Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

39 - 2003, DLH 53 - Approbation du principe de réalisation des travaux de mise en œuvre d'un matériau coupe-feu dans le local communal du Stadium Squash sis 66, avenue d'Ivry (13e). - Approbation des modalités de passation du marché de travaux correspondant. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer ledit marché. - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant au marché de travaux n° 02-65009 signé avec la Société "Colas Ile-de-France Normandie" relatif aux travaux de retrait de matériaux contenant de l'amiante dans le local communal "Stadium Squash" sis 66, avenue d'Ivry (13e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2003


Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous allons examiner le projet de délibération DLH 53, sur lequel est inscrite Mme Nicole BORVO, et M. MANO répondra.
Madame BORVO, vous avez la parole.
Mme Nicole BORVO. - Merci, Madame la Maire.
Je voudrais dire, concernant ce projet de délibération, que sous des apparences techniques, il revêt une grande importance.
Les travaux représentent, en effet, le premier pas d'un processus qui peut conduire à un réaménagement important des Olympiades, réaménagement qui a fait l'objet d'une première consultation des habitants concernés - 600 étaient présents, il faut le souligner -. Une fois le désamiantage effectué et le rachat réalisé à l'amiable, dans sa globalité, du gymnasium par la Ville, les conditions de la mise en marche du renouvellement urbain seront en place.
Les habitants, nous l'avons constaté lors de la réunion publique du 6 février, sont en effet en attente. Ils sollicitent la Ville, non pas dans une attitude d'assistance mais plutôt comme le partenaire indispensable. Finalement, ne vivent-ils pas là leur cité comme une petite ville dans laquelle il manquerait des services publics, une diversité commerciale et des équipements pour les enfants et les adolescents ?
Nous commençons à répondre par notre intervention sur le stadium. Il nous faut, bien entendu, acquérir l'ensemble de ce stadium pour rendre l'accès à l'école plus fonctionnel et permettre notamment son accès depuis l'avenue d'Ivry.
Nous commençons ainsi à combler les lacunes en matière d'équipements publics. C'est en ces termes qu'il faut envisager le dossier puisque le cahier des charges du projet initial n'a pas été respecté, notamment sur la partie supérieure de la dalle des Olympiades.
Je pense aussi qu'après que les adjoints responsables en aient discuté, la crèche doit être revue dans sa conception, sa localisation et son nombre de places.
Je partage les propositions de ceux qui suivent le dossier quand ils suggèrent le réaménagement des accès existants à la dalle, le réaménagement des voies souterraines, la reconfiguration des escaliers existants, leur doublement par des ascenseurs, la réhabilitation des espaces délaissés et la création de jardins publics.
Ce dossier montre, à l'évidence, que la volonté de la Municipalité peut vaincre bien des obstacles. Nous avons trouvé un véritable imbroglio juridique sur ce dossier des Olympiades. Il a fallu du temps pour éclaircir le dossier foncier. Il faut, tout en avançant, construire avec les habitants un véritable projet de ville pour cette petite ville dans l'arrondissement et dans le quartier.
La participation des habitants suppose une capacité d'écoute, c'est un fait, de prise en compte des préoccupations et expériences et d'apport de solutions concrètes.
Je voudrais souligner que je pense que nous sommes sur la bonne voie et que nous pouvons, aujourd'hui, être confiants et répondre aux attentes de la population.
Je vous remercie.
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - M. MANO a la parole pour répondre.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Madame BORVO, ce projet de délibération concerne un stadium pour la mise en ?uvre de matériaux coupe-feu dans le local communal. Ceci n'est qu'une petite partie d'un vaste ensemble qui s'appelle les Olympiades.
Comme vous le faisiez remarquer, il y a nécessité que la collectivité, l'ensemble des partenaires trouvent une issue favorable pour le devenir de cette zone. M. le Maire de Paris, Bertrand DELANOË, s'est déplacé pour une réunion de concertation sur le site avec une participation nombreuse des habitants.
Il est prévu de dégager des orientations fortes pour la reconquête de cet ensemble immobilier important, représentatif d'une certaine architecture d'une époque, sans doute révolue aujourd'hui, mais dont Paris a de multiples exemples en son sein.
Nous sommes convaincus que cet ensemble immobilier peut vivre et peut vivre correctement. D'ailleurs, l'ensemble des habitants n'a pas manifesté, au cours de ces rencontres, le souhait de voir démolir un certain nombre d'espaces. Bien au contraire.
Parmi ces partenaires, l'O.P.A.C. en est un important puisqu'il possède une partie importante des habitations. C'est un partenaire essentiel dans l'aménagement de ce site G.P.R.U.
Je crois que l'ensemble des acteurs Ville et des bailleurs sociaux seront concernés par la mise aux normes de cet ensemble, pour faire en sorte qu'il y ait un espace de vie convivial pour l'ensemble des habitants.
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 53.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DLH 53).