Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

9 - 2002, DAEE 31 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer avec l'Etat des conventions pour l'emploi de personnes en contrat emploi solidarité

Débat/ Conseil général/ Juin 2002


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAEE 31 G autorisant M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, à signer avec l'Etat des conventions pour l'emploi de personnes en contrat emploi solidarité.
Mme Catherine GÉGOUT est inscrite. Vous avez la parole, Madame.
Mme Catherine GÉGOUT. - Oui, je serai brève. Simplement pour me réjouir de cette disposition parce que, dans la précédente mandature, j'avais essayé d'obtenir qu'il y ait un certain nombre de C.E.S. qui puissent passer en C.E.C. pour permettre une continuité dans leur présence à la Ville de Paris et des chances d'insertion ultérieure dans le personnel municipal.
C'était une politique à l'époque de la ville de ne pas transformer les C.E.S en C.E.C.
Là, il s'agit d'une opportunité, pour un certain nombre de C.E.S. actuellement en poste. Je ne sais pas de quelle façon la Ville va s'y prendre pour y travailler. C'est intéressant en tant qu'outil d'intégration des personnels. Il faut que la formation soit effective et que chacune de ces personnes puisse bénéficier d'un accompagnement sur un projet soit d'intégration à la ville, soit de recherche d'emploi ailleurs.
Vraiment je pense que c'est, toutes proportions gardées, la même problématique que pour les emplois jeunes. Il faut arriver à ce que ces emplois ne soient pas un effet d'aubaine pour la Ville qui va payer moins des gens qui vont travailler, mais à la fois que la Ville puisse bénéficier de leur travail et que celui-ci puisse bénéficier aux personnes pour rebondir dans une démarche d'insertion.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci, Madame GÉGOUT.
Monsieur SAUTTER, vous avez la parole.
M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Mme GÉGOUT a dit l'essentiel : il s'agit de compléter la panoplie d'outils dont nous disposons pour l'insertion des personnes en très grande difficulté, des chômeurs de très longue durée, des travailleurs handicapés, des allocataires du revenu minimum d'insertion.
Ce contrat emploi consolidé est un contrat d'un an renouvelable quatre fois dans la limite de 60 mois. C'est un outil qui vient compléter le contrat emploi solidarité, mais on peut très bien rentrer dans un contrat emploi consolidé sans passer par un contrat emploi solidarité.
Je ne veux pas en dire plus. Je rappelle qu'il y a 33.000 chômeurs de longue durée à Paris, 50.000 titulaires du revenu minimum d'insertion. Il était grand temps que l'on utilise cet outil qui est financé en bonne partie par l'Etat.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 31 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DAEE 31 G).