Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

51 - V- Question d'actualité de Melle Sylvie SCHERER, élue de "Paris, écologie, solidarité et citoyenneté" à M. le Préfet de police sur à la Fête de la musique.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- La dernière question d'actualité de Melle Sylvie SCHERER concerne la Fête de la musique.
Mademoiselle SCHERER, vous avez la parole.

Melle Sylvie SCHERER.- Monsieur le Maire, mes chers collègues, la Fête de la musique aura lieu partout en France le 21 juin prochain.
A Paris, comme chaque année, elle va rassembler un public nombreux, originaire de la Capitale mais aussi de la Région parisienne.
L'an dernier, des incidents, attribués à des "casseurs", ont eu lieu notamment dans le 10e arrondissement et plus précisément dans les gares S.N.C.F. et R.E.R., au moment où de jeunes banlieusards désireux de rentrer chez eux ont trouvé portes closes.
Pour ces jeunes touchés plus durement que les autres par la crise et qui ne peuvent donc se payer un taxi pour regagner leur domicile, les transports en commun sont un moyen indispensable pour participer plus librement à la vie culturelle de la Capitale.
L'enjeu est donc de trouver la souplesse nécessaire pour que de tels incidents ne se reproduisent pas, tout en permettant à tous de participer et d'accéder aux diverses manifestations culturelles organisées à Paris à l'occasion de la Fête de la musique.
Parce que lutter contre la fracture sociale, c'est aussi lutter contre la fracture spatiale, nous vous demandons si des aménagements spécifiques ont été prévus le 21 juin prochain pour faciliter le retour de ceux qui n'habitent pas Paris, au-delà de l'heure habituelle de fermeture des transports en commun.
Je vous remercie.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Madame MACÉ de LÉPINAY, vous avez la parole.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint.- Madame, l'organisation de la Fête de la musique mise en place sur l'ensemble du territoire national et à laquelle, chaque année, la Ville de Paris s'associe par des manifestations spécifiques, ponctuelles, relève de la compétence de l'Etat.
Il est évident que les conditions d'organisation de cette journée, à laquelle les autorités entendent conserver spontanéité et fantaisie, doivent s'attacher également à préserver la sécurité des participants ainsi que des Parisiens qui ne se sentent pas concernés par cette manifestation.
C'est pourquoi M. le Préfet de police a tenu des réunions, en liaison avec la R.A.T.P. et la S.N.C.F. pour veiller à une meilleure organisation des transports.
Le Maire de Paris ne peut que lui laisser le soin d'informer le Conseil de Paris et l'ensemble des Parisiens sur les modalités de transport public prévues pour la nuit du 21 juin au 22 juin. La R.A.T.P. et la S.N.C.F. seront, en tant que de besoin, saisies sur cette même question.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Merci, Madame MACÉ de LÉPINAY.
La parole est au Représentant de M. le Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE.- Merci, Monsieur le Maire.
Comme l'a indiqué Mme le Conseiller, à la suite des incidents que nous avons déplorés lors de la Fête de la musique de l'année dernière, M. le Préfet de police a été conduit, dès les premières réunions de mise au point des manifestations prévues pour la nuit du 21 au 22 juin prochain, à examiner les conditions de retour par les transports publics des habitants de banlieue qui convergent sur Paris, de plus en plus nombreux chaque année, à l'occasion de cette manifestation.
Des réunions de travail ont associé, à son initiative, dès le mois de mars dernier, des représentants des services de police, de la R.A.T.P., de la S.N.C.F. et du Ministère de la Culture.
Des services minimaux sur les principales destinations seront organisés suivant des horaires et des trajets qui sont encore à l'étude et qui feront l'objet d'une communication précise par la S.N.C.F. et par la R.A.T.P.
Il s'agit là d'un effort considérable consenti par ces deux entreprises publiques et leurs agents et qui doit conserver un caractère tout à fait exceptionnel.
Les points de départ seront fixés dans les gares, où des animations musicales sont d'ores et déjà prévues. Il n'est pas envisagé, pour des raisons de sécurité, que les autres stations de métro et du R.E.R. situées dans Paris intra muros soient ouvertes au-delà des heures habituelles de fermeture.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Je remercie M. le Représentant du Préfet de police.
Mes chers collègues, nous en avons terminé avec les questions d'actualité.