Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

29 - 2000, PP 126 - Budget spécial de la Préfecture de police de 2001 (sections de fonctionnement et d'investissement)

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2000


M. LE MAIRE DE PARIS. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PP 126 concernant le budget spécial de la Préfecture de police de 2001 (sections de fonctionnement et d'investissement).
Qui est pour ?
Contre ?
M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement des citoyens, maire du 11e arrondissement. - Avec la police municipale, donc il faut supprimer la Préfecture de police...
M. LE MAIRE DE PARIS. - Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, PP 126).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Avant de nous séparer, je voudrais vous dire quelques mots.
Je remercie d'abord tous ceux qui ont participé de l'avoir fait.
Je voudrais, vous le comprendrez très simplement, très calmement, regretter que des membres de la majorité municipale, par leur attitude de non vote notamment, aient permis le rejet d'un budget qu'ils considéraient comme bon puisque ce budget était dans la droite ligne des précédents, qu'ils avaient votés, et ce pour des raisons politiciennes et sur injonction, sur ordre donné par un candidat non élu de Paris.
Cela ne s'était jamais vu dans notre enceinte municipale, ni d'ailleurs ailleurs.
Pas un argument de ceux qui se sont ainsi comportés, pour la deuxième fois, comme des putchistes, pas un seul argument n'a pu mettre en cause les priorités et la baisse de 4 % des impôts.
Ils privent ainsi les Parisiens d'un bon budget.
Les Parisiennes et les Parisiens apprécieront cette manoeuvre politicienne.
Cette décision, et je le vois dans leur comportement, est bonne pour l'opposition de gauche qui a ainsi gagné. Elle est mauvaise pour Paris. Les partis politiques ne doivent pas régenter de l'extérieur le fonctionnement d'une assemblée municipale, notamment le Conseil de Paris.
La vérité est simple et claire : Philippe SÉGUIN et ses représentants, afin de satisfaire leurs ambitions, n'ont pas hésité à faire alliance avec l'opposition de gauche du Conseil de Paris. Je le répète, les Parisiennes et les Parisiens décideront.
Je veux, en terminant, remercier les membres de la majorité municipale qui sont restés fidèles à leurs engagements et à leurs votes précédents et qui ont voté pour un bon budget, qui aurait permis de continuer la mise en place des priorités et la baisse des impôts, de 4 %.
Je remercie Jean-François LEGARET pour le travail de préparation de ce bon budget.
Je remercie aussi le Directeur des Affaires financières et ses collaborateurs et collaboratrices, à tous les niveaux, qui ont bien travaillé et qui se sont donnés du mal, pendant plusieurs mois.
Je remercie aussi le Secrétaire général du Conseil et ses collaborateurs.
Mesdames et Messieurs, la séance est levée.
La séance reprendra à 14 heures 45.