Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

102 - QOC 96-552 Question de M. Richard KUBICZ et des membres du groupe " Paris-Libertés " à M. le Maire de Paris au sujet des contrats d'apprentissage conclus par la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1996



Libellé de la question :
" La loi du 17 juillet 1992 a ouvert la possibilité aux personnes morales de droit public de signer des contrats d'apprentissage à titre expérimental jusqu'au 31 décembre 1996.
La Mairie de Paris qui, à travers ses 147 métiers, représente un important potentiel de formation, a décidé, dès le début de 1993, de s'associer à cet effort de formation en faveur des jeunes et s'est fixé pour objectif de recruter 100 apprentis par an.
Cette période d'expérimentation arrivant à son terme, M. Richard KUBICZ et les membres du groupe " Paris-Libertés " demandent à M. le Maire de Paris de leur faire connaître le bilan de cette opération, de leur indiquer si les actions d'apprentissage vont être poursuivies à l'issue de cette période expérimentale et, dans l'affirmative, suivant quelles modalités. "
Réponse (M. Alain DESTREM, adjoint) :
" La Ville de Paris a décidé de s'associer depuis deux ans à l'effort de formation des jeunes.
Elle a en ce sens poursuivi sa politique de mise en ?uvre de l'apprentissage dépassant l'objectif qu'elle s'était fixée de recruter 300 apprentis sur trois ans puisque le nombre d'apprentis recrutés depuis 1994 s'élève à environ 380. Ce nombre correspond à 40 % des contrats conclus par les employeurs publics à Paris, ce qui fait de la Ville de Paris le premier employeur public d'apprentis dans la Capitale.
Cet objectif est fondé sur la volonté d'aider à l'insertion sociale et professionnelle des jeunes en s'appuyant sur les ressources humaines de la collectivité.
A la Ville de Paris sont en effet recensés 147 métiers et activités différents qui constituent un potentiel de formation pour les jeunes et peut s'ajouter aux efforts menés dans la recherche de solutions pour l'emploi des jeunes.
Les contrats d'apprentissage conclus par la Municipalité couvrent une trentaine de métiers différents. Les secteurs les plus représentés sont ceux du tertiaire, du social, de la restauration, de l'horticulture et du bâtiment.
La Ville développe en outre une offre de formation dans des secteurs nouveaux en apprentissage comme celui du B.A.C. professionnel accueil et ceux des métiers de l'animation.
Tous les niveaux de formation sont représentés puisque les diplômes préparés par les apprentis vont du C.A.P. au diplôme d'ingénieur.
80 jeunes environ issus de la promotion 1994, se sont présentés aux examens cette année. Les taux de réussite supérieurs à la moyenne nationale sont les suivants :
- 74 % de réussite au C.A.P.-B.E.P. ;
- 78 % au B.A.C. professionnel ;
- 50 % au B.T.S.
Il est précisé que malgré les conditions difficiles dans lesquelles ont été montées des sections d'apprentissage spécifiques à la Ville de Paris au lycée hôtelier Belliard en C.A.P. cuisine, deux des apprentis dans cette formation ont obtenu les meilleurs résultats de l'Académie de Paris. En outre, deux apprentis en cuisine ont été reçus au concours de cuisinier au Centre d'action sociale et un apprenti en maintenance des systèmes automatisés à réussir le concours de maître ouvrier électricien.
Enfin, il faut rendre hommage à l'implication des maîtres d'apprentissage et à celles des équipes de travail, qui constitue le principal facteur de réussite de cette opération.
La Ville attache du prix à ce que les maîtres d'apprentissage soient sensibilisés à leur mission de formation d'un jeune. C'est pourquoi, des cycles de formation leur sont proposés.
Enfin, dans le cadre des opérations de communication internes sur l'apprentissage, un forum réunissant maîtres d'apprentissage, apprentis et représentants des centres de formation a été organisé en mai 1996, cette manifestation était accompagnée d'une exposition réalisée à partir de travaux d'apprentis.
La Ville est attachée à développer davantage encore la qualité des actions dans le domaine de l'apprentissage. C'est pourquoi, une enquête qualitative auprès des maîtres d'apprentissage et des apprentis a été réalisée au printemps 1996 dans la perspective de repérer les difficultés sur le terrain et d'apporter les ajustements nécessaires.
Pour favoriser l'insertion des apprentis en fin de contrat, ont été organisés par l'A.N.P.E. en partenariat avec la Ville des ateliers de techniques de recherche d'emploi. 30 jeunes sont engagés dans un nouveau cycle de formation, une quinzaine ont d'ores et déjà trouvé un emploi au 15 octobre 1996 (6 C.D.I., 3 réussites à des concours, 6 C.D.D. ou vacations).
Enfin, la Ville de Paris a exprimé le souhait que le dispositif soit reconduit dans le secteur public. Les modalités de la reconduction ne sont pas encore connues pour l'instant. "
V - Questions des élus non-inscrits.