Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

64 - 2002, DAC 182 - Subvention à la S.A.R.L. "C.D.P. le cirque de Paris" (11e). - Montant : 15.200 euros

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au dossier DAC 182 attribuant une subvention à la S.A.R.L. "C.D.P. le cirque de Paris" (11e).
Mme Nicole BORVO n'est pas là.
M. Jacques DAGUENET. - Nicole BORVO a été obligée de partir, il y a un instant. J'interviens à sa place. Nous nous félicitons de ce projet de délibération. "Le Zèbre" a enfin ouvert ses portes. C'est le résultat des luttes acharnées des riverains, des acteurs culturels et des élus. Le cirque et les arts de la rue sont devenus, depuis un an, beaucoup plus visibles à Paris et c'est bien. Cela répond aux voeux des habitants, des jeunes et aux nouvelles formes de création qui se développent dans la Capitale. Des moyens certes encore limités, mais réels ont été dégagés depuis un an tant au niveau de la Mairie centrale que dans les arrondissements, et particulièrement dans le 19e. De plus, un groupe de travail sur les arts de la rue s'est mis en place autour de Christophe GIRARD et des adjoints concernés, avec les professionnels.
Mais il nous faut constater que les lieux d'implantation de chapiteaux restent faibles dans la Capitale. Il serait nécessaire de prévoir des espaces pour précisément accueillir ces chapiteaux et, en particulier, ceux des jeunes compagnies qui rencontrent un public important dans la Ville et qui leur permettrait de se faire connaître et de se développer.
Il peut s'agir de lieux provisoires ou pérennes. Mais il faut aussi assurer une certaine continuité dans le temps. Dans ce sens, nous suggérons de faire, en particulier des études approfondies pour réserver un espace chapiteau permanent, soit sur les futurs jardins d'EOLE, cour du Maroc, à proximité du 104, rue d'Aubervilliers, soit sur les terrains de l'ancien hôpital Claude-Bernard près de la porte de la Villette.
Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je souhaite répondre en deux temps, en sollicitant après mon intervention celle du maire du 19e, M. Roger MADEC, s'il veut bien répondre sur le point qui le concerne directement.
Je partage pleinement les préoccupations qui viennent d'être exprimées.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous vous trompez de délibération. Nous sommes sur le cirque de Paris. Ce n'est pas le 104.
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Oui, oui. Je ne parle pas du 104, mais bien du cirque.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Veuillez m'excuser, je pensais que vous aviez fait la confusion.
M. Christophe GIRARD adjoint, rapporteur. - Je partage les préoccupations exprimées par M. DAGUENET ayant trait au manque d'emplacements pour accueillir des chapiteaux dans Paris. Paris est une ville, comme vous le savez, très minérale avec peu de grands espaces libres.
On ne peut pas pousser les murs et les rues au gré des demandes qui sont de plus en plus nombreuses pour les arts de la rue, et en particulier pour le cirque. Néanmoins, une convention a été signée entre la Ville de Paris et le Ministère de la Culture, avec Mme TASCA à l'Hôtel-de-Ville, il y a quelques mois, pour faire de Paris en effet une ville qui saurait dorénavant mieux accueillir les arts du cirque.
Nous devons respecter l'engagement perçu par les professions du cirque, reçues à l'Hôtel-de-Ville dans leur ensemble, que ce soient les grands cirques traditionnels que vous connaissez, que la Ville de Paris connaissait déjà bien précédemment, que les nouvelles compagnies de cirque plus petites et peut-être parfois plus créatives mais plus fragiles.
Je ne peux qu'encourager les maires d'arrondissement dans la mesure de leur capacité, et l'Adjoint aux Parcs et Jardins, M. CONTASSOT, à trouver entre eux un accord qui permettrait en effet l'implantation, lorsque c'est possible, de cirques.
J'ai eu une conversation récente avec M. TAITTINGER, maire du 16e, sur la difficulté en effet à pouvoir installer, dans de bonnes conditions, un cirque comme il le souhaitait et effectuer un échange entre deux cirques.
Si M. MADEC veut bien, sur le point de la cour du Maroc, apporter sa contribution, j'en serais très heureux.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. MADEC.
M. Roger MADEC, maire du 19e arrondissement. - Il existe deux espaces chapiteaux dans le 19e.
Porte des Lilas sur une friche qui accueille en résidence le cirque CELESTE. Il se trouve que l'opération d'aménagement urbain va redémarrer. Il n'est pas possible, compte tenu des problèmes financiers de la Z.A.C., de maintenir de manière pérenne l'espace chapiteau sur ce site.
Il y a un autre espace chapiteau qui accueille au bord du bassin, sur l'emplacement du bâtiment des anciens Magasins généraux qui a brûlé en 1990, un espace cirque qui nous pose des problèmes.
Il est situé en bas d'une tour d'habitation. Il y a 300 logements, et les riverains se plaignent des nuisances sonores.
En ce qui concerne la solution de M. DAGUENET, pour le premier point, l'implantation d'un espace chapiteau pérenne dans les futurs jardins d'EOLE dans la cour du Maroc, j'y suis favorable personnellement.
Je rappelle que l'emprise est située administrativement sur le 18e, même si les riverains immédiats sont sur le 19e.
Je ne connais pas la position de la mairie du 18e, par contre je connais la position de l'Adjoint aux Parcs et Jardins qui n'est pas favorable puisque cela soustrairait 1.000 mètres carrés de superficie au futur jardin.
L'association de riverains non plus n'est pas favorable.
En ce qui concerne la deuxième proposition sur les terrains, ex hôpital Claude-Bernard, boulevard Mac Donald, je suis favorable à cette étude en tant que maire d'arrondissement, en tant que Président de la S.E.M.A.V.I.P., aménageur du secteur.
Si l'Adjoint à l'Urbanisme donne le feu vert, naturellement, je demanderai une étude pour la réalisation pérenne d'un espace chapiteau.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 182.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DAC 182).