Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

70 - 2003, DMG 2 - Autorisation à M. le Maire de Paris de lancer un appel d'offres ouvert pour la fourniture de fourgonnettes électriques hybrides, de prestations de "service de batterie de traction" et des pièces détachées nécessaires

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DMG 2 autorisant M. le Maire de Paris à lancer un appel d'offres ouvert pour la fourniture de fourgonnettes électriques hybrides, de prestations de "service de batterie de traction" et des pièces détachées nécessaires.
La parole est à Mme MARTINET.
Mme Marie-Pierre MARTINET, au lieu et place de Melle Charlotte NENNER. - Charlotte NENNER étant absente, je ferai l'intervention en son nom.
En juin 2002, nous examinions le contrat particulier Ville-Région visant au renouvellement à 100 % du parc de véhicules utilitaires légers vers des motorisations dites propres.
Ce contrat se traduit ici dans la réalité. En effet, il s'agit de l'achat de 94 véhicules électriques et des services associés.
Bien entendu, nous nous réjouissons de toute action visant à rendre la flotte des véhicules de la Ville moins polluants mais le recours à l'énergie électrique ne doit pas constituer la solution systématique en matière de lutte contre la pollution de l'air. En effet, il existe, dans un premier point, un problème de recyclage des batteries et il y a nécessité d'engagement de la part de la Mairie de Paris pour un recyclage sans faille des batteries qui contiennent, je le rappelle, des métaux lourds particulièrement néfastes à l'environnement.
De plus, l'autonomie n'est que partiellement réglée par le choix des véhicules hybrides. Par ailleurs, les batteries sont lourdes et le poids supplémentaire engendre une augmentation de la consommation, ce qui peut, au final, amener un bilan énergétique global qui n'est pas forcément très positif.
Il serait donc dommage de voir une camionnette dépenser plus d'énergie à se mouvoir elle-même qu'à transporter hommes et matériels !
Plus globalement, d'un point de vue environnemental, le passage à l'énergie électrique est aussi contestable sachant que, dans le cas de l'électricité produite par le nucléaire, cela n'amènerait qu'un changement de pollution, atmosphérique vers le nucléaire, et sa délocalisation, de la Ville vers l'extérieur.
C'est pourquoi le recours aux véhicules électriques doit, selon nous, être fait dans le sens d'une diversification énergétique et, en matière de véhicules utilitaires, en particulier pour les plus lourds, seul le G.N.V. apparaît comme la solution pour une vraie flotte dépolluée.
La filière G.N.V. reste moins chère pour des performances, en termes de bruit, de sécurité et de consommation particulièrement intéressantes.
Un bilan du fonctionnement de ces 94 véhicules électriques, au bout de quelques années, nous permettra de juger efficacement de cette filière, en fonction également des évolutions technologiques.
Nous voterons donc en faveur de ce projet de délibération car il va, malgré nos réserves, dans le sens d'une flotte municipale propre, exemplaire en matière de lutte contre la pollution de l'air.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur DAGNAUD, vous avez la parole.
M. François DAGNAUD, adjoint, au nom de la 2e Commission. - En quelques mots parce que Marie-Pierre MARTINET, au nom de Charlotte NENNER, a parfaitement dressé le tableau d'une situation qu'elle connaît bien.
Je la remercie d'avoir rappelé la grande cohérence de l'action que nous menons et qui fait que ces deux projets de délibération, en l'occurrence, s'inscrivent dans le droit fil des documents que nous avions eu à examiner précédemment.
Pour répondre directement à son interpellation, je voulais la rassurer. L'objectif que nous poursuivons, c'est bien d'avoir le maximum de véhicules propres et à l'issue du marché rendu possible par ce projet de délibération, c'est 40 % du parc automobile municipal qui répondra aux critères des véhicules dits propres, soit 1.300 des 3.180 véhicules, berlines et utilitaires du parc.
Si nous sommes orientés vers le maximum de véhicules propres, nous sommes très, très loin du tout électrique puisque sur les 1.300 véhicules propres, après la réalisation de ce marché, seuls 159 véhicules seront des véhicules électriques.
Par contre nous souhaitons préserver ce que vous avez appelé une diversification du parc automobile propre avec le G.N.V., le G.P.L. et les véhicules diester. On est donc bien dans cette démarche.
Les véhicules électriques ne représentent qu'une partie, somme toute marginale, du parc des véhicules propres de la Ville.
Je retiens bien volontiers votre suggestion de dresser un bilan, une évaluation de l'utilisation de ces véhicules. Dès lors qu'on aura simplement suffisamment de recul pour le faire de façon pertinente.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DMG 2.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DMG 2).