Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

13 - 2002, ASES 158 G - Financement du Comité local pour le logement autonome des jeunes de Paris

Débat/ Conseil général/ Septembre 2002


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération ASES 158 G relatif au financement du Comité local pour le logement autonome des jeunes de Paris.
Je donne la parole à Mme Catherine GÉGOUT et c'est Mme STIEVENARD qui lui répondra.
Mme Catherine GÉGOUT. - Désolée, mais je vais aller très vite pour ne pas monopoliser la parole.
Cette délibération est importante dans la mesure où elle traite du droit au logement des jeunes de 18 à 30 ans qui sont quand même 490.000 concernés.
Le C.L.L.A.J. est une association tout à fait récente puisque ses activités n'ont réellement démarré qu'en 2000.
Les besoins sont importants et, on le sait, l'offre à Paris est réduite. Aussi, je crois que nous devons soutenir dans leur diversité toutes les structures qui oeuvrent dans le sens du logement des jeunes.
En 2001, le C.L.L.A.J. de Paris a reçu 1.592 demandes émanant des structures adhérentes et a reçu directement 1.064 jeunes. Ce n'est quand même pas négligeable.
Ils font un accompagnement direct pour permettre l'accès au logement d'un certain nombre de jeunes, mais l'action du C.L.L.A.J. est plus large puisque finalement il anime un ensemble d'actions d'information et de pédagogie de l'accès au logement, de l'accès aux dispositifs comme "Locapass" et il joue un rôle d'intermédiaire auprès des propriétaires.
Donc, nous approuvons tout à fait cette délibération et aussi le travail entrepris pour qu'il y ait une convention assez précise qui fixe les modalités de travail et d'engagement de cette association, de manière qu'elle puisse fonctionner de façon un peu plus sereine que cela n'a été le cas jusqu'à maintenant.
Je ferai simplement quelques suggestions.
Indéniablement, cette question du droit au logement des jeunes pose la question à Paris d'accroître l'offre pour répondre aux besoins diversifiés. Nous avons une politique dans le projet "U3M" pour les étudiants, c'est bien, mais il faut un plan diversifié qui implique tous les partenaires pour un véritable parcours résidentiel des jeunes et cela interpelle très fortement le Plan local d'urbanisme de Paris.
Cette offre diversifiée devrait concerner la création de places dans des foyers de jeunes travailleurs avec une conception rénovée et la mise en place aussi d'aides ciblées vers les propriétaires pour aider à l'installation de jeunes dans des pièces qui finalement, aujourd'hui, ne sont pas utilisées correctement.
Une dernière suggestion - là, je me permets d'intervenir dans l'organisation municipale, mais ce n'est qu'une proposition - il me semble quand même que le croisement entre social, habitat et jeunesse étant très fort, l'animation politique de cette question devrait relever plutôt du secteur de la jeunesse. Enfin, cette organisation est de la responsabilité du Maire, mais il me semble que cette action n'est pas uniquement du social.
Je vous remercie.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame GÉGOUT.
Je crois que nous arrivons, au sein de l'Exécutif municipal, à travailler en équipe, mais Mme STIEVENARD va vous répondre.
Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Vous avez souligné, Madame GÉGOUT, à juste titre l'action innovante qui est conduite par le C.L.L.A.J. de manière fort utile. Il est en relation notamment avec les missions locales, il réalise un travail tout à fait utile de prospection des logements disponibles afin de mutualiser l'offre de solutions adaptées à un public jeune. Il était subventionné en 2001 à hauteur de 14.500 euros environ. Nous avons souhaité renforcer notre participation départementale en tenant compte des problèmes de trésorerie rencontrés par l'association, et également eu égard à l'augmentation de son activité : plus de 1.600 jeunes ont été reçus en 2001.
Il est donc proposé, pour 2002, d'attribuer une subvention de 60.980 euros qui inclut une subvention exceptionnelle pour rattraper le retard déficitaire de 2001.
Comme vous l'avez indiqué, une convention triennale sera signée en 2003 avec le C.L.L.A.J. pour pérenniser l'action de cet organisme et lui donner encore plus de rayonnement.
Je partage vos réflexions sur la nécessité d'accroître l'offre de logements en direction des jeunes.
Un travail de partenariat est engagé avec les foyers de jeunes travailleurs. Vous avez eu raison de citer Mme Clémentine AUTAIN, qui a engagé un travail dans cette direction.
Le volet de la mobilisation des propriétaires privés doit être conduit parallèlement, notamment à travers la mission qui a été confiée à la S.I.E.M.P.
Je vous invite donc à émettre un avis favorable sur cette délibération.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 158 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, ASES 158 G).