Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

108 - QOC 2002-407 Question de Mme Isabelle GUIROUS-MORIN, MM. René DUTREY, Christophe NAJDOVSKI, Mme Pénélope KOMITES, et des membres du groupe "Les Verts" à M. le Maire de Paris concernant le plan de réhabilitation du Palais de la Femme (11e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame GUIROUS-MORIN. Vous allez garder la parole puisque vous avez une question concernant la réhabilitation du Palais de la Femme, question à laquelle je répondrai.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Madame la Maire.
Chers collègues, nous abordons pour la troisième fois pendant ce Conseil le douloureux problème posé par le Plan de réhabilitation du Palais de la Femme qui, nous le savons, risque de provoquer la perte sèche de 500 places sur le nombre de places d'accueil des femmes à Paris en hébergement provisoire.
La capacité d'hébergement du Palais de la Femme, le plus grand foyer d'Europe, destiné exclusivement à des femmes, est de 630 places.
Les femmes qui y résident ont entre 18 et 40 ans, et sont en majorité étudiantes et travailleuses. La plupart ont trouvé cet hébergement car elles disposent de revenus modestes.
Un programme de réhabilitation du Palais de la Femme est en projet. Il entraînerait les modifications suivantes :
Au 94, rue de Charonne, à la place de l'actuel Palais de la Femme :
- la suppression de 459 places d'hébergement, ce qui ramènera la capacité d'hébergement à 171 places (des studios, dont les loyers seront évidemment supérieurs à ceux des chambres actuelles) ;
- la création de 75 bureaux en vue du transfert du siège au Palais de la Femme.
Au 96, rue de Charonne, à la place d'un "Centre d'accueil de jour" (à ne pas confondre avec le foyer féminin) sera installé un centre d'hébergement d'urgence d'environ 70 places.
J'insiste sur le fait que le foyer et le centre sont deux établissements séparés.
A terme, ce programme entraînera :
- la perte de vocation initiale de ce foyer, à savoir l'hébergement de femmes, travailleuses et étudiantes, disposant de faibles moyens ;
- le problème de la capacité d'accueil à Paris pour des femmes présentant ce type de profil ;
- et le devenir des salariés qui travaillaient sur ce site.
Pour information, un premier projet, abandonné depuis fin 1999, prévoyait une restructuration de l'établissement sis au 94, rue de Charonne, qui aurait offert environ 450 studios aux femmes. Si ce programme avait été maintenu, le nombre de places à créer aurait évidemment été plus faible (environ 180). Cependant, il aurait fallu étudier la question des loyers afin qu'ils soient accessibles au même public : hébergement de femmes ayant de faibles revenus.
C'est pourquoi le groupe "Les Verts" demande à M. le Maire de Paris :
- si les services de la Ville de Paris ont été sollicités pour examiner ce projet ;
- s'il a été saisi d'une demande de subvention associée particulièrement à ce projet ;
- s'il entend y donner une suite favorable, dans la mesure où cela réduit de manière importante la capacité d'accueil à Paris de femmes seules et disposant de faibles revenus ;
- si, pour le cas où un partenariat Armée du Salut - Ville de Paris est déjà envisagé, un plan de relogement a été prévu et quel est-il ;
- de bien vouloir nous communiquer les plans et le projet de restructuration, ainsi qu'aux élus qui en feront la demande.
Merci, Madame la Maire.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame GUIROUS-MORIN.
Je tiens à vous confirmer à nouveau combien je partage les préoccupations qui sont les vôtres sur ce projet de réhabilitation du Palais de la Femme.
Je ne reviendrai pas sur l'histoire de ce bâtiment. Il est vrai que le Palais de la Femme est le plus grand foyer d'Europe, destiné exclusivement à des femmes. Il disposait jusqu'à ce jour d'environ 630 places. Il est vrai aussi qu'un certain nombre de chambres sont aujourd'hui trop exiguës et ne permettent pas un hébergement confortable pour des publics très fragilisés, et c'est pour cette raison que la réhabilitation du lieu est indispensable.
Même si la réhabilitation va entraîner un nombre de places en moins, la Ville de Paris n'accepte pas pour autant que les capacités d'hébergement et d'accueil social des femmes fragilisées soient en diminution puisque, bien au contraire, depuis un an, nous avons réalisé un effort sans précédent pour augmenter ce nombre de places.
A ce stade, le projet de l'Armée du Salut n'a pas encore fait l'objet d'une présentation officielle et encore moins d'une validation technique par la Ville de Paris. Il a seulement été l'objet d'une concertation avec l'Administration départementale.
En raison du risque de réduction du nombre de places, il est effectivement aujourd'hui nécessaire que la Ville de Paris étudie précisément avec l'Armée du Salut le projet qu'elle souhaite présenter, afin notamment de réhabiliter le Palais de la Femme et de maintenir une capacité d'accueil sensiblement du même ordre qu'aujourd'hui.
De même, la Ville de Paris veille à ce que le centre d'accueil de jour, situé au 96, rue de Charonne, puisse poursuivre son accueil de quelque 200 femmes chaque jour, quelle que soit la configuration qui sera retenue suite à la réhabilitation du Palais.
La Ville de Paris souhaite aussi que l'Armée du Salut prospecte en ce sens si toutefois le centre de jour ne pouvait être maintenu au 96, rue de Charonne. Nous nous engageons à proposer un relogement du centre de jour en fonction des études de faisabilité.
Ces dispositions vont dans le sens de la politique d'égalité entre les femmes et les hommes que je conduis au sein de l'Exécutif municipal. Je vous rappelle que nous sommes engagés sur l'ouverture de plusieurs lieux d'hébergement pour femmes en grande précarité, notamment la rue Salle-Neuve dans le 17e, la péniche du quai d'Austerlitz dans le 13e, et ce programme de construction de résidences sociales sur cinq ans qui permettra également d'augmenter la capacité d'accueil des femmes en difficulté.
Enfin, nous travaillons actuellement à l'ouverture de deux lieux pour des populations spécifique parmi les femmes en difficultés : un centre d'hébergement pour les femmes victimes de violences domestiques et un lieu de vie pour les femmes très, très en difficulté.
Dès que le projet de l'Armée du Salut sera présenté officiellement, il pourra bien entendu être présenté et transmis à l'ensemble des élus, qui en feront la demande.
Je vous remercie.
Souhaitez-vous reprendre la parole ? Je vous en prie.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Je vous remercie, Madame la Maire, de votre réponse qui me rassure. Je demanderai, si cela est possible, à faire partie des groupes de travail qui vont étudier la question sous son aspect technique.
Par ailleurs, je suis très sensible à votre appui puisque vous avez accepté également le v?u qui a été déposé par le groupe "Les Verts" pour trouver un autre emplacement pour le centre d'accueil de jour.
Merci, Madame.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci à vous et vous serez, bien sûr, associée à ce groupe de travail.