Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

8 - 2002, DAEE 29 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer avec le Comité national de liaison des Régies de quartier une convention relative au développement des Régies de quartier à Paris

Débat/ Conseil général/ Juin 2002


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAEE 29 G relatif à la signature avec le Comité national de liaison des régies de quartier d'une convention relative au développement des régies de quartier à Paris.
Mme Véronique DUBARRY est inscrite. Je lui donne la parole.
Mme Véronique DUBARRY. - Merci, Madame la Présidente.
Chers collègues, cette délibération, vous vous en doutez, reçoit l'entière approbation des élus du groupe des "Verts". J'avais dit, en mai 2001, à la suite de la communication du Maire sur la sécurité qu'il fallait réapprendre à vivre ensemble, en favorisant les échanges intergénérationnels, en créant des lieux ouverts à tous et je citais en exemple les maisons des associations et les régies de quartier, puisque je précisais que, forcément, on regarde différemment un jeune s'il a fait des travaux dans votre immeuble.
Les régies, au plus proche des habitants et des quartiers, ont déjà gagné leur légitimité partout ailleurs en France. Ce sont des acteurs et des partenaires essentiels du développement local et de la politique de la ville. Cet outil social et économique est bien l'un de ceux qu'il convient de privilégier dans l'apprentissage du mieux-vivre ensemble et in fine, puisque cela a intéressé certains de nos collègues de la droite, ce matin, dans la lutte contre l'insécurité et le sentiment d'insécurité.
C'est un outil social par la valorisation d'une intervention territorialisée, qui privilégie la participation des habitants comme acteurs de leur environnement et comme salariés, par l'insertion par l'économique des personnes les plus en difficultés ; c'est un outil économique parce qu'une régie répond à des besoins immédiats, souvent à forte valeur symbolique, vous le disiez ce matin, Monsieur le Maire : nettoyage et entretien des espaces collectifs, second ?uvre de bâtiment, remplacement de gardien, etc. Mais aussi en permettant l'émergence de nouvelles activités : correspondants de nuit, agents du tri sélectif, ateliers collectifs de mécanique, mise à disposition de moyens de transport associatifs, etc.
Cette liste est loin d'être exhaustive puisqu'elle dépend entièrement des besoins des habitants et de l'imagination dont ils peuvent faire preuve pour y répondre.
Pour finir, l'idée du mieux-vivre ensemble. Les régies, au-delà de la gestion, permettent le développement d'une nouvelle citoyenneté, d'une démocratie réellement participative car, même si certains dispositifs l'oublient, sans les habitants et leur participation à chaque échelon de décision, une régie de quartier ne peut exister.
Les régies ont aussi, en elles, une part de rêve, celle d'un "s'il suffisait que...", le désir à portée de la main, à portée de budget. Il s'agit donc bien d'économie solidaire.
Je vois toutefois un petit problème. Vous dites "douze". J'imagine donc que nous signerons une autre convention puisque dans la convention, il est question de six régies de quartier.
Ensuite, en ce qui concerne la localisation de ces régies, le seul élément de priorité qui est mis en avant, et c'est bien normal, c'est celui de l'implantation dans les quartiers politiques de la ville, OK. Donc douze. Moi, je vous dis, et là pour le coup je parle en tant qu'élue du 10e, déléguée à la prévention et à la sécurité, que le 10e a inscrit dans son contrat de sécurité d'arrondissement l'installation d'une régie de quartier. On serait bien bête de se passer de cet outil extraordinaire. Cette inscription s'est faite en accord avec les bailleurs et les associations de terrain. Alors, étant donné que je l'ai dit la première, j'imagine que le 10e sera en tête sur la liste des installations ? C'est moi qui l'ai dit, c'est moi qui l'obtiens ! Il n'y a pas de raison.
Ou alors je subodore que vous avez mis en place une méthode de choix et de priorités et c'est surtout là-dessus que j'aimerais que vous me répondiez, pour savoir à quel moment le 10e pourra bénéficier de cet outil.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Les Verts").
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci, Madame DUBARRY.
M. SAUTTER a la parole pour répondre.
M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Je répondrai à Mme DUBARRY qu'un des avantages, mais c'est un mince avantage, d'avoir très peu fait jusqu'à présent, c'est que nous sommes en retard. Etant en retard, nous pouvons bénéficier de l'expérience des autres villes qui ont compris, avant Paris, que le développement de régies de quartier était un moyen important d'insertion sociale et économique.
Cette convention avec le Comité national de liaison des régies de quartier va apporter à la Ville de Paris un savoir-faire que nous n'avons pas actuellement pour aller vers ce programme de douze régies de quartier sur la mandature.
Comme vous l'avez noté, Madame DUBARRY, cette convention porte sur trois ans et six régies de quartier. Vous voyez qu'en faisant la multiplication, on arrive à peu près au compte.
Le critère de choix des projets sera simple. On prendra les projets qui sont prêts, c'est-à-dire pour lesquels il y a un responsable, un soutien local, des locaux. Je ne veux pas du tout créer a priori de priorités entre les arrondissements. Je dis simplement que s'il y a une telle émulation entre les arrondissements pour faire des régies de quartier et qu'à la fin on termine à quatorze au lieu de douze, personnellement je n'en serai pas attristé.
Donc, si vous avez un projet dans le 10e, travaillez-y. Nous y travaillerons ensemble et nous verrons quand il débouchera, je l'espère, le plus vite possible.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 29 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DAEE 29 G).