Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

143 - QOC 2002-471 Question de M. Hervé BENESSIANO et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Maire de Paris concernant la politique de mise en place des couloirs de bus en site protégé

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


Libellé de la question :
"Pendant toute la mandature précédente, l'opposition de gauche s'élevait contre les conséquences négatives des axes rouges sur la vie locale des quartiers traversés, notamment économique pour le petit commerce et relationnelle pour les habitants cantonnés de chaque côté de ces axes. Il a été donc décidé de les supprimer.
Mais qu'a-t-il été fait avec la multiplication des couloirs de bus en site protégé sinon de provoquer sur de nombreuses artères les mêmes conséquences qui étaient dénoncées hier avec les axes rouges ?
La Municipalité a-t-elle conscience que les chiffres d'affaires des commerçants riverains de ces couloirs ont baissé, parfois jusqu'à 30 % en l'espace d'une année ?
M. le Maire de Paris compte-t-il continuer à détruire progressivement le tissu social au c?ur duquel se place le petit commerce sans faire preuve de plus d'écoute des populations riveraines ?
Vos vérités d'hier seraient-elles devenues les inepties d'aujourd'hui ?
M. Hervé BENESSIANO et les membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" peuvent-ils espérer une inflexion de la politique mise en place en faveur des couloirs de bus, mieux adaptée à la réalité sociale et économique de la Capitale ?"
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"La Municipalité parisienne est consciente de la perception parfois défavorable qu'ont certains commerçants vis-à-vis de la réalisation de couloirs bus en site propre, dont l'utilité en matière de développement des transports collectifs n'est plus à démontrer.
Ce point de vue est généralement développé sous 2 angles : celui du stationnement de la clientèle et celui des livraisons.
1) Les aménagements réalisés se traduisent par une impossibilité de stationnement dans les couloirs bus pour les automobilistes. Cette impossibilité est perçue par certains commerçants comme nuisant au développement économique de leur affaire.
Il convient de rappeler, dans ce domaine, que les stationnements de véhicules étaient d'ores et déjà interdits sur les sites concernés (couloirs de bus matérialisés), et que le stationnement de la clientèle était généralement un stationnement illicite, nuisant fortement au trafic des autobus. L'implantation de couloirs protégés ne modifie donc pas le régime du stationnement, mais permet tout au plus d'en assurer le respect de manière plus efficace.
De plus, il faut souligner que l'étude des grandes tendances d'achat à Paris montre clairement que la voiture particulière est très peu utilisée pour les achats. Ainsi, l'Enquête globale sur les Transports (enquête portant sur plus de 10.000 ménages) met en évidence la faible part du mode de déplacement en voiture particulière pour les achats dans Paris (9 % contre 26 % aux transports en commun et 65 % à pieds). Ceci traduit un certain décalage entre la réalité des chiffres et la perception des commerçants en ce qui concerne la contribution des automobilistes à leur chiffre d'affaire qui ne s'appuie sur aucune donnée tangible de la part des commerçants qui s'expriment sur le sujet.
On peut également ajouter que l'augmentation de la fréquentation du commerce par les piétons dont l'espace a été requalifié, par les usagers des transports en commun dont le mode de déplacement a été revalorisé et par les usagers du vélo dont le stationnement consomme 10 fois moins d'espace public, n'est pas non plus quantifiée et mériterait d'être étudiée et prise en compte dans les indices de satisfaction de la clientèle.
2) Ces aménagements ont également une influence sur les possibilités de livraison des commerces. Pour faire face aux besoins, les services techniques de la voirie disposent d'outils tels que l'aménagement d'aires de livraison en Lincoln ou demi-Lincoln sur les axes traités ou dans les voies adjacentes. Chaque projet d'aménagement fait l'objet d'une étude fine des besoins, sur la base d'une enquête exhaustive menée sur le terrain. Dans ce cadre, les services locaux de voirie se tiennent à la disposition des commerçants pour rechercher avec eux les solutions les mieux adaptées à leurs besoins, dans le respect de la réglementation en vigueur.
Il est par ailleurs prévu dans les mois qui viennent d'évaluer, en termes d'impact sur les marchandises, les dispositifs mis en place sur les couloirs de bus existants et d'apporter des solutions correctives si nécessaire. Le cas échéant, la réalisation d'expérimentations innovantes d'"aires de livraison" avec association de technologies et de services pourra être préconisée. Plus globalement, la Direction de la Voirie et des Déplacements est chargée d'étudier un plan d'action d'ensemble pour le traitement des marchandises, qui constituera un volet à part entière du futur Plan de déplacement de Paris."