Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

103 - QOC 99-85 Question de Mme Marie-Thérèse JUNOT, élue indépendante, à M. le Préfet de police concernant la répartition des effectifs de police dans Paris

Débat/ Conseil municipal/ Février 1999


Libellé de la question :
" Alors que tout le monde s'accorde à reconnaître que la délinquance est en augmentation dans la Capitale et que l'on cherche par tous les moyens à augmenter les effectifs de policiers, Mme Marie-Thérèse JUNOT a pu constater, plusieurs jours de suite, une "armada" vraiment impressionnante d'agents, gradés ou non, et plusieurs véhicules de police, pour tout simplement surveiller le respect des feux tricolores situés à l'angle du quai Malaquais et de la rue Bonaparte (6e).
Cette même débauche de forces de police a aussi été constatée avenue du Président-Wilson (16e). Cela concernait cette fois la surveillance du couloir réservé aux autobus.
Il ne s'agit pas de faire ici une critique du travail tout à fait remarquable des policiers quant à la prévention et à la répression du comportement des automobilistes. Néanmoins, il y a vraiment une disproportion dans l'utilisation des forces de police par rapport à l'objectif visé - ici le respect du Code de la route - alors que parallèlement, des effectifs en hommes et en matériels font cruellement défaut dans les secteurs où sévissent délinquance et criminalité.
Quand M. le Préfet de police va-t-il procéder à une meilleure répartition des policiers dans Paris et adapter les moyens aux fins ? "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" Le respect des feux tricolores et la surveillance des couloirs réservés aux autobus figurent au nombre des priorités des effectifs de la Préfecture de police chargés des missions de circulation et de sécurité routière.
C'est ainsi que la recrudescence des franchissements de feux rouges constatée à l'angle du quai Malaquais et de la rue Bonaparte et que le stationnement irrégulier des véhicules dans le couloir bus de l'avenue du Président-Wilson justifient la mise en place de contrôles renforcés.
Les actions conduites dans ce domaine ne sauraient toutefois obérer les moyens déployés par les services de police pour combattre la délinquance et la criminalité.
Au demeurant, l'orientation générale donnée à la réforme des services actifs de la Préfecture de police tend, précisément, à mieux isoler au sein des services ceux en charge de l'ordre public et de la circulation, qui formeront une direction à part entière, de ceux en charge de la police de proximité, qui formeront une autre direction.
En outre, chaque arrondissement disposera dorénavant, sous l'autorité d'un commissaire central, d'une organisation regroupant, de manière fonctionnelle et rationnelle, l'ensemble des moyens de police locaux.
Le Service de la police de quartier et le Service de l'accueil, de la recherche et de l'investigation judiciaires seront exclusivement tournés vers la lutte contre la délinquance et la prévention de l'insécurité.
Enfin, le Service de voie publique assumera les tâches générales de sûreté et de tranquillité publiques et, à ce titre, il prendra part, en fonction des exigences locales, aux missions de circulation et de lutte contre l'insécurité routière. "