Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

27 - 2000, JS 214 - Subvention à l'association "Académie internationale des arts et des lettres" (7e). - Montant : 35.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération JS 214 accordant une subvention à l'association "Académie internationale des arts et des lettres" (7e).
Vous avez la parole, Madame BRAQUY.
Mme Arlette BRAQUY. - Evidemment, Monsieur le Maire, le projet de délibération qui nous est présenté nous étonne, même si malheureusement nous sommes habitués à ce type de présentation. Il nous semble en effet impossible de nous faire une opinion sur le bien-fondé d'une telle demande de subvention.
Cette association, qui a certes des objectifs généraux très louables, je cite : "développer des activités éducatives, sociales et culturelles en direction d'un public de jeunes" précise qu'elle a une situation financière équilibrée en 1999 sans préciser la provenance des recettes ou la cause des dépenses mais prévoit un déficit de 50.000 F en l'an 2000 sans indiquer les actions réalisées en 1999 ni les manifestations prévues en l'an 2000 et le nombre de jeunes concernés.
Le groupe "U.D.F. et Modérés" devant cette carence de renseignements souhaite à nouveau que ce type de demande de subvention, dont la motivation est pour le moins imprécise, ne soit plus admise. A l'évidence, cette façon de faire a tendance à dévaluer le rôle de notre Assemblée ainsi que la mission si importante des associations dans la vie de la Capitale.
Pour les raisons évoquées, notre groupe ne votera pas cette subvention.
Je vous remercie.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - M. BURRIEZ a la parole pour répondre à Mme BRAQUY.
M. Jean-Pierre BURRIEZ, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Monsieur le Maire, je remercie notre collègue, Arlette BRAQUY, de son intervention. Je dirai que c'est presque une position de principe de son groupe.
Je crois, Madame BRAQUY, chère collègue, qu'il ne faut pas tout mélanger. Il existe des Commissions. Je vous le dis pour la troisième fois. Je trouve qu'il n'est pas normal de critiquer les projets en séance quand aucun représentant de son groupe n'est présent en Commission. Je n'ai jamais vu à la 4e Commission, depuis deux ou trois ans, quelqu'un du groupe U.D.F.
Je vous invite, chère collègue, à faire un appel auprès des membres de votre groupe pour qu'ils assistent aux Commissions et tous les renseignements leur seront donnés : les renseignements financiers, la participation, etc. C'est trop facile de critiquer en séance !
Néanmoins, je vais vous répondre pour la dernière fois. Je regrette de n'avoir pas pu le faire en Commission.
Cette association, bien connue, monte des opérations en particulier avec des jeunes francophones. Si, Madame BRAQUY, l'un des membres de votre groupe avait été présent en Commission, il aurait eu tous les renseignements sur les nombreuses manifestations et le fonctionnement général.
Il y a 11.000 adhérents, à la fois directs de jeunes individuels en particulier, mais également d'associations qui ne peuvent pas organiser des opérations culturelles et qui utilisent cette "Académie internationale des arts et des lettres" comme fédérateur.
Je tiens à votre disposition tous les documents que vous avez demandés, Madame BRAQUY.
Mme Arlette BRAQUY. - Merci.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix le JS 214...
Madame BRAQUY vous souhaitez ajouter un mot ?
Mme Arlette BRAQUY. - C'est effectivement un dossier que je ne suis pas, mais je voudrais dire à M. BURRIEZ qu'à ma connaissance, M. OGÉ est toujours présent à ces Commissions.
Je ne suis pas inscrite à cette Commission. Vous avouerez que lorsqu'on attribue 11 millions pour la Maison des oiseaux, cela semble un coût élevé. Lorsque l'on demande modestement une subvention pour les logements des jeunes et qu'elle tarde à venir, il y a quand même un différentiel qui me paraît absolument étonnant.
Mais je ne faisais que retransmettre en la matière les commentaires de M. OGÉ.
M. Jean-Pierre BURRIEZ, adjoint, rapporteur. - Je ne veux pas entamer une polémique, mais depuis que je suis en 4e Commission et que je rapporte les affaires "Jeunesse", je n'ai jamais vu un représentant du groupe U.D.F.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 214.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, JS 214).