Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

8 - 2003, ASES 55 G - Subvention de fonctionnement à l'association "Autisme 75" (13e). - Montant : 20.000 euros

Débat/ Conseil général/ Mars 2003


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération ASES 55 G relatif à l'attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "Autisme 75".
Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT est inscrite et Mme KOMITÈS lui répondra.
La parole est à Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT.
Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT. - Madame la Présidente, mes chers collègues, nous allons donc voter une subvention à l'association "Autisme 75" et, bien sûr, je m'en félicite. Je rappelle d'ailleurs l'importance qu'attache le Président de la République à la cause de l'autisme et je me réjouis par conséquent que la prise en charge des personnes atteintes par ce terrible syndrome soit une priorité pour notre collectivité.
En revanche et sans vouloir remettre en cause le travail effectué par Pénélope KOMITÈS, l'adjointe en charge de ce secteur qui, je le reconnais, fait un excellent travail, je regrette que l'aide de notre collectivité ne soit pas plus importante pour cette association.
Il s'agit d'une association dont l'activité ne fait qu'augmenter puisque j'ai noté une augmentation des rentrées de cotisations de plus de 186 % en deux ans. Cela est, bien sûr, révélateur de la qualité du travail fait par "Autisme 75", de la satisfaction qu'en ont les familles mais aussi et surtout de l'importance du besoin auquel répond "Autisme 75".
Par conséquent, la subvention de 20.000 euros qui a été allouée me paraît mal proportionnée en regard des besoins auxquels elle a à faire face. Bien sûr, je suppose que le Département n'a fait que répondre à la demande de "Autisme 75" (mais là, encore une fois, ce n'est pas précisé dans le document qui nous a été remis).
Je regrette en fait qu'aucun travail de réflexion conjoint avec "Autisme 75" n'ait été mené préalablement à cette demande de subvention pour aboutir à une augmentation de l'offre, compte tenu des besoins qui se font sentir dans ce domaine particulier. Une subvention plus importante aurait pu, par exemple, permettre l'augmentation du nombre de journées des permanences d'accueil et d'information, puisque j'ai noté que ces permanences avaient lieu (de mémoire) trois jours par semaine et quatre matinées par mois.
Donc, le sens de mon intervention, c'est d'essayer, lorsque des demandes de ce type-là nous parviennent - et il y a actuellement à Paris 3 associations qui s'occupent particulièrement d'autisme - au regard du travail que ces associations font sur le terrain et de l'aide de la collectivité, d'avoir un travail de réflexion avec elles.
C'est le sens de mon intervention, en précisant bien entendu que nous voterons cette délibération.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Madame KOMITÈS, vous avez la parole.
Mme Pénélope KOMITÈS, au nom de la 6e Commission. - Comme vous l'avez indiqué, la subvention correspond effectivement à la demande de l'association, mais, pour vous rassurer, nous avons mis en place, depuis maintenant quatre mois, un groupe de travail sur l'autisme à Paris avec les professionnels, la D.D.A.S.S., les associations, dont "Autisme 75". Son travail - on va bientôt terminer - a porté notamment sur le besoin de structures sur Paris, la création d'un centre régional "Autisme", l'intégration scolaire de ces enfants, l'intégration aux loisirs et surtout l'aide aux familles.
Donc, nous avons dégagé un certain nombre de pistes et de propositions qui seront vraisemblablement révélées au moment des Journées de l'Autisme, fin mai, à Paris, puisque (pour votre information) les Journées de l'Autisme auront lieu sur le parvis, je crois, les 24 et 25 mai.
Les projets qui vont être préparés pour l'année 2003-2004 sont notamment la relocalisation du Centre d'activité de jour (C.A.J.) d'"Autisme Avenir", la création du centre régional de ressources sur l'autisme, qui devrait ouvrir au mois de septembre à Paris dans le 12e arrondissement et l'ouverture à la rentrée prochaine du premier (de l'unique) SESSAD (Service d'éducation spécialisée et de soins à domicile) d'autisme sur Paris, qui devrait être localisé dans le 19e arrondissement. Nous effectuons également un travail avec la Fondation Claude-Pompidou pour les bénévoles qui vont à domicile aider les familles des enfants autistes.
Concernant l'intégration scolaire, l'Inspecteur d'Académie nous avait promis sur les 3 Classes d'intégration scolaire (C.L.I.S.) qui vont ouvrir à la rentrée à Paris une C.L.I.S. "autisme". Puisqu'il existe une Unité pédagogique d'intégration (U.P.I.) aujourd'hui à Paris, située au collège Oscar-Gréard, dans le 8e arrondissement, il nous semblait qu'il fallait qu'il y ait une C.L.I.S. aussi. Malheureusement, d'après mes dernières informations, cette C.L.I.S. ne verrait pas le jour à la rentrée. J'espère qu'elle ouvrira quand même.
Je voulais donc juste vous dire qu'effectivement nous travaillons en lien avec tous les acteurs sur l'autisme à Paris pour améliorer la situation.
Je crois qu'un gros travail que nous avons à faire est aussi de permettre la localisation d'un certain nombre de structures, que ce soit des Instituts médico-éducatifs (I.M.E.), des Instituts médico-professionnels (I.M.-Pro) ou des foyers, pour ces enfants ou ces adultes à Paris.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 55 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, ASES 55 G).