Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

14 - 1996, D. 575- Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'Association pour le développement populaire de l'art lyrique une convention relative à la production du "Requiem" de Berlioz au Palais omnisports de Paris-Bercy (12e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1996




M. LE MAIRE DE PARIS.- Nous examinons le projet de délibération D. 575 relatif à la production du "Requiem" de Berlioz au Palais omnisports de Paris-Bercy.
Monsieur REY, vous avez la parole.

M. Gérard REY.- Monsieur le Maire, mes chers collègues, c'est une intervention de principe.
Il s'agit d'une garantie de 1,5 million de francs qui est accordée à une association qui organise un spectacle à Bercy.
Je voulais vous dire deux choses.
La première, c'est que le Conseil du 12e arrondissement n'a pas été informé et n'a pas reçu ce projet de délibération. Je pense que, même si c'est un spectacle qui a un intérêt parisien, il serait bon que, chaque fois qu'il se passe quelque chose au Palais omnisports de Paris-Bercy, le Conseil du 12e arrondissement soit informé.
La deuxième, c'est que je vous mets en garde contre le principe qui consiste à faire supporter les risques éventuels de déficit directement à la Ville et non pas à l'association ou à la société qui organise les spectacles.
Enfin, si risques il y a, il paraît de meilleure gestion de les faire courir directement à la société gestionnaire du P.O.P.B. plutôt qu'à la Ville, simplement pour un principe de transparence des résultats.
Dans le cas présent, les assurances données par Mme MACÉ de LÉPINAY sur le résultat financier de ladite manifestation nous conduiront néanmoins à voter pour votre projet.

M. LE MAIRE DE PARIS.- Monsieur BISE, vous avez la parole.

M. Alain BISE, au lieu et place de Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission.- Monsieur le Maire, je répondrai tout d'abord à l'intervenant qu'il ne s'agit pas d'une activité, d'une association ou d'une demande purement locale et, par conséquent, je le renvoie strictement à l'application de la loi P.M.L. Ce projet de délibération n'avait donc pas à passer pour avis devant le Conseil du 12e arrondissement.
Sur le deuxième point, vous avez vous-même fait remarquer qu'il s'agissait d'une question de principe.
Je ne vous ferai pas une réponse de principe, mais je répondrai qu'il s'agit d'un événement qui est tout à fait exceptionnel puisque, pour la première fois, le "Requiem" de Berlioz va être présenté selon la conception originale de son compositeur.
Seront présents au cours de ces deux concerts exceptionnels : 1.250 exécutants, 2 orchestres symphoniques, 1 fanfare, 10 ténors et enfin 1.000 choristes.
Je préciserai également que la société qui produit ce spectacle ne reçoit pas de subvention de la Ville de Paris. C'est donc effectivement par le biais d'une garantie de déficit que la Ville peut éventuellement intervenir, et ce, comme vous l'avez rappelé, à hauteur de 1.500.000 F. C'est un dispositif tout à fait exceptionnel- parce qu'il s'agit d'un spectacle et d'une production réellement exceptionnels -, qui a déjà été utilisé par le passé à plusieurs reprises lorsque des grands opéras ont été présentés à Bercy.
Dans le contexte actuel, à quelques jours de la présentation de ces deux spectacles, je puis vous dire que les réservations ont très bien marché et que, vraisemblablement, il n'y aura pas à envisager de déficit. Je vous dirai encore que des tarifs préférentiels sont consentis au bénéfice des élèves des conservatoires municipaux de la Ville de Paris.
Par conséquent, notre intervention sous cette forme paraît tout à fait justifiée, et c'est la raison pour laquelle je vous demanderai, Monsieur le Maire, de bien vouloir mettre le projet de délibération aux voix de notre Assemblée.

M. LE MAIRE DE PARIS.- Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, MM. DUMAIT, MESMIN et Mme TAFFIN s'étant abstenus. (1996, D. 575).