Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - Vœu déposé par les membres des groupes communiste, du Mouvement républicain et citoyen, socialiste et radical de gauche et "Les Verts" concernant le procès d'Amina LAWAL

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u n° 36 du fascicule concernant le procès d'Amina LAWAL.
Madame GÉGOUT, vous avez la parole.
Mme Catherine GÉGOUT. - Merci, Monsieur le Maire.
Malheureusement, nous nous trouvons, comme cela s'est déjà produit, devant une affaire extrêmement triste qui est la pratique de la lapidation des femmes au Nigeria.
Dans le passé, il y a peu de temps, l'année dernière, Safia HUSSEINI avait pu être sauvée de la lapidation par la mobilisation internationale. Aujourd'hui, il s'agit d'Amina LAWAL qui a eu un enfant hors mariage et qui est condamnée à la lapidation, cette condamnation étant effective en janvier 2004, date des 3 ans de sa petite fille.
Ce traitement cruel et inhumain est en rupture avec les Droits de l'Homme et viole les conventions internationales signées par le Nigeria.
Où en est la situation maintenant ?
Demain, 25 mars, en principe - sauf si c'était reporté - le procès en appel d'Amina LAWAL vient devant l'Etat dont elle dépend. C'est une cour qui pratique la loi de la charia. C'est le cas dans plusieurs Etats du Nigeria. Cela dépend des Etats.
Ensuite, elle aura d'autres recours, mais tout cela est très aléatoire parce qu'il va y avoir des élections au Nigeria qui, selon le résultat, peuvent amener l'ensemble des Cours, y compris la Cour suprême, la Cour fédérale, à pratiquer la charia.
Donc, le v?u est évidemment simplement que le Maire de Paris fasse connaître le soutien des élus de la Capitale à Amina LAWAL.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur SCHAPIRA, vous avez la parole, rapidement.
M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Simplement, je voulais vous dire qu'un v?u avait été déposé concernant Amina LAWAL par notre excellent collègue Sylvain GAREL. Donc, on refait un nouveau v?u...
Je vais vous dire ce qui s'est passé exactement.
Le Maire de Paris, dès avril 2002 - il n'a pas attendu aujourd'hui - est intervenu auprès du Ministre des Affaires étrangères de l'époque, Hubert VEDRINE, puis en septembre 2002 auprès de son successeur Dominique de VILLEPIN, ainsi qu'auprès de l'Ambassadeur de la République du Nigeria en France. Les Ministres des Affaires étrangères successifs ont assuré suivre cette affaire avec la plus grande vigilance.
De plus, M. le Maire de Paris a sollicité l'appui de l'association des Maires de France en écrivant à M. Daniel HOEFFEL.
Et enfin, pour ma part, j'ai alerté les responsables des associations internationales de Maires, c'est-à-dire Mme Mercedes BRESSO pour la Fédération mondiale des cités unies et M. Allan LOYD pour l'Union internationale des autorités locales, ainsi que Mme SIITTONEN, Présidente d'Eurocités, sur la situation d'Amina LAWAL, victime de la charia comme vous l'avez très justement dit.
Nous allons évidemment recommencer, réécrire... Il est vrai que nous ne sommes, comme je le répète trop souvent, que des élus municipaux, mais nous ferons notre devoir.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le v?u si j'ai bien compris avec un avis favorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le v?u est adopté. (2003, V. 47).