Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

26 - 2002, DVLR 85 - Subventions à des associations menant des actions spécifiques pour favoriser l'intégration des étrangers vivant à Paris. - Montant total : 65.307 euros

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons au dossier DVLR 85 relatif à des subventions à des associations menant des actions spécifiques pour favoriser l'intégration des étrangers vivant à Paris. - Montant total : 65.307 euros.
Je donne la parole à Isabelle GUIROUS-MORIN.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Madame la Maire.
Chers collègues, s'agissant d'un projet de délibération qui, bien entendu, fait partie des préoccupations des "Verts", mais également de l'ensemble de la majorité municipale, je voulais simplement dire que c'est un bon début. Voilà une subvention qui est un bon commencement dans l'intérêt de l'intégration des étrangers vivant à Paris et je voulais seulement faire l'observation suivante : notre souhait, mon souhait est que d'autres subventions soient accordées et que le budget réservé à l'adjointe chargée de l'Intégration soit, bien entendu, rehaussé afin de faciliter sa tâche car il s'agit d'un domaine très difficile, qui n'est pas forcément accompagné par des textes réglementaires et par conséquent, si pour aller dans le sens d'une application pratique, elle dispose de plus de moyens, peut-être cela faciliterait-il la mise en oeuvre de cette politique.
Merci.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je donne la parole à Mme GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Je m'inscris dans ce que vient de dire ma collègue. Nous avons assez fréquemment des délibérations de ce genre et je crois qu'il y a une volonté tout à fait cohérente de la Municipalité de soutenir l'action de ces associations qui favorisent l'intégration des étrangers.
Je parlerai simplement de deux d'entre elles pour saluer le travail de l'association "DARNA" car cette association fait quelque chose de particulièrement émouvant, à savoir que ce sont des femmes qui sont en alphabétisation, des femmes immigrées. Suite à des contacts antérieurs, ces femmes envoient des messages de paix et de solidarité à d'autres femmes israéliennes et palestiniennes et reçoivent en retour des réponses. Ces messages sont porteurs d'une très grande fraternité, d'une très grande tendresse de la part de ces femmes qui ont énormément de mal à écrire, ce sont des messages courts qui viennent directement du c?ur. Le travail fait par cette association est remarquable.
Je voulais dire un mot car je ne pouvais pas le laisser passer, sur l'association ELE "Migration et Culture" concernant le centenaire de la naissance de Nazim Hikmet ; il s'agit d'une initiative de plus dans le centenaire de cette naissance. Cet immense poète, ami de Sartre, Aragon, Pablo Neruda, Prix mondial de la paix, a été un innovateur radical de la poésie de l'âme turque. En 1960, il était fréquent de dire : la Turquie est le pays de Nazim Hikmet, au-delà de sa reconnaissance internationale dans la culture nationale turque, Nazim Hikmet est pour nous ce que serait Victor Hugo.
Le théâtre, les romans, les contes, les essais, les articles divers, rien n'échappait à cet homme à qui l'on doit une production importante ; d'ailleurs, une grande partie de cette production a été écrite en prison.
Je ne citerai pas, je vous épargnerai cela, malgré mon envie, des extraits de vers de Nazim Hikmet, mais j'indiquerai deux éléments qui comptent pour nous aujourd'hui.
En 1951, Nazim Hikmet avait été gracié par l'Etat turc. Suite à une grève de la faim, à une grande campagne internationale pour sa libération, il a été libéré mais, en même temps, déchu de sa nationalité turque, ce qui lui faisait dire qu'il était traduit dans 30 ou 40 langues mais pas publié dans sa propre langue.
Ce poète a été celui de la Turquie, Orient, Tiers-monde, poète pour le mouvement ouvrier et lutte pour l'Indépendance. Certains ne lui ont pas pardonné.
En 2001, une campagne de signatures a recueilli un demi-million de signatures envoyées au Premier Ministre turc pour qu'il puisse réintégrer sa nationalité turque. Il est mort en 1963, cela ne le concerne plus, mais cela nous concerne. La réponse du Gouvernement turc a été différente car, en mars 2000, Nazim Hikmet a été rayé des registres de l'état civil turc, réputé n'être jamais né, ce qui n'empêche pas le Gouvernement turc, dans sa grance hypocrisie, de célébrer le centenaire de sa naissance. Pour quelqu'un qui n'est jamais né, ce n'est pas mal.
C'est pour dire que nous accordons notre soutien à toutes les manifestations qui soutiendront Nazim Hikmet. Notre Municipalité devrait faire un geste en direction du Gouvernement turc sur ce problème d'état civil de Nazim Hikmet.
Je vous remercie.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je vous remercie.
Je donne la parole à Mme Khédija BOURCART.
Mme Khédija BOURCART, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Je vous remercie pour vos encouragements. Je voulais rappeler que ces subventions, même si elles ont été regroupées dans ce projet de délibération, entrent dans le cadre des orientations en matière d'intégration de ma délégation. Je vous les rappelle, pour mémoire, il s'agit de l'accès au droit, dans ce cadre la maîtrise de la langue française m'apparaît essentielle à développer pour pouvoir communiquer, travailler, mais aussi tout simplement comme élément incontournable de la liberté de chacun. En la matière, le travail remarquable accompli par l'association "DARNA" montre à quel point l'alphabétisation peut de loin dépasser seulement l'accès pratique pour lorsqu'il est entrepris, notamment auprès des femmes, devenir un instrument de communication de paix et de tolérance avec les autres.
Le second axe concerne la culture. Je vous rappelle que nous avons lancé en novembre 2001 l'année culturelle sur l'apport des étrangers et de l'immigration à la construction de l'histoire de Paris. C'est pourquoi, une subvention a été versée l'année dernière à une association pour célébrer le centenaire de la naissance de Nazim Hikmet, grand poète turc, pour valoriser et faire connaître sa participation en tant que Parisien à notre histoire commune. Rappelons qu'il est l'un des poètes qui a le plus célébré Paris. Je me permets de vous citer une de ses phrases les plus célèbres : "En mourant, on se souvient de deux visages, celui de sa mère et celui de la ville où on a vécu".
Merci.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame BOURCART.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVLR 85.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DVLR 85).