Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

85 - QOC 96-523 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris à propos de l'avenir de l'université parisienne dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1996



Libellé de la question :
" M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens attirent l'attention de M. le Maire de Paris sur l'avenir de l'université parisienne et l'aménagement d'un pôle universitaire dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " et dans les Grands Moulins de Paris. La surface de ce campus, qui devait initialement accueillir 80.000 mètres carrés de locaux universitaires, a été, depuis l'approbation du nouveau P.A.Z. de la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " en juillet dernier, arrêtée à 130.000 mètres carrés. Le flou qui entoure ce projet conduit par la S.E.M.A.P.A. est préjudiciable à une juste appréciation de l'opération en question.
C'est pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent disposer des éléments les plus récents concernant ce programme d'aménagement d'un pôle universitaire dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ", ce que le P.A.Z. ne permet pas d'apprécier avec précision, à savoir : surfaces programmées (emprises et S.H.O.N.), plan de répartition des équipements prévus, nature des travaux (constructions, réhabilitations, etc.), montant des travaux, prix de cession des différents terrains.
Au regard des besoins en locaux universitaires recensés, soit près de 100.000 mètres carrés, et de la rareté des terrains disponibles dans Paris, M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens jugent indispensable que cette opération, d'initiative et d'utilité publiques, se fasse dans la plus grande transparence.
Ils demandent donc à M. le Maire de Paris d'engager une réflexion sur l'avenir de l'université parisienne, en liaison avec le Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, les Présidents des universités parisiennes et des grands établissements d'enseignement supérieur, afin d'évaluer de façon précise les besoins actuels en locaux.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens insistent sur la nécessité de tenir compte de l'ensemble des besoins avant de définir un programme d'aménagement spécifique sur la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " et d'informer les élus du Conseil de Paris des projets de la Ville dans ce domaine ainsi que des travaux de la S.E.M.A.P.A. "
Réponse (M. Claude GOASGUEN, adjoint) :
" Le projet de modification du Plan d'aménagement de zone de la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ", qui a été soumis à enquête publique du 30 septembre au 30 novembre 1996, prévoit effectivement l'implantation d'équipements universitaires (locaux d'enseignement supérieur et de recherche) pour une superficie de plancher de 130.000 mètres carrés SHON.
Cette surface est située dans le secteur des Grands-Moulins. Plus précisément, elle se répartit en trois secteurs relativement proches les uns des autres, afin de favoriser un fonctionnement satisfaisant tout en évitant une concentration ponctuelle excessive :
- dans des bâtiments conservés des Grands-Moulins de Paris ;
- en bordure de la rue Watt en face de locaux d'activités existants ;
- à proximité de l'ancien bâtiment de l'usine SUDAC et le long du boulevard Masséna.
Ces localisations dans la partie Sud-Est de la Z.A.C. favoriseront la complémentarité et la synergie de " Paris-Rive gauche " avec le secteur de redéveloppement Seine-Amont. Ce programme est prévu pour partie par la réhabilitation de bâtiments existants des Grands-Moulins, pour partie par des constructions neuves.
Comme l'indiquent les intervenants, le développement d'un pôle universitaire n'est pas une idée nouvelle. En effet, depuis le lancement en 1991, de la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ", la Ville de Paris a tenu à concevoir cet ensemble de quartiers avec une forte composante culturelle et universitaire. C'est le motif qui a conduit la Ville de Paris à proposer notamment d'y recevoir la Bibliothèque Nationale de France.
La responsabilité de la Ville, aujourd'hui, est bien de faire en sorte que le principal secteur de développement prévu dans la capitale, " Paris-Rive gauche ", soit en mesure sur quinze à vingt ans d'accueillir de nouveaux locaux pour l'enseignement et la recherche.
Il ne s'agit pas de créer une université nouvelle, mais il s'agit de permettre le maintien à Paris des universités actuelles dans de meilleures conditions de confort.
C'est dans cette optique qu'il est apparu nécessaire de porter le programme initialement prévu en 1991 de 80.000 mètres carrés HO à 130.000 mètres carrés HO dans le projet de modification du P.A.Z. arrêté par le Conseil de Paris en juillet dernier.
La définition du contenu détaillé du programme universitaire et de recherche est de la compétence de l'Etat. La Ville de Paris a déjà indiqué qu'elle était naturellement à la disposition des services de l'Etat pour leur apporter sa contribution.
Par ailleurs, les dispositions financières seront, en temps utile, arrêtées d'un commun accord entre l'Etat et la Ville. "