Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

13- 1998, DPE 23 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant n° 5 au contrat de concession signé avec la S.A.G.E.P. portant modification du cahier des charges techniques de ladite concession, et de signer une convention fixant les modalités d'intervention du C.R.E.C.E.P. auprès de la S.A.G.E.P.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1998



M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons au projet de délibération DPE 23, page 3 de l'ordre du jour, concernant la passation d'un avenant n° 5 au contrat de concession signé avec la S.A.G.E.P. portant modification du cahier des charges techniques de ladite concession, et la signature d'une convention fixant les modalités d'intervention du C.R.E.C.E.P. auprès de la S.A.G.E.P.
M. MANSAT a la parole.
M. Pierre MANSAT. - Monsieur le Maire, lors de multiples interventions, questions, le groupe communiste a manifesté ses préoccupations concernant le C.R.E.C.E.P. tant du point de vue de ses missions, de son avenir et de son développement, que de celui, et c'est bien évidemment étroitement lié, des conditions dans lesquelles le personnel de service exerce son activité. Ces conditions sont, comme une visite des membres de la 7e Commission a pu le vérifier récemment, indignes d'un laboratoire de réputation internationale, comme les conditions d'hygiène et de sécurité dans lesquelles travaille le personnel de cet établissement.
Il semblerait que quelque chose commence à bouger concernant le C.R.E.C.E.P., mais il serait tout à fait utile et nécessaire que l'ensemble des élus soient tenus informés des projets, de leur nature exacte et de l'état de la concertation avec les personnels.
Dans ce cadre, vous nous dites que cette convention va permettre d'augmenter les recettes du C.R.E.C.E.P. Peut-être, nous le souhaitons, en faisant remarquer que cet établissement est pratiquement en situation d'équilibre financier. Encore faudrait-il que cet équilibre ne soit pas atteint par la recherche permanente de réduction du personnel, comme c'est le cas depuis plusieurs années !
Donc, tout en maintenant nos craintes, questions et demandes concernant le C.R.E.C.E.P., nous voterons cette délibération.
M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est à M. FINEL.
M. Lucien FINEL, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, M. MANSAT s'interroge à nouveau sur l'avancement du dossier relatif au C.R.E.C.E.P., et notamment à son fonctionnement et à son relogement.
J'ai déjà eu l'occasion de rappeler, ici même, la situation du C.R.E.C.E.P. Elle appelle, c'est évident, une réforme inéluctable, mais qui dépasse la seule réorganisation matérielle des laboratoires.
Les études que nous avons engagées tant sur le plan technique, car il s'agit de clarifier les missions du C.R.E.C.E.P. en précisant le cadre de son intervention, que sur le plan financier par le biais de l'audit mené par la Direction des finances, devraient permettre de disposer de conclusions pour le troisième trimestre de 1998.
Je voudrais quand même rappeler qu'il y a déjà dix ou douze ans, j'avais entrepris un certain nombre de mesures, de modifications, de modernisations du fonctionnement du C.R.E.C.E.P. qui a acquis, il faut le savoir, une audience nationale et internationale. Mais c'est au vu des conclusions de l'audit que nous devrons repenser totalement l'organisation et la réimplantation du C.R.E.C.E.P.
Bien entendu, je tiendrai le Conseil de Paris informé de nos études et les projets de décision lui seront soumis.
Je vous remercie, Monsieur le Maire.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Paris-Libertés " et " Rassemblement pour Paris ").
M. LE MAIRE DE PARIS. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 23.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1998, DPE 23).