Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

88 - QOC 96-546 Question de M. Pierre GÉNY à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative à une meilleure utilisation des taxis à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1996



Libellé de la question :
" Dans la communication de M. le Maire de Paris sur les déplacements à Paris, présentée lors de la séance du Conseil du 25 novembre 1996, il est clairement apparu comme un objectif prioritaire le fait de diminuer la circulation des véhicules privés dans la Capitale.
Les taxis apparaissent, comme c'est le cas à New York, être une réponse adaptée aux besoins de nombreux particuliers, handicapés, âgés ou chargés. Cela exige avant tout une meilleure information et une meilleure lisibilité de ce mode de transport public.
M. Pierre GÉNY souhaiterait savoir si des réflexions ont été avancées de manière à uniformiser et à rendre plus voyants les véhicules, et si par ailleurs les stations de taxis ne pourraient pas être équipées, comme celles des autobus, de plans de quartier localisant les autres stations de voitures de place et, peut-être, d'un système téléphonique payant et exclusif permettant d'appeler la borne-taxi la plus proche. "
Réponse (M. Gérard LEBAN, adjoint) :
" La flotte de 14.800 taxis de la Capitale, dont l'exploitation doit être améliorée, constitue un moyen précieux pour limiter l'usage de la voiture particulière.
Tout en soulignant les compétences du Préfet de police en la matière, la Ville entend agir sous toutes formes utiles permettant d'améliorer la situation dans l'intérêt de la population et de la profession.
Ainsi, dans sa communication du 25 novembre dernier, le Maire de Paris a annoncé que des mesures immédiates seraient prises pour améliorer le service rendu par les taxis.
Aussi, dès le lendemain du Conseil de Paris la Commission extra-municipale des taxis s'est réunie à l'Hôtel-de-Ville en présence du représentant du Préfet de police. Les organisations professionnelles des taxis ont formulé un certain nombre de propositions concernant l'amélioration de l'information et de la lisibilité de ce mode de transport.
On notamment été envisagés une meilleure signalisation des stations et l'installation d'un système plus performant en ce qui concerne les bornes d'appel.
Afin d'étudier la faisabilité de ces différents dispositifs est prévu un groupe de travail auquel participeront les organisations professionnelles en présence des représentants de la Préfecture de police. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" La majorité des taxis parisiens appartiennent à des artisans qui utilisent également ces véhicules à des fins personnelles. Il est impossible, dans ces conditions, d'imposer un type unique de taxi dans la Capitale à l'exemple de Londres, Rome, New-York ou Barcelone.
A la demande de la Préfecture de police, la Régie autonome des Transports parisiens s'est engagée à signaler sur les plans installés dans les abribus les sites des stations de taxi avoisinantes.
A l'occasion de la récente Commission extra-municipale du taxi, il a été décidé d'étudier la possibilité d'équiper les bornes de taxi d'un système de renvoi automatique permettant aux usagers de contacter la borne la plus proche en cas de non réponse de la première.
Enfin, l'adoption par les sociétés de taxis de systèmes de radio-localisation G.P.S. de l'ensemble de leurs véhicules devrait se traduire par une amélioration notable de la qualité du service rendu à la clientèle, ce qui ne peut que favoriser le développement de l'activité des taxis. "