Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2004, DDEE 49 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer avec l’association “Boutique de Gestion de Paris” (11e) une convention de gestion de la couveuse “Le Geai” prévoyant l’accompagnement de créateurs de structures d’insertion par l’activité économique.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2004


 

M. LE PRÉSIDENT. - Maintenant, je vous invite à examiner le projet de délibération DDEE 49 G qui concerne l?association ?Boutique de Gestion de Paris?.

Je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL. - Je souhaite saluer ce projet de délibération qui nous est proposé aujourd?hui relatif à la signature d?un avenant à la convention de gestion de la couveuse ?Le Geai? de la ?Boutique de Gestion? prévoyant l?accompagnement des créateurs de structure de l?insertion par l?activité économique.

En effet, ce projet de délibération me permet de saluer l?action de la ?Boutique de Gestion de Paris? et de sa couveuse ?Le Geai?. Des créateurs potentiels d?entreprise y trouvent la possibilité de tester en grandeur réelle leurs projets, tout en conservant leur statut et leur revenu de base.

(Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, remplace M. le Président au fauteuil de la présidence).

Il m?a été donné de suivre de plus près les créateurs accueillis dans l?espace de la couveuse dans le 19e arrondissement, lors de la célébration du premier anniversaire de cette couveuse, à la fin de l?été.

Les créateurs sont aujourd?hui, après leur passage, en mesure de valider leur projet dans des domaines très différents (design, stylisme, communication, etc.).

Certains volent aujourd?hui de leurs propres ailes. Je pense, par exemple, à l?entreprise ?IDEO? qui fabrique des vêtements en coton, dans le cadre d?un partenariat de développement solidaire avec des pays en développement comme l?Inde et le Vietnam et qui combine donc l?utile et l?agréable.

Aujourd?hui, ?IDEO? est présente dans 120 points de vente et vient de recevoir une distinction de la Chambre de commerce qui récompense les jeunes créateurs.

 

Je crois que la Ville peut s?honorer de participer à de tels succès.

Ouvrir aujourd?hui les projets de création à l?insertion par l?activité économique est une très bonne chose. En effet, la Ville souhaite développer l?insertion par l?activité économique. Cela commence, bien sûr. Nous avons débuté par l?introduction dans les marchés de la Ville de clauses sociales.

Cela nécessitera, bien évidemment, de suivre l?application de ces clauses au plus près de leur application et mise en ?uvre, c?est-à-dire dans les arrondissements. De voir par exemple au plus près des chantiers comment les structures telles que l?A.N.P.E., les missions locales, mais bien sûr l?ensemble des associations qui interviennent auprès des demandeurs d?emploi et qui peuvent mobiliser dans la durée des publics éloignés de l?emploi sur ce type de chantiers.

Cela nécessite également de suivre les partenariats avec les employeurs qui eux demandent à n?avoir qu?un interlocuteur unique qui permette cette mise en relation entre demandeurs d?emploi, et concrètement chefs de chantier.

Cet interlocuteur doit faire le lien avec les structures dont je parlais plus haut. Mais ce développement de l?insertion par l?activité économique nécessite de multiplier ces structures, c?est ce que cet avenant au projet de délibération permettra de faire, parce que développer insertion sociale et activité économique, c?est parfois difficile pour les structures, c?est parfois hasardeux et permettre ce développement en l?assurant, en le solidifiant permettra un développement qui minimise le hasard et les risques de sortie difficile pour les structures?

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Si vous voulez bien écoutez l?oratrice !

Mme Colombe BROSSEL. - Un dernier mot, Monsieur SAUTTER, sur la sortie de la couveuse d?un certain nombre de créateurs d?activité.

On sait aujourd?hui que les créateurs d?activité sont confrontés à une question récurrente et pénible pour eux qui est la question des locaux. Bien souvent, on demande, que ce soit dans le parc privé ou dans le parc social, l?équivalent de 12 à 18 mois de loyer pour rentrer dans un local, que ce soit en garantie ou en caution.

Or, ces 12 à 18 mois de loyer, aujourd?hui personne n?est en mesure de les assurer à un créateur d?activité qui dans cette période de lancement a besoin de cet argent pour créer, pour vendre et non pas uniquement pour rentrer dans des locaux. Nous aurions tout intérêt à mettre en place des dispositifs innovants et créatifs, et pourquoi pas avec un certain nombre d?organismes municipaux, je pense par exemple au Crédit municipal qui pourrait nous aider là-dedans.

On est confronté à cette difficulté pour les créateurs qui sont lancés, que l?on a accompagnés dans leur lancement, qui buttent ensuite une fois qu?ils volent de leurs propres ailes sur la question des locaux. Le Maire dans un de ces comptes rendus imaginait une solution innovante avec le Crédit municipal pour les associations, je crois que l?on pourrait étendre aujourd?hui cette mesure aux créateurs d?activité au sens large car on a vraiment besoin qu?une fois accompagnés par la collectivité, ils restent dans nos arrondissements et nos quartiers et ne partent pas en banlieue pour simplement pouvoir assurer leur prise de locaux.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci, Madame BROSSEL.

Pour répondre, je donne la parole à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Madame la Présidente, Mme BROSSEL a insisté à juste titre sur la qualité du travail qui est fait par l?association ?Boutique de Gestion de Paris? et qui gère une couveuse de projets individuels. Depuis sa création en août 2000, ce sont près de 200 personnes en difficulté qui ont pu devenir ainsi entrepreneurs à l?essai.

L?objet du projet de délibération d?aujourd?hui c?est d?étendre le champ d?intervention des Boutiques de gestion, parce que tous les chômeurs ne peuvent pas devenir entrepreneurs, mais ils peuvent bénéficier d?une sorte de transition dans des structures d?insertion par l?activité économique qui s?appellent ?association intermédiaire, entreprise d?insertion, entreprise de travail temporaire d?insertion?. Nous soutenons la création de ces structures d?insertion, mais la grande difficulté que nous avons c?est de trouver des entrepreneurs d?insertion. Et l?idée que la ?Boutique de Gestion? a proposé, qu?il vous est proposé d?approuver, c?est de ?couver? en quelque sorte, d?aider 16 porteurs de structure d?insertion pendant 12 mois à mûrir leur projet. Je pense que c?est une très bonne idée.

Dernier point, Mme BROSSEL a reposé, et elle a raison, la question d?apporter un soutien financier aux jeunes entrepreneurs qui doivent s?installer dans des nouveaux locaux et qui doivent, c?est vrai, même auprès des organismes sociaux, apporter 12 à 18 mois de caution de loyer.

Je peux dire que nous travaillons actuellement avec le Crédit municipal de Paris et l?Association pour le développement de l?initiative économique à mettre en place un système de garantie de loyers et je peux vous annoncer que le projet de délibération correspondant passera probablement le mois prochain.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je vous remercie.

Très franchement il s?agit de la lutte concrète contre le chômage et cela mériterait davantage d?attention !

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 49 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2004, DDEE 49 G).

Je vous en remercie.