Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

44 - 2000, DLH 213 - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer une demande de permis de démolir et une demande de permis de construire visant un bâtiment à usage d'habitation dépendant de l'immeuble en copropriété situé 36, rue Doudeauville (18e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DLH 213 autorisant M. le Maire de Paris à déposer une demande de permis de démolir et une demande de permis de construire visant un bâtiment à usage d'habitation dépendant de l'immeuble en copropriété situé 36, rue Doudeauville (18e).
La parole est à M. BLET.
M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, depuis que la Ville a jeté son dévolu sur la rue Emile-Duployé et ses abords, petit quartier de charme, les environs ont bien changé. Dans le Londres des années 1960 on disait : "Ce que les V1 ont épargné, les promoteurs l'ont rasé", à Paris, nous n'avons pas cette excuse mais hélas, "Ce que les promoteurs ont épargné, la Mairie ne l'a pas raté".
Plusieurs fois je suis intervenu devant cette Assemblée pour dénoncer vos méthodes et celles de votre prédécesseur sur le quartier. Rien ici n'a su vous empêcher de persévérer... chut !... En octobre 1998, vous nous demandiez d'approuver la destruction vandale de 21 immeubles ! Que les dossiers techniques justifiant ces actes barbares aient été falsifiés fut sans aucune importance !
Dans le cas qui nous intéresse, abattre la rue Emile-Duployé n'a pas suffi, et dès 1994 la Ville parvient à faire tomber un bâtiment mitoyen mais néanmoins dépendant du n° 36, rue Doudeauville et situé au fond de la cour. Loin d'être satisfait, vous avalez à l'occasion une portion d'un autre bâtiment sis à la même adresse, sans le détruire toutefois. Le bâtiment et le terrain ainsi libérés permettront la construction-réhabilitation par l'O.P.A.C. de 6 logements P.L.I. auxquels on accédera par la rue Emile-Duployé. Opérations un peu complexe vous en conviendrez...
Certes, il y a eu concertation entre les services de la Ville, les copropriétaires et le Syndic du 36, rue Doudeauville. Ces derniers semblent satisfaits ; on n'en attendrait pas moins d'un tel exercice. Ils regrettent cependant la confusion initiale et la complexité de l'opération aggravée par la multiplication des intervenants du côté de la Ville.
En contrepartie de ce chambardement qui va réduire la superficie de la cour du 36, il est prévu de détruire partiellement un petit bâtiment sis dans cette même cour et appartenant à la Ville afin de permettre la création d'un local à vélo. Cette démolition est l'objet de la présente délibération. Malheureusement, il faut bien considérer que l'opération, élargissant les méfaits du programme Emile-Duployé à cette copropriété voisine, va massacrer une cour typiquement parisienne et parfaitement entretenue. Je ne pense pas que vous auriez agi de la sorte dans certains arrondissements plus occidentaux ou méridionaux.
De même, je ne partage pas l'opinion de vos services quant à la qualité du bâtiment à usage de logement dont vous nous demandez d'autoriser la démolition. Certes il est petit, 45 mètres carrés pour deux logements. Mais réunis, cela constitue une surface raisonnable. Où est le problème ?
Combien existe-t-il de logements mono-orientés à Paris ? Faut-il donc supprimer tous ces logements, ainsi que les premiers étages qui sont souvent bien sombres ? Vous cherchez une fois de plus à justifier des destructions même limitées par des arguments fallacieux. Vous sacrifiez le pavillon, mais dans la cour, vous déplacez un arbre afin de le sauver, et ce aux frais des contribuables ! Décidément, cet arbre a bien de la chance !
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à M. BULTÉ pour vous répondre.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - M. BLET est intervenu sur ce projet de délibération. Je lui rappelle que, conformément à ce qu'a souhaité le Maire de Paris, à chaque fois que nous développons un projet, nous le faisons en concertation avec les élus, la majorité, l'opposition, les associations.
C'est ce que nous avons fait pour ce projet de délibération qui a été voté, Monsieur BLET, à l'unanimité du Conseil du 18e, y compris les gens de votre formation politique.
M. Jean-François BLET. - Il n'y a pas d'élu Vert au Conseil du 18e arrondissement !
M. Michel BULTÉ, adjoint, rapporteur. - C'est dommage ! Je souhaite que les Verts soient plus forts dans le 18e, ce qui nous permettrait de faire évoluer les projets.
Je demande à M. BLET de faire une liste Verts pour faire évoluer les projets d'urbanisme dans ce secteur.
Après cette concertation et ce dialogue exemplaire, nous avons obtenu l'unanimité. Je ne peux pas revenir sur ce projet.
Merci.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 213.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DLH 213).