Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

90 - QOC 2002-441 Question de Mme Nicole BORVO et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur la situation de l'association "Jeune Création"

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


Libellé de la question :
"Depuis plus de 40 ans, l'association "Jeune Création" est un acteur de premier plan de la vie culturelle de Paris.
Quelques-uns des plus grands noms de l'art contemporain ont pu faire leurs premières expositions grâce aux salons qu'organise cette association. La plupart de ces noms se retrouvent, aujourd'hui, dans le comité de soutien à "Jeune Création".
Son travail est unanimement reconnu. Malgré les vicissitudes qu'elle a connues, en étant obligée de changer son lieu d'exposition à de nombreuses reprises, cette association garde aujourd'hui un statut particulier de structure innovante où les jeunes talents peuvent s'exposer.
Aujourd'hui, "Jeune Création" est animée par un collectif d'artistes bénévoles et par deux emplois-jeunes. Ses locaux sont situés dans le 13e arrondissement, 77, rue du Château-des-Rentiers dans un immeuble qui doit faire l'objet d'une opération globale de réhabilitation. Depuis de nombreux mois, "Jeune Création" alerte les pouvoirs publics sur sa situation puisqu'elle risque à la fin de ce mois, de se retrouver à la rue alors même que le mois de juillet est celui durant lequel sont effectuées les sélections en vue du prochain salon.
Ce sont plus de 1.500 dossiers qui parviendront dans cette période à "Jeune Création" et il semble impensable que ce travail puisse être fait sans lieu d'accueil.
Cela pose, plus fondamentalement, la question du statut de notre soutien à cette association à qui les municipalités, précédente et actuelle, avaient donné des assurances quant à la pérennité de son activité.
Mme Nicole BORVO et les membres du groupe communiste souhaiteraient savoir comment la Ville entend répondre à cette situation d'urgence. Ils pensent, en particulier, qu'il serait nécessaire de prolonger le bail précaire de "Jeune Création" jusqu'à septembre et par la suite qu'il conviendrait avec l'appui des bailleurs de trouver à cette association un local pérenne."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"Tout à fait convaincue du rôle joué par l'association "Jeune Création" en faveur des jeunes artistes plasticiens dont elle assure la promotion par l'organisation de son salon annuel, la Ville, par l'intermédiaire de la S.E.M.A.P.A., lui a, depuis novembre 1999, apporté une aide très significative en lui permettant d'être hébergée, moyennant un loyer très accessible, dans un local situé au 77, rue du Château-des-Rentiers à Paris 13e.
La convention d'occupation précaire signée avec la S.E.M.A.P.A. venait à échéance en septembre 2001. Toutefois, afin de permettre à "Jeune Création" de mener à bien sa manifestation de 2002, une prolongation d'occupation lui a été accordée jusqu'au 30 juin de cette année.
Des solutions sont actuellement à l'étude pour permettre à cette association de poursuivre son activité dans un autre local, le 77 de la rue du Château-des-Rentiers étant destiné à accueillir à court terme l'association "Coeurs de femmes" (accueil de femmes battues) domiciliée auparavant rue Fulton et dont le relogement est devenu une priorité.
Il est par ailleurs prévu que l'association "Jeune Création" dont la situation financière reste précaire, puisse bénéficier de la part de la Ville d'une subvention de fonctionnement réévaluée qui inclura la prise en charge d'une partie des dépenses de loyer. Cette proposition sera soumise au Conseil de Paris de septembre.
Il serait cependant souhaitable que "Jeune Création" puisse se réformer et prendre des mesures pour redresser une situation financière devenue préoccupante (loyer non payé depuis octobre 2001) en cherchant à diversifier les soutiens dont elle pourrait bénéficier et en ne comptant pas que sur l'aide de la Ville qui reste disposée à contribuer au maintien et au développement de son activité utile à Paris."