Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe communiste concernant l’expérimentation de logements d’insertion en colocation.

Débat/ Conseil général/ Septembre 2006


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l?examen de la proposition de v?u référencée n° 7 G dans le fascicule, déposée par le groupe communiste, relative à l?expérimentation de logements d?insertion en colocation.

La parole est à Mme GÉGOUT.

Mme Catherine GÉGOUT. - Merci, Madame la Présidente.

Il existe depuis janvier 2006 un lieu de vie qui s?est installé dans l?un des pavillons de l?hôpital Maison Blanche, géré par le centre d?action sociale protestant qui s?adresse à des femmes à la rue, vieillissantes et très désocialisées.

Dans ce lieu, ces femmes sont accompagnées, prennent le temps de se reconstruire et des solutions sont cherchées au fur et à mesure qu?elles sont en capacité de pouvoir évoluer vers d?autres situations personnelles. On commence à avoir quelques résultats puisque cela a commencé en janvier 2006. Un certain nombre de femmes sont déjà sorties de ce lieu vers d?autres solutions. Celles-ci, par ailleurs, peuvent être tout à fait diverses.

Ils ont estimé qu?une solution pouvait être expérimentée pour certaines d?entre elles seulement. Ce sont des femmes qui seraient en mesure d?être dans un appartement, de sortir de cette structure collective mais, trop fragiles pour être dans un appartement seules, elles seraient prêtes à être en colocation avec d?autres, tout en continuant d?être suivies par l?association.

Ceci serait tout à fait intéressant puisque cela leur permettrait de se projeter vers une situation sociale différente et de faire de la place pour d?autres personnes désocialisées pour lesquelles ces places sont bien utiles. L?association proposait que la Ville demande à des bailleurs sociaux d?attribuer à l?association une possibilité d?expérimentation sur 3 ou 4 logements de grande taille dans lesquels chacune puisse avoir sa chambre afin que ce soit un appartement collectif.

Elles pourraient bénéficier de toutes les aides. C?est le système normal d?accompagnement d?une personne dans un logement de cette nature. Nous demandons la possibilité qu?ils puissent expérimenter dès la fin de l?année ce système sur quelques résidentes.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Madame GÉGOUT, je rends hommage aux associations qui font effectivement un travail très précieux, notamment en direction des femmes vieillissantes présentes sur le territoire parisien et francilien.

Nous faisons des efforts considérables, à la fois quantitatifs et qualitatifs, en matière d?hébergement. Nous souhaitons diversifier au maximum l?offre pour mieux répondre aux besoins. Nous avons d?ailleurs interpellé à de très nombreuses reprises le Gouvernement. Nous avons vécu l?installation de tentes à Paris qui a donné lieu à une décision d?ouverture de lieux de stabilisation, cet été. C?est quelque chose que nous demandions depuis fort longtemps. Cependant, la réponse n?est pas encore à la hauteur des besoins, loin s?en faut.

Un engagement a été pris de transformer 400 places à Paris, avant la fin de l?année, pour un fonctionnement 24 heures sur 24 ou avec des horaires élargis. Ces annonces correspondent à des demandes que nous formulions depuis fort longtemps. Nous souhaitons qu?un comité de suivi se réunisse très vite pour suivre la réalisation effective de ces annonces. Au-delà, vous savez ce qu?il en est en terme de productions de place en résidences sociales ou maison-relais, 2.100 places ouvertes à Paris. La programmation de création de places d?hébergement ou de réhabilitation porte sur 1.760 places. S?y ajoute la mise à disposition de 200 logements d?insertion issus du domaine privé de la Ville, gérés par des associations.

Nous avons ajouté une nouvelle démarche récemment, à savoir l?étude d?une expérimentation de sous-location dans le parc privé destinée aux familles en hôtel, sachant que cela va nécessiter une action prospective intensive pour mobiliser ce parc.

Je suis favorable à la demande d?expérimentation de logements d?insertion en colocation car elle peut être complémentaire de ce qui a déjà été entrepris. Simplement, je souhaite qu?elle soit orientée vers le parc privé. Comme vous le savez, le parc social est déjà très fortement mobilisé pour le relogement des foyers vivant dans des immeubles insalubres. Précisément, quand vous parlez de logements de grande taille, ce ne sont pas les plus nombreux et pourtant on a de grandes familles à héberger.

Si vous étiez d?accord pour que l?on s?oriente plutôt vers le parc privé, je vous propose de mutualiser, avec les associations qui souhaiteront intervenir sur le parc privé, les moyens de prospection que nous développerons dans le cadre de l?expérimentation de sous-location pour les familles en hôtel afin de diversifier encore l?offre.

Sur l?idée de chercher un produit en colocation, je suis d?accord. J?ai une nette préférence pour que l?on recherche dans le parc privé car le parc social est déjà très fortement sollicité pour tout le travail de résorption d?insalubrité.

Seriez-vous d?accord, Madame GÉGOUT, pour accepter cet amendement ?

Mme Catherine GÉGOUT. - Oui, si le terme n?en est pas trop lointain.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - On démarrera dès qu?on le peut et au plus vite.

Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u ainsi modifiée, déposée par le groupe communiste.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 18 G).