Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

45 - 2000, DLH 214 - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer une demande de permis de démolir et une demande de permis de construire portant sur le lot communal n° 14 à usage d'habitation, dépendant de l'immeuble en copropriété situé 38, rue Doudeauville (18e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au dossier DLH 214 autorisant M. le Maire de Paris à déposer une demande de permis de démolir et une demande de permis de construire portant sur le lot communal n° 14 à usage d'habitation, dépendant de l'immeuble en copropriété situé 38, rue Doudeauville (18e).
La parole est à M. BLET.
M. Jean-François BLET. - Ce projet est toujours le fruit des politiques de D.P.U.R. et de D.U.P. qui ont bouleversé le quartier. Pourtant, dans le cas présent, cet énième projet pourrait bien profiter au quartier qui se trouve dans une situation dramatique, si toutefois vous acceptiez de suivre nos propositions.
Au fond de la parcelle du 38, rue Doudeauville, se love un petit hôtel particulier dont la valeur ne vous a pas échappée et qui appartient à la Ville. La bâtisse d'une grande qualité et d'une très grande rareté dans le secteur, a miraculeusement survécu à la tourmente. Triste écrin pour ce bijou ! L'arrière de l'hôtel est composé d'une courette et de deux constructions adventices, qualifiées d'appendices ou encore d'excentricités par vos services, qui restent dans le collimateur de la Mairie. Pour une fois, il ne convient pas nécessairement de s'en plaindre.
En effet, la Ville souhaite ouvrir la façade arrière de l'édifice sur un petit espace public de la rue Emile-Duployé, dégagé par une sorte de tremblement de terre formidable. Cela nécessite la destruction d'un muret sans intérêt, et apparemment celle des deux constructions.
Ce projet est intéressant. Du fait de la démolition massive du quartier, la mise en valeur de ce témoin d'une époque révolue ne peut qu'être appréciée. A toute chose malheur est bon : la destruction d'un immeuble de la rue Emile-Duployé et des bâtiments adventices permet de créer une petite, trop petite, place fermée par l'hôtel.
Puisque ce sera la façade arrière de l'édifice qui sera visible depuis la rue, la Ville souhaite lui apporter quelques modifications "afin de lui donner les caractéristiques d'une façade principale" et de régler certains problèmes d'accès. Pourquoi pas ! Mais cet aménagement se doit d'être exemplaire et ne saurait souffrir d'un à peu près... Le quartier a suffisamment été massacré !
Ce qui me gêne, cependant, c'est que malgré les demandes insistantes des associations, des habitants et de certains élus, il soit toujours question pour la Ville de se défaire de l'hôtel. Or, ce lieu serait idéal pour créer les équipements tant réclamés ! Pourquoi ne pas installer ici un L.A.S.C.A.R.T., cet équipement associatif de proximité à vocation culturelle, sportive et artistique ? Pourquoi ce refus permanent, pourquoi voulez-vous à tout prix vous défaire de cet hôtel ?
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. BULTÉ pour vous répondre.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Je suis désolé, Monsieur BLET, mais on est obligé de démolir, pour la même raison : c'est ce que souhaitent la population et les élus de cet arrondissement. C'est le même cas de figure que la précédente délibération, et à l'unanimité il a été condamné.
Il n'y a pas d'élus Verts et je crois qu'il faut absolument qu'il y en aie dans cet arrondissement. C'est important pour la prochaine mandature, pour que nous puissions véritablement faire de l'urbanisme à visage humain dans ce secteur.
Merci, Monsieur le Maire.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 214.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DLH 214).