un parc de stationnement temporaire pour autocars, Gare des Batignolles, pendant la période touristique, sur un terrain de 4.500 mètres carrés loué au Réseau ferré de France et à la S.N.C.F. Il s'agit là d'une disposition provisoire pour l'été 98, permettant de recevoir au maximum 50 autocars de tourisme, soit un nombre très limité de mouvements journaliers qui ne perturberont en rien les conditions de circulation du secteur, ni n'accroîtront la pollution. Ce parc permettra au contraire de limiter le stationnement sauvage des autocars dans les voies du secteur, source de pollution et d'encombrements.