Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

32 - Vœu déposé par Mme Violette BARANDA, au nom du groupe "Les Verts", relatif à la réinsertion des femmes sans profession, ayant élevé leurs enfants

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Le v?u suivant est présenté par Mme Violette BARANDA, au nom du groupe "Les Verts", il est relatif à la réinsertion des femmes sans profession, ayant élevé leurs enfants.
La parole est à Mme BARANDA.
Mme Violette BARANDA. - Merci, Madame la Maire.
En effet nombre de femmes sont complètement désemparées lorsqu'elles se retrouvent seules et sans formation après avoir élevé leurs enfants. Surtout au seuil de la cinquantaine. Ces femmes qui ont passé leur vie à s'occuper du foyer, après rupture de la vie conjugale, se voient proposer le Plan d'action personnalisé qui propose des types d'emplois correspondant aux qualifications validées et des prestations d'adaptation ou de réorientation nécessaires pour accéder à un emploi.
Or, si le P.A.P. est un outil efficace pour redynamiser et réinsérer les chômeurs qui ont encore un avenir professionnel, il n'en est pas de même pour une personne dont les perspectives futures sont plus que restreintes. Il ne s'agit pas de défaitisme mais de la réalité quotidienne de milliers de femmes à qui les organismes proposent des trajets professionnels valables à un certain âge mais - compétitivité oblige - les laisseront à plus ou moins long terme sur le carreau, les renvoyant sans arrêt non pas à leurs compétences mais à leur âge.
Afin de ne pas laisser ces femmes effectuer stage sur stage, qui peu à peu les mèneront à douter de leurs propres capacités en attendant l'âge de la retraite, si elles en ont une, le groupe des "Verts" demande à ce que soit mis en place un groupe de travail afin de prendre en compte la particularité des femmes quinquagénaires ayant élevé leurs enfants et qui se retrouvent sans revenu, afin de leur donner un statut différent dans le prochain P.D.I.
Merci.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame BARANDA. Je vais répondre à ce v?u.
Je partage vos constats sur les situations particulièrement difficiles d'un certain nombre de Parisiennes qui ont passé une partie de leur vie au foyer, élevant leurs enfants, se retrouvant seules, souvent sans revenu ni qualification leur permettant d'accéder à l'emploi. Il est vrai que les propositions de formation professionnelle ne sont pas toujours adaptées à leur situation, qui mérite une attention spécifique.
L'Exécutif municipal pourra intégrer cet objectif dans le cadre du travail de préparation du 14e P.D.I. Mme Gisèle STIEVENARD a mis en place 5 groupes de travail qui durant près d'une année auditionneront associations, personnalités qualifiées, pour faire des propositions innovantes qui aboutiront à une véritable refonte du 14e PDI.
Un des objectifs majeurs est d'améliorer considérablement le suivi des allocataires du R.M.I. pour les accompagner vers l'emploi.
Mme Olga TROSTIANSKY et moi-même pilotons un de ces groupes de travail qui est plus particulièrement axé sur les situations particulières des femmes allocataires du R.M.I. Je suis donc favorable et propose que ce groupe de travail, dont les auditions démarreront à la rentrée de septembre 2002, poursuive l'objectif de travailler effectivement, comme vous le souhaitez, sur cette population spécifique de femmes quinquagénaires particulièrement désemparées et démunies en termes de formation et qu'afin que des propositions d'actions pour leur insertion économique soit produites dans le cadre de la préparation de ce 14e P.D.I.
Par ailleurs, des actions sont déjà engagées dans ce sens. Une convention entre le Département de Paris et l'association "Retravailler" permet d'ores et déjà de faire des bilans professionnels et dans les quartiers politique de la ville avec notre collègue Martine DURLACH est mise en place une opération de formation au métier d'assistante maternelle des femmes en situation d'exclusion.
Je vous propose par conséquent d'adopter ce v?u.
Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u présent par Mme BARANDA.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le v?u est adopté. (2002, V. 65).