Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

35 - 1999, DAC 45 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'association " Paris audiovisuel - Maison européenne de la photographie " (4e) une convention d'occupation du domaine public et une convention d'objectifs

Débat/ Conseil municipal/ Février 1999


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAC 45 : autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'association " Paris audiovisuel - Maison européenne de la photographie " (4e) une convention d'occupation du domaine public et une convention d'objectif.
La parole est à M. BRAVO.
M. Jacques BRAVO. - Merci, Monsieur le Maire.
Pour aller droit au but, je dirai que nous sommes pour cette autorisation. Je n'ai pas de réserve sur ce qui est demandé. C'est même l'occasion de saluer la qualité de la programmation artistique de cette maison, en mettant en avant les éléments positifs et en souhaitant que la Ville facilite et accompagne ces activités.
Sur le montage juridique et financier, j'ai par contre de très vives réserves et je demande que l'on regarde de plus près le fait que nous ignorions l'ensemble des moyens financiers et matériels mis à la disposition de cette association.
J'insiste sur le caractère transparent ou para-municipal de ce type d'association dont les instances délibérantes comprennent plusieurs élus et fonctionnaires de la Ville de Paris.
Dans ce budget primitif voté à la fin 1998, il y a deux lignes de subvention qui se ressemblent étrangement : une ligne Maison européenne de la photographie subventionnée pour occupation du domaine public (1,65 million de francs) et une subvention de 24 millions pour l'association " Paris audiovisuel - Maison européenne de la photographie ".
Je souhaite une simplification juridique des choses et une meilleure lisibilité car, à cette date, il y a trop de questions à régulariser.
Si vous demandez de conclure une convention d'occupation du domaine, c'est pour régulariser une situation antérieure. En la matière, je souhaite que vous puissiez mettre en ordre les modalités juridiques et financières qui affectent cette association.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je donne la parole à Mme MACÉ de LÉPINAY.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je vous remercie pour les félicitations que vous adressez à la Maison européenne de la photographie. C'est une association dont l'activité ne peut que réjouir les Parisiens et leurs élus car la Maison européenne de la photographie a ouvert il y a trois ans et s'est imposée dans le panorama culturel de la Ville, de la France et même du monde entier.
Il y a actuellement une exposition David Hockney associée à celle du Centre Pompidou et du musée Picasso.
Nous participons aux grands événements culturels de notre pays.
Ce n'est donc pas sur la maison elle-même ni sur la convention d'occupation du domaine public ou la convention d'objectif que vous réagissez aujourd'hui, mais sur des questions d'ordre juridique, sur le mode de fonctionnement de la Maison européenne de la photographie.
Ce sont des raisons historiques qui font qu'elle est gérée par une association car avant l'ouverture de la Maison européenne, cette association gérait déjà l'espace photographique dans le Forum des Halles.
Le projet de la Maison européenne de la photographie a été présenté par le Président et le Directeur de l'Espace photo au Maire de Paris, Jacques CHIRAC, qui l'a accepté,
Donc la M.E.P. est devenue un lieu géré par l'association et cela ne l'empêche pas en fréquentation d'être le quatrième musée de la Ville de Paris.
Pour ce qui est du personnel, je peux vous préciser qu'elle emploie 35 personnes, dont 15 sont occupées à temps partiel.
Pour ce qui est du budget, vous avez cité deux lignes : une ligne qui est la subvention compensatrice de loyers et l'autre ligne qui est le fonctionnement de la Maison. Ce n'est pas si opaque que vous avez l'air de vouloir le dire.
Mes chers collègues, je vous demande de bien vouloir adopter cette convention qui nous permet de mettre les choses en place de façon plus satisfaisante, je pense.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 45.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DAC 45).