Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

31 - 1999, DPE 7 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres ou un marché négocié, en cas d'appel d'offres infructueux, pour la fourniture de 9 à 14 aspiratrices de trottoirs. 1999, DPE 8 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres ou un marché négocié, en cas d'appel d'offres infructueux, pour la fourniture de 29 à 54 laveuses de trottoirs

Débat/ Conseil municipal/ Février 1999


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous examinons conjointement les projets de délibération DPE 7 et DPE 8 concernant la fourniture d'aspiratrices et de laveuses de trottoirs.
Je donne la parole à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, avec ces deux projets de délibération le DPE 7, et le DPE 8, vous vous apprêtez à équiper les services de la Direction de la Protection de l'Environnement de 9 à 14 aspiratrices de trottoirs et de 29 à 54 laveuses de trottoirs.
Pourquoi cette imprécision dans les chiffres ? Les besoins seraient-ils si mal définis ?
En lisant le cahier des clauses techniques particulières, très précises et détaillées, j'ai appris que ces engins devront être équipés de moteurs de type diesel. C'est aberrant et contraire à votre volonté affichée de participer à la lutte contre la pollution de l'air.
Si la généralisation du véhicule électrique pour des particuliers n'est pas satisfaisante, son usage est particulièrement adapté aux véhicules utilitaires de ce type.
Ainsi, vous commencez à vous équiper de bennes à ordures électriques silencieux et peu polluantes, pour le grand plaisir des Parisiens. Pourquoi ne pas faire la même chose pour les véhicules de nettoyage des trottoirs et des chaussées ?
Ce serait, me semble-t-il, le genre d'objectif que la Direction de la Protection de l'Environnement devrait se fixer. Par ailleurs, on pourrait se demander si l'usage du balai, dans certains cas, n'est pas plus efficace que ces machines sophistiquées qui coûtent très cher et réduisent le nombre d'employés ?
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à M. FINEL.
M. Lucien FINEL, adjoint, au lieu et place de M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Madame SCHNEITER, les engins de nettoiement ont pour vocation d'évoluer sur les trottoirs parisiens. Cela implique une conception extrêmement compacte.
Pour ces raisons, les constructeurs rencontrent des difficultés pour développer des motorisations tout à fait spécifiques.
Pour autant certaines tentatives ont été entreprises mais se sont toujours soldées par un échec. Dans le courant de l'année 1990, un prototype de laveuse de trottoir à motorisation électrique a été développé.
La technologie retenue à batterie au plomb aboutissait à un engin d'environ 5 tonnes. Les essais réalisés par les S.T.T.P. ont montré la faible autonomie de l'engin, environ 3 à 4 heures, incompatibles avec une exploitation rationnelle.
En ce qui concerne les aspiratrices de trottoirs, une société a développé un prototype dénommé " électro-vorace ", que les S.T.T.P. ont essayé en 1998 sur une période de deux semaines.
Il a été constaté de nombreuses pannes répétitives, ce qui a conduit le constructeur à reconnaître lui-même le peu de fiabilité de son matériel.
En conclusion, la substitution d'un moteur diesel, par un moteur électrique sur un engin de trottoir est difficile, compte tenu du poids et du volume des batteries, et est de faible performance.
Je vous remercie, Monsieur le Maire.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 7.
Qui est pour ?
Contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DPE 7).
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 8.
Qui est pour ?
Contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DPE 8).