Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

63 - 2002, DAC 169 - Proposition de suppression de la bourse de séjour à la Casa Velazquez à Madrid et de création de bourses ponctuelles d'aide à la réalisation et à la diffusion de projets d'arts visuels à Paris

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAC 169 concernant la proposition de suppression de la bourse de séjour à la Casa Velazquez à Madrid. - Création de bourses ponctuelles d'aide à la réalisation et à la diffusion de projets d'arts visuels à Paris.
Mme MACÉ de LÉPINAY a la parole.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.
Vous nous faites, Monsieur le Maire, la proposition de supprimer la bourse de séjour à la Casa Vélazquez que la Ville accorde depuis longtemps à un artiste parisien. Cette bourse a donné la chance à de nombreux artistes de travailler dans des conditions de tranquillité favorables à la création et aussi d'enrichir leur art au contact de la civilisation et des paysages espagnols. J'ajoute que l'artiste, choisi par la Ville, voyait traditionnellement sa bourse reconduite par le Ministère chargé de l'Enseignement supérieur. Par conséquent, il passait deux ans à Madrid.
Alors que nous devrions être en train de choisir le candidat parisien, sans concertation avec l'Académie des beaux-arts ni avec la direction de la Casa Vélazquez prêtes à étudier une convention avec la Ville, vous proposez de supprimer cette bourse. L'exposé des motifs invoque l'absence de représentants de la Ville dans le jury. Ceci est manifestement faux puisqu'un conservateur de la Ville assiste depuis plusieurs années au jury qui sélectionne les trois noms soumis à la Direction des Affaires culturelles.
Vous proposez d'affecter le montant de la bourse à de nouvelles bourses qui seraient versées à de jeunes artistes parisiens. Aucune précision sur les conditions d'attribution de ces bourses.
Compte tenu du flou de ce projet de délibération, me semble-t-il rédigé à la hâte, compte tenu de l'absence de concertation avec nos partenaires de la Casa Vélazquez, je vous demande de bien vouloir retirer ce projet de l'ordre du jour. Si vous ne le faisiez pas, notre groupe voterait, bien sûr, contre ce projet.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Dans ce dossier comme dans d'autres, j'écoute attentivement les experts de la Direction des Affaires culturelles. Quand ces derniers m'expliquent que, depuis des années, un certain nombre de prix ou de bourses ne sont pas forcément tout à fait justifiés parce qu'ils ne sont là que par habitude. Quand ils m'expliquent qu'il apparaît nécessaire - enfin peut-être et, en 9e Commission, nous pourrons en débattre et écouter tous les avis -, de réformer et de mettre davantage de transparence et d'innovation, ainsi qu'une meilleure répartition, alors je suis l'avis qui m'est donné.
Je pense que l'élu ne doit pas, à tout prix, imposer son point de vue personnel. Les experts de la D.A.C., pour la plupart, sont ici depuis très longtemps. J'écoute leur avis.
Fort de ces avis, je prends ma décision. Mais j'écoute leur avis d'abord. Il me semble que c'est leur rôle. Dans ce dossier, j'ai suivi les recommandations des experts.
M. Philippe SÉGUIN. - Nous souhaiterions pouvoir partager la connaissance de M. l'Adjoint sur l'avis des experts. M. l'Adjoint nous en a dit trop ou pas assez. Expliquez-nous pourquoi la Casa Vélazquez n'est plus un endroit idoine pour y envoyer l'un de nos boursiers.
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Je veux bien répondre à M. SÉGUIN. Il n'y a absolument rien à cacher.
Sans entrer dans des polémiques de procédure ou des polémiques qui, moi, me dépassent et qui sont sans doute politiciennes, il semblait juste de pouvoir attribuer cette ligne de crédit à d'autres prix plus municipaux. La Direction des Affaires culturelles va nous adresser un certain nombre de propositions, que je pourrais soumettre en 9e Commission, dans laquelle siègent, je vous le rappelle, aussi bien des représentants de la majorité que des représentants de l'opposition.
Pour ce prix spécifique, la Ville a trop peu de poids face à l'Etat (un seul membre de la Ville face à une dizaine de membres de l'Etat).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 169.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DAC 169).