Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

114 - QOC 2002-413 Question de Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, M. Jean-Pierre LECOQ et des membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" à M. le Maire de Paris sur l'avenir du réfectoire du couvent des Cordeliers (6e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


Libellé de la question :
"L'ancien réfectoire du couvent des Cordeliers, sis rue de l'Ecole-de-Médecine (6e), est un magnifique élément du patrimoine parisien.
Le 4 décembre 2001, le Conseil de Paris a adopté une délibération portant sur des fouilles archéologiques. Celles-ci devaient commencer très rapidement. Or, six mois plus tard, rien n'a encore été entrepris.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, M. Jean-Pierre LECOQ et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" s'interrogent sur le devenir du couvent, sur le programme des travaux à mettre en ?uvre et sur le mode de gestion future.
Des travaux de remise en état du couvent ont été évoqués à plusieurs reprises. M. le Maire de Paris peut-il les informer sur leur nature, sur leur coût et sur leur calendrier de réalisation ?
Est-il envisagé de reconduire la convention avec l'association du couvent des Cordeliers qui a géré le lieu de façon intelligente et pour un coût réduit par rapport à ce qu'aurait représenté une gestion en régie du couvent ?
Or à la date où cette question avait été posé, aucune information n'est parvenue aux responsables de l'association et aucun représentant de la Ville n'a assisté à la dernière réunion du Conseil d'administration.
Il semble légitime que les responsables de cette association qui n'ont pas démérité soient informés du devenir du couvent, dont par ailleurs il avait été convenu que son évolution et son mode de gestion futurs seraient déterminés en concertation avec la Mairie du 6e arrondissement, conformément à la réponse de l'Administration au v?u du Conseil du 6e de juin 2001.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, M. Jean-Pierre LECOQ et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" demandent à M. le Maire de Paris de bien vouloir, sur l'ensemble de ces points, leur répondre de façon précise."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"En réponse à la question orale 2002-413 concernant le devenir du couvent des Cordeliers, j'ai l'honneur de vous faire part des éléments de réponse suivants :
L'aménagement de la salle des Cordeliers vise à faire de cet espace un lieu de manifestations artistiques le plus polyvalent possible (dégagement maximum de la salle, adaptabilité des installations électriques et d'éclairage...).
Préalablement, à l'élaboration du projet d'aménagement du réfectoire du couvent des Cordeliers, une étude documentaire historique ainsi que des fouilles archéologiques doivent être réalisées.
L'étude a été confiée à un spécialiste de l'histoire médiévale et remise récemment, elle a permis à partir d'une recherche iconographique et documentaire sur documents anciens, de localiser les parties de l'édifice susceptibles de receler des vestiges présentant un intérêt archéologique, et de cibler prioritairement les emplacements (quatre au total) où réaliser ces sondages.
Le programme de fouilles ainsi défini a rendu nécessaire la passation d'une convention avec l'Institut national de Recherche et d'Archéologie préventive (I.N.R.A.P.), qui a confié la direction et la responsabilité scientifique du diagnostic archéologique à un membre de la Commission du Vieux Paris.
Son rôle sera d'une part de superviser les fouilles sur les aires de sondage et d'autre part, d'exercer une surveillance sur les travaux de terrassement menés parallèlement par l'entreprise "Lefèvre", à partir du 17 juin 2002. Les conclusions des fouilles archéologiques seront remises début juillet à M. BAPTISTE, architecte en chef des Monuments historiques territorialement compétent, afin qu'à leur suite, il puisse entreprendre une étude préalable de restauration intérieure et d'aménagement.
Cette étude préalable indiquera la nature, le coût et la durée des travaux de restauration intérieure proprement dits et les scénarios d'aménagement et d'équipement technique compatibles avec les caractéristiques de l'édifice qui inclut le bâtiment principal, la maisonnette et la courette.
Sur cette base, la Direction des Affaires culturelles pourra affiner le programme d'aménagement en concertation avec les parties en présence. Pour la préparation du projet architectural et technique, l'architecte en chef des Monuments historiques travaillera en collaboration avec un spécialiste en muséographie (pour l'éclairage notamment).
Calendrier prévisionnel :
- début des fouilles archéologiques et de l'étude de l'architecte en chef des monuments historiques : juin 2002 ;
- fin des travaux de fouilles : juillet 2002 ;
- remise de l'étude par l'architecte en chef des monuments historiques : nov/déc 2002 ;
- approbation de l'étude par le propriétaire-maître d'ouvrage (Ville de Paris) et par l'Etat (DRAC) en raison du classement Monuments historiques, soumission du marché de maîtrise d'?uvre au Conseil de Paris : mars/avril 2003 ;
- remise du projet par l'architecte en chef des monuments historiques : oct/nov 2003 ;
- lancement de l'appel d'offres après approbation par le Conseil de Paris : avril/mai 2004 ;
- début des travaux : septembre 2004 ;
Pendant une période de 2 ans (juillet 2002 à août 2004), il est probable qu'il n'y aura pas de travaux dans le bâtiment.
En ce qui concerne les relations de la Ville avec l'association du couvent des Cordeliers, cette période sera mise à profit pour étudier une éventuelle évolution du cadre institutionnel permettant de répondre au mieux à la vocation artistique de cet espace.
En tout état de cause et le cas échéant, cette évolution se fera, en concertation avec l'ensemble des partenaires concernés dont notamment les élus locaux.
Enfin, pour l'année 2002, un avenant à la convention du 20 avril 1999, relative à l'attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association du couvent des Cordeliers prolongeant cette convention jusqu'en décembre 2002, sera proposé au prochain Conseil de Paris."