Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

104 - QOC 2003-241 Question de MM. Serge BLISKO, Jérôme COUMET, et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Préfet de police à propos de la sécurité routière aux entrées et sorties des écoles

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2003


Libellé de la question :
"La question de la sécurité routière est essentielle et la surveillance des entrées et sorties des écoles parisiennes nous semble un sujet plus particulier de préoccupation.
Aussi, MM. Serge BLISKO, Jérôme COUMET et les membres du groupe socialiste et radical de gauche s'étonnent que les moyens alloués à cet effet ne cessent de diminuer et ce, malgré la création du corps des A.L.M.S. à Paris qui décharge d'autant les effectifs policiers employés à ces tâches.
L'abandon de la surveillance de la sortie de 18 heures est notamment une mesure que nous ne comprenons pas, tout comme la diminution des points écoles concernés par des dispositifs de surveillance.
Cette évolution nous semble pour le moins contradictoire avec les annonces du Gouvernement déclarant prioritaire la lutte contre l'insécurité routière.
MM. Serge BLISKO, Jérôme COUMET et les membres du groupe socialiste et radical de gauche demandent à M. le Préfet de police quelles nouvelles dispositions il prendra afin d'assurer une présence plus importante aux entrées et sorties des écoles ?"
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La sécurité des enfants aux heures d'entrée et de sortie des classes est de longue date l'une des préoccupations constantes de la Préfecture de police.
Pour la rentrée scolaire 2002, un classement des points d'école a été élaboré dans chaque arrondissement en liaison avec les mairies d'arrondissement, tenant compte de critères objectifs de dangerosité se rapportant aux flux de personnes circulant aux abords immédiats des établissements scolaires, aux infrastructures routières et aménagements de voirie, mais aussi à l'importance des voies de circulation et au nombre de véhicules.
A cette occasion, 632 points ont été recensés. Parmi ceux-ci sont pris en charge, en matinée et en début d'après-midi, 198 points par les agents locaux de médiation sociale (A.L.M.S.) de la Ville de Paris, et 183 points par la Préfecture de police. Cette dernière prend le relais en fin d'après-midi et en soirée et assure ainsi la surveillance de 222 points d'école.
C'est pourquoi la Préfecture de police est favorable à l'extension du nombre de points d'école surveillés par des agents locaux de médiation sociale."