Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

80- QOC 98-219 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris sur la situation du théâtre du Jardin.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1998



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Georges SARRE à M. le Maire de Paris est relative à la situation du théâtre du Jardin.
En voici le texte :
" M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens attirent l'attention de M. le Maire de Paris sur la situation du Théâtre du Jardin qui joue, depuis 1982, un rôle remarquable à destination des jeunes Parisiens.
Menacé de dissolution en 1992, ce théâtre était privé, l'année suivante, de l'aide municipale accordée depuis une dizaine d'années, entraînant du même coût le retrait d'autres partenaires qui lui avaient jusque là apporté un soutien financier.
Le 30 octobre 1995, la Ville de Paris engageait une procédure en vue de l'expulser de son bâtiment du Jardin d'acclimatation, mais en vain, car le théâtre obtenait gain de cause et la Ville de Paris était condamnée par la Cour d'appel de Paris. En 1996, sous la pression de l'opinion publique, la Municipalité acceptait enfin - du moins en apparence - de renouveler son concours. En réalité, elle concédait une subvention de 100.000 F, très largement inférieure à celle de 1992, qui était de 1,2 million de francs, mais surtout, très insuffisante par rapport aux besoins de cette structure. Cette institution subit actuellement le contrecoup de toutes ces attaques et désengagements successifs, cependant qu'à ce jour, aucun soutien municipal n'a encore été annoncé pour 1998. Tout porte à croire, a posteriori, que la Ville de Paris souhaite depuis longtemps que ce théâtre disparaisse.
C'est pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent connaître les projets de la Mairie de Paris pour soutenir concrètement le Théâtre du Jardin. Ils demandent à M. le Maire de Paris de prendre des dispositions afin qu'il puisse bénéficier de nouveau d'une subvention comparable à celle dont il bénéficiait en 1992, à savoir 1,2 million de francs, et de prévoir une aide complémentaire qui viendrait, au moins pour partie, compenser ses désengagements antérieurs de sorte que ce théâtre puisse poursuivre ses activités au bénéfice du plus grand nombre. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint.
L'association " Théâtre du jardin pour l'Enfance et la Jeunesse ", dirigée par M. Jacques DOUAI, a régulièrement bénéficié de subventions de fonctionnement de la Ville de Paris au titre de son activité, mais également de subventions d'investissement afin d'améliorer les conditions d'accueil du public.
En 1992, la Ville de Paris, comme le Ministère de la Culture par ailleurs, a décidé effectivement de ne plus accorder de subventions à cette association. Deux aides ponctuelles ont néanmoins été accordées à ce théâtre par la Ville de Paris, l'une en 1993 pour lui permettre de terminer sa saison, l'autre en 1996 pour lui permettre d'apurer ses comptes.
Pour 1998, il n'est pas possible d'émettre un avis sur l'octroi d'une aide de la municipalité. En effet, l'association " Théâtre du jardin pour l'Enfance et la Jeunesse " n'a, à ce jour, pas déposé de dossier de demande de subvention.
On peut, toutefois rappeler les raisons qui avaient amené la Municipalité à suspendre son aide en faveur de cette association :
Le non-respect de la convention signée avec la Ville de Paris.
En particulier, la Ville de Paris avait demandé à compter du 1er octobre 1990 par convention d'une part que la programmation soit plus équilibrée entre spectacles chorégraphiques et spectacles de théâtre et d'autre part une augmentation du nombre de représentations.
Dès la première année le Théâtre du Jardin n'a pas respecté cet engagement.
Des spectacles d'un intérêt culturel limité.
La programmation du Théâtre du Jardin se composait en grande partie de spectacles achetés à des groupes chorégraphiques des anciens pays de l'Est et surtout à l'association " Ballets Ethéry PAGAVA " dirigée par Ethéry PAGAVA, également directrice artistique de l'association " Théâtre du Jardin pour l'Enfance et la Jeunesse ".
S'il n'est pas facile de définir des critères objectifs de qualité, il est tout de même possible d'estimer que la diversité de la programmation est un facteur qui contribue à la recherche de la qualité. Le concept même de programmation du Théâtre du Jardin est, de ce point de vue, dépassé.
Un manque de professionnalisme dans la gestion de l'équipement.
En 1992, en raison du manque de transparence dans l'exploitation du Théâtre du Jardin, la Ville de Paris a décidé de réaliser un audit de l'établissement. Les auditeurs ont dénoncé le caractère artisanal de la gestion comptable. Ainsi, la comptabilité était réalisée par une personne qui notamment méconnaissait le plan comptable en vigueur et le système de billetterie ne permettait pas d'établir avec certitude la réalité de la fréquentation.