Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

110 - QOC 96-509 Question de Mme Martine BILLARD, élue de " Paris-écologie, solidarité et citoyenneté ", à M. le Maire de Paris à propos de poste de secours gaz à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1996



Libellé de la question :
" 2.090 kilomètres environ de conduites de gaz parcourent le sous-sol parisien. Beaucoup d'immeubles sont alimentés en gaz, soit pour le chauffage, soit pour l'eau chaude, soit pour les cuisinières. Si l'ensemble des appareils existants aujourd'hui sont d'une grande sécurité, un accident n'est malheureusement jamais impossible.
Par ailleurs, de nombreux travaux de terrassement existent à tout moment dans Paris, pour diverses raisons, et ont parfois comme conséquence des coupures de ces canalisations de gaz.
L'existence de poste de secours gaz d'E.D.F.-G.D.F. permettant l'intervention d'agents 24 heures sur 24 et dans un délai de 15 minutes, est donc une sécurité qui paraît indispensable de manière générale, et plus encore à Paris, compte tenu de la spécificité du sous-sol parisien et de la densité de la population.
Or, il semblerait que la direction d'E.D.F.-G.D.F. ait décidé de supprimer cette structure.
Mme Martine BILLARD demande donc à M. le Maire de Paris si la direction d'E.D.F.-G.D.F. l'a informé de cette décision et quelle intervention il compte opposer pour faire valoir la sécurité des Parisiens. "
Réponse (M. Jacques DOMINATI, premier adjoint) :
" EDF-GDF justifie son projet de décentralisation de ses moyens de secours d'urgence dans ses cinq centres parisiens, par la nécessité de les adapter à l'évolution de la structure de ses réseaux.
Il est prévu que cette réorganisation soit accompagnée d'un renforcement global des moyens en personnels et en matériel.
En outre, cette nouvelle implantation des moyens devrait permettre une plus grande réactivité d'intervention, fondée sur une organisation à la fois plus efficace et plus homogène. En effet, chaque centre, autonome quant à son organisation, conserverait la maîtrise et la responsabilité de l'exploitation gaz sur le territoire qu'il couvre pendant et en dehors des heures ouvrables.
Ce projet de réforme ne sera mis en oeuvre qu'après sa présentation à la Direction régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement, à la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris et à la Mairie de Paris.
Ces consultations permettront à chaque partie concernée, et tout particulièrement à la Ville de Paris, de vérifier l'efficacité du dispositif proposé dans un souci d'amélioration de la sécurité des Parisiens. "