Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

29 - 2000, PJEV 49 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la réalisation de la clôture du jardin James-Joyce (13e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération PJEV 49 autorisant M. le Maire de Paris à signer un marché sur appel d'offres pour la réalisation de la clôture du jardin James-Joyce (13e).
La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, je suis stupéfaite par ce projet de délibération concernant la réalisation de la clôture du jardin James-Joyce dans la Z.A.C. "Paris-Rive gauche".
Effectivement, ce jardin était inauguré en septembre 1998. Dès la séance du Conseil de Paris du 9 juin 1997, je vous mettais en garde sur le parti de l'aménagement retenu.
Ce petit jardin de 3.650 mètres carrés, enchâssé, si l'on peut dire, au c?ur d'un îlot, en aval de la Bibliothèque nationale de France, ne dispose que de quelques jeux pour de très jeunes enfants et de quelques bancs.
Comme la plupart des jardins et parcs réalisés ces dernières années, le minéral l'emporte sur le végétal.
Le 27 mars dernier, je vous faisais remarquer que les deux petits jardins que vous aviez créés dans la Z.A.C. "Paris-Rive gauche", le jardin James-Joyce et le jardin Georges-Duhamel, étaient si mal conçus que les enfants étaient contraints de jouer au ballon dans les rues adjacentes ou au pied des marches de la Bibliothèque.
Je vous précisais que le jardin James-Joyce n'a qu'une minuscule pelouse en son centre et que la majeure partie est recouverte de buissons impénétrables.
Ce petit carré de pelouse est tellement utilisé par les enfants, évidemment puisqu'ils ne peuvent pas aller ailleurs, qu'il ressemble aujourd'hui à un champ labouré !
Les allées de granit ne sont pas entretenues. Il y a une inadéquation totale entre ce jardin paysager, mal dessiné, couvert de monotones buissons de rhododendrons et de lauriers, et les besoins des usagers.
Cela fait du vert sur un plan, cela ne fait pas un jardin à vivre, où les enfants peuvent jouer ou courir.
Aujourd'hui, vous nous proposez, notamment pour des raisons de sécurité, de construire une clôture autour de ce jardin.
Il est quand même incroyable que les dysfonctionnements constatés n'aient pas pu être évités, dès la conception du jardin. Si l'ensemble des jardins de la Capitale sont clos et protégés, ce n'est pas pour rien ! L'exemple le plus récent est probablement celui du square de la Tour-Saint-Jacques.
Maintenant que les premiers habitants se sont installés dans ce quartier du 13e, j'espère qu'ils ont été consultés sur ce projet. Mais malheureusement, je pense que c'est la conception de l'ensemble du jardin qu'il faut revoir. La pose de grilles ne résoudra pas tous les problèmes. Comme je ne cesse de vous le dire : c'est d'ailleurs d'un grand parc dont les habitants du 13e ont besoin, permettant aux enfants et aux adolescents de jouer en toute sécurité quelque part sur les terrains à aménager.
En juin 1997, le coût de l'opération était estimé à 5.595.000 F. Pouvez-vous me dire, Monsieur le Maire, combien a coûté la réalisation de ce jardin à ce jour, avant que la pose de cette clôture n'augmente la dépense de 665.000 F ?
Tout ceci représente un véritable gâchis.
C'est sans enthousiasme que j'ai voté pour la réalisation de ce jardin en 1997. C'est une nouvelle fois, sans enthousiasme, que je voterai pour cette malheureuse clôture.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Mme MACÉ de LÉPINAY, en lieu et place de Mme DECRESSAC-DESPUJOLS, a la parole pour répondre.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au lieu et place de Mme Suzanne DECRESSAC-DESPUJOLS, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Madame SCHNEITER, il est exact qu'à titre d'expérience et pour répondre au v?u des concepteurs et surtout des associations du quartier, le jardin James-Joyce n'a pas été clôturé des grilles initialement prévues pour cette opération.
L'expérience n'a malheureusement pas été concluante, et le projet de délibération qui nous est soumis aujourd'hui nous propose de lancer l'appel d'offres relatif à des travaux de clôture.
En effet, le jardin a subi les conséquences d'une fréquentation nocturne inopportune, une dégradation générale notamment de la pelouse sillonnée de nuit par des mobylettes alors qu'elle est de jour très utilisée pour les jeux de ballon. L'opération de fermeture du square la nuit qui permettra de supprimer la fréquentation nocturne et les dégâts qu'elle occasionne, s'accompagne de la création à proximité immédiate du jardin d'une aire de jeu de ballon d'environ 200 mètres carrés, clôturée de grilles. Situé place Jean-Vilar, cet équipement complémentaire, financé sur les crédits de la mairie d'arrondissement, sera ouvert aux même horaires que le jardin. Il devrait permettre à la pelouse de celui-ci de retrouver un meilleur aspect et une fréquentation plus adaptée à sa vocation.
Voici les éléments de réponse que je peux apporter à votre question.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PJEV 49.
Qui est pour ?
Contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, PJEV 49).