Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

25 - 2000, DPE 49 - Subvention à l'association "Gare aux pollutions" (18e). - Montant : 10.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2000


M. Vincent REINA, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPE 49 accordant une subvention à l'association "Gare aux pollutions" (18e).
Je donne la parole à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, l'association "Gare aux pollutions" lutte désespérément depuis des années contre les sources de pollution dans les 10e, 18e et 19e arrondissements. Son action est particulièrement connue concernant la pollution engendrée par les locomotives diesel du dépôt S.N.C.F. Villette.
Les fumées toxiques des locomotives diesel ont des conséquences graves pour la santé des personnes fragiles, comme les enfants asthmatiques.
La Direction sanitaire et sociale de Paris a lancé une campagne de dépistage dans les établissements scolaires voisins, très exposés, où les enseignants ont été contraints de prendre des mesures pour protéger les enfants.
L'électrification de la ligne Paris-Bâle est enfin sérieusement envisagée. Mais en attendant, les locomotives continuent à déverser leur poison dans l'atmosphère.
L'association "Gare aux pollutions" désire engager une procédure d'analyse des émissions polluantes en provenance des motrices S.N.C.F. par l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (I.N.E.R.I.S.). Malheureusement, son budget ne lui permet pas de couvrir une dépense de 122.724 F.
Alors, c'est très bien, pour la deuxième année, Monsieur le Maire, de donner à cette association une subvention de 10.000 F pour l'aider à financer ses analyses, bien qu'elle soit insuffisante. Mais ce serait mieux encore, si vous agissiez pour éliminer concrètement ces sources de nuisance, pour améliorer enfin la qualité de vie des habitants. Voilà plusieurs années que cet état de choses dure, tout le monde se répand en bonnes paroles sur ce dossier, mais personne n'agit à la source !
M. Vincent REINA, adjoint, président. - Merci, Madame SCHNEITER.
Monsieur TRÉMÈGE, vous avez la parole pour répondre à Mme SCHNEITER.
M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Une réponse brève, Monsieur le Maire, pour dire que si cette association se préoccupe de protéger l'environnement, c'est une préoccupation qui, quels que soient les avis contraires, anime la Municipalité de façon quotidienne.
Par conséquent, c'est de façon tout à fait agréable que nous répondons à la demande de l'association "Gare aux pollutions".
Je voudrais dire à Mme SCHNEITER que malheureusement, sur le problème indiqué, la Ville de Paris n'est pas décisionnaire. J'ai pour ma part, à la demande du Maire de Paris, assisté le 25 avril dernier à une réunion au Ministère de l'Equipement où j'ai réaffirmé ce qu'elle vient de dire, à savoir la préoccupation de la Municipalité, avec singulièrement des réserves quant au projet de remotorisation des locomotives, considérant en effet que ce n'était pas la bonne réponse au problème, car en réalité cette remotorisation ne règle pas le problème du démarrage à froid et en particulier des émanations de proximité pour les écoles. La majorité municipale dans son expression au Conseil régional a soutenu le projet d'électrification de la ligne "Paris-Bâle" et, entre temps, il me semble qu'une solution existe puisque vous savez qu'à l'intérieur de l'Ile-de-France cette ligne est électrifiée et qu'on pourrait parfaitement envisager un décrochage au-delà, en dehors de sites où il y a de la population ; cela peut très bien se faire, par conséquent les pouvoirs publics, l'Etat, le Ministère de l'Equipement et la S.N.C.F. ont à leur disposition un certain nombre de moyens.
C'est ce que j'ai voulu réaffirmer de façon solennelle lors de cette réunion.
Le Maire de Paris ne cesse de presser ses interlocuteurs de trouver une solution. J'espère qu'elle interviendra rapidement.
En tout état de cause, nous nous joignons à toutes les associations qui, de près ou de loin, travaillent à la protection de l'environnement et singulièrement à cette association-là.
Merci.
M. Vincent REINA, adjoint, président. - Merci, Monsieur TRÉMÈGE.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 49.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DPE 49).