Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

83 - 2003, DPP 7 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres relatif à la surveillance de manifestations ponctuelles organisées par la Mairie de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DPP 7 autorisant M. le Maire de Paris à signer un marché sur appel d'offres relatif à la surveillance de manifestations ponctuelles organisées par la Mairie de Paris.
Monsieur GOUJON, vous avez la parole.
M. Philippe GOUJON. - Avec ce projet, Monsieur le Maire, vous êtes bien conscient que la Mairie se lance à grande échelle dans la privatisation des missions de sécurité des activités municipales. Cela ne manque pas de saveur quand on se souvient de la guerre idéologique que rappelait le Maire, d'ailleurs, menée contre la création d'une force de sécurité municipale puisqu'en l'espèce, on ne fait même pas appel à des fonctionnaires, même municipaux, pour assurer la surveillance de manifestations publiques diverses, mais à des vigiles privés. Jamais la Ville n'a eu recours à de telles pratiques à ce niveau et jamais, en tout cas, dans les bâtiments municipaux.
On va recruter des centaines de vigiles privés en même temps d'ailleurs que l'on marginalise les 700 inspecteurs de sécurité de la Ville qui démissionnent, vous le savez, par dizaine alors que la loi "SARKOZY", dont il a été fait état ce matin, vient de les doter pourtant de qualifications judiciaires qui leur permettraient d'être plus efficaces. Il semble que l'on marche un peu sur la tête ! Pourquoi, d'ailleurs, si l'on considère qu'ils ne sont pas assez nombreux pour assurer toutes ces missions, n'en recrute-t-on pas davantage ? Tous les journaux font état du recrutement d'un millier de fonctionnaires municipaux. La sécurité serait-elle donc la seule mission à être privatisée ?
J'avais, lors du budget, présenté un amendement permettant le recrutement d'inspecteurs de sécurité de la Ville en plus grand nombre. Celui-ci était donc bien justifié parce que je préfère que la sécurité des activités municipales soit assurée par des fonctionnaires municipaux plutôt que par des vigiles. Ou alors, répondez à une autre question : en quoi est-ce à la Ville et non aux organisateurs souvent privés de financer la surveillance d'installations non municipales ?
Pour les autres, il y a les I.S.V.P., les agents de surveillance spécialisés dans les parcs et jardins. Pourquoi payer deux fois, à la fois les fonctionnaires municipaux et les sociétés de gardiennage privées ? Les montants en cause sont particulièrement lourds, jusqu'à 600.000 euros qui s'ajoutent, je le rappelle, aux dépenses de sécurité déjà considérables votées le mois dernier pour sécuriser les opérations "Paris-plage" et "Nuit-blanche".
Le fait de recourir, cette année, à une procédure de marché prouve l'absence de transparence et peut-être même la régularité douteuse des moyens utilisés l'année dernière, le tout étant le reflet du manque de prévision dans la gestion de la sécurité de la Ville. Mais depuis deux ans, la D.P.P., Monsieur le Maire, nous a habitués, hélas, en maintes circonstances, à ces insuffisances ! C'est une direction qui va, vous le savez, à la dérive, ce personnel, pourtant de qualité, vous le savez, bien sûr, en souffre et la sécurité des usagers, des lieux et des équipements publics de la Ville aujourd'hui est moins bien assurée que par le passé.
C'est peut-être d'ailleurs, je le regrette et le réprouve, la raison du recours au secteur privé dont je m'étonne, d'ailleurs, qu'il soit accepté aussi facilement par le parti communiste et par "Les Verts" qui, en général, n'ont pas de mots assez durs lorsqu'ils s'agit de privatisation d'activités municipales, mais pour la sécurité, on privatise et cela ne les émeut guère ! Je trouve cela dommage.
Voilà, Monsieur le Maire, ce que je voulais dire sur ce dossier.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président, au nom de la 5e Commission. - Je voudrais répondre rapidement à M. GOUJON.
Je lui dirai d'abord que je trouve "savoureux" qu'il nous reproche de trop dépenser pour la sécurité, mais je vais le rassurer. Il s'agit d'opérations menées régulièrement par la Ville de Paris de longue date puisque, celle-ci fait traditionnellement appel à des sociétés privées de gardiennage pour sécuriser les manifestations qu'elle organise. C'est dans ce cadre que nous avons proposé, à travers ce projet de délibération, la passation d'un marché qui permettra à la Ville, au cas par cas, de recourir à des sociétés de gardiennage, lors de telle ou telle manifestation.
Vous le savez, nous sommes extrêmement attentifs au fait que ces manifestations se déroulent dans des conditions de sécurité maximum. Les personnels de la Ville sont mobilisés pour cela, mais il est vrai que ponctuellement, nous avons recours à des sociétés privées de gardiennage. Il n'y a sur ce point rien de choquant, ni de scandaleux, c'est une pratique largement répandue dans d'autres municipalités, même au niveau de l'Etat.
Par conséquent, il s'agit d'un projet de délibération tout à fait classique qui ne pose pas de problème sur le fond.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPP 7.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Je note l'abstention du groupe communiste... qui a donc été sensible aux arguments de M. GOUJON !
Le projet de délibération est adopté. (2003, DPP 7).