Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DDEE 24 G - Organisation du forum “Paris pour l’emploi 2005”. - Subvention à l’association “Carrefours pour l’Emploi”. - Montant : 100.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2005


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DDEE 24 G qui porte sur l?organisation du forum ?Paris pour l?emploi 2005?.

Je donne tout d?abord la parole à Mme MAZETIER.

Mme Sandrine MAZETIER. - Mes chers collègues, je voudrais soutenir tout particulièrement ce projet de délibération qui porte sur l?organisation de ?Paris pour l?emploi? édition 2005 et en profiter pour féliciter de tout ce qui est entrepris sous son égide pour l?emploi à Paris, Christian SAUTTER, parce qu?il fait de notre Capitale une place où les investissements affluent et où la courbe du chômage s?inverse. Et c?est tout à son honneur. Je voulais en profiter pour célébrer cet inversement de tendance.

Oui, mes chers collègues de l?opposition, en 2004, l?Ile-de-France a enregistré la plus forte progression des quinze premières métropoles européennes pour ravir la deuxième place à la Catalogne et se rapprocher du grand Londres ! La Région capitale française a ainsi accueilli en 2004 136 nouvelles implantations d?investisseurs étrangers, soit 21 % du total et une progression de 11,3 % par rapport à 2003. C?était suffisamment important pour qu?on le rappelle.

C?est pourquoi je suis vraiment scandalisée quand j?entends certains demander un plan B après que la Ville de Londres ait été choisie pour les Jeux en 2012. Je suis scandalisée que l?on puisse en appeler à un plan B comme si on pouvait tenir pour rien les efforts que cette Municipalité déploie depuis 2001 en matière d?activité économique, d?emploi, mais aussi de transport, de petite enfance, de culture, de sport et de vie étudiante, pourquoi ne pas le dire ? Je suis scandalisée aussi par le peu de vertu de certains députés de la majorité gouvernementale et de M. LELLOUCHE qui attaque sitôt la défaite connue, mais qui jusqu?alors se tenait bien silencieux sur le sujet. Et surtout parce que ceux qui en appellent au plan B aujourd?hui n?ont jamais eu de plan A, en particulier lorsqu?ils étaient aux manettes ! Ce n?est pas moi qui le dis, ce sont les électeurs !

Pour en revenir au projet de délibération ?Paris pour l?emploi 2005?, c?est comme beaucoup d?autres actions de cette Municipalité une preuve de notre volontarisme au service des Parisiennes et des Parisiens. J?y suis particulièrement sensible parce que l?insertion professionnelle des jeunes est un problème très préoccupant et qui n?aura échappé à personne, en tout cas pas à ceux qui font autre chose que des déclarations mesquines à la presse. Le CEREC a publié le mois dernier une étude qui illustre bien les difficultés d?insertion des jeunes diplômés. Sur 100 jeunes - ces chiffres sont assez accablants pour votre Gouvernement -, entrés dans la vie active en 2001, 15 sont toujours au chômage trois ans plus tard et pas seulement chez les moins qualifiés puisque 9 % de ceux qui ont achevé un second ou un troisième cycle du supérieur sont aussi dans cette situation ; 23 occupent des emplois précaires (intérim, CDD, emplois aidés) ; certes 52 sont en contrat à durée indéterminée, mais c?est la situation de plus de 80 % des personnes en emploi.

Ces chiffres ne sont pas étonnants car le taux de réussite dans ce qui fut le DEUG est aujourd?hui de l?ordre de 40 % en moyenne et on a donc chaque année 80.000 étudiants qui sortent du système d?enseignement supérieur, sans qualification, sans diplôme, et qui arrivent sur le marché de l?emploi.

Je me félicite donc de cette nouvelle édition de ?Paris pour l?emploi? parce qu?elle est nécessaire, parce qu?elle a montré par le passé qu?elle était utile à nombre de ceux qui l?ont fréquentée. Pour 49 % des personnes qui viennent à ?Paris pour l?emploi?, il s?agit de jeunes gens qui ont moins de vingt-cinq ans ; 35 % postulent pour un premier emploi ; 63 % recherchent un emploi depuis moins de six mois.

?Paris pour l?emploi? me semble tout à fait correspondre aux attentes des demandeurs d?emploi à Paris, y compris des plus jeunes d?entre eux et des étudiants. La Délégation à la vie étudiante participera à cette prochaine édition et mobilisera tous les moyens de la communauté universitaire parce que nous ne pouvons pas nous résoudre à laisser les jeunes désarmés face à la situation que ce Gouvernement leur crée. C?est cela le plan A ; c?est se battre pied à pied contre les inégalités, contre les injustices ; c?est préparer et parier sur l?avenir ; c?est ce que la Municipalité fait avec Christian SAUTTER depuis 2001 et c?est ce que nous continuerons à faire.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je donne la parole à Mme MARTINET.

Mme Marie-Pierre MARTINET. - Pour poursuivre après cet éloge à l?action de M. SAUTTER, j?aimerais faire un préalable. Vous nous avez fait parvenir, par la voie du Secrétaire général de la Ville, le rapport d?activités des services 2004 et, en page 12 de ce document, on peut lire que le Forum de l?emploi 2004 a créé 4.400 emplois.

Ce serait une bonne nouvelle si ces emplois avaient bel et bien été créés et s?il ne s?agissait pas d?emplois vacants. Si cela avait été le cas, Monsieur le Président, je peux vous assurer que le groupe ?Les Verts? aurait été un soutien inconditionnel à l?organisation d?un forum tous les mois !

Cela étant dit, afin que tous les membres de cette Assemblée puissent apprécier l?apport que constitue la Ville dans la lutte contre le chômage sur son territoire et au sein de l?Ile-de-France - sachant que nous ne disposons pas de tous les chiffres que vient d?énoncer Mme MAZETIER et que nous ne participons pas toutes et tous au Comité pour l?emploi - je pense qu?il serait opportun de diffuser avec la délibération, pour l?édition 2006 qui aura malheureusement lieu - s?il n?y avait plus de chômage, cela se saurait -, le bilan récapitulatif de la manifestation, tel que prévu dans la convention.

J?attire juste votre attention sur quelques éléments qu?il me semblera important de connaître : la nature des contrats qui seront signés, le nombre de C.D.I., de C.D.D. ou de contrats aidés, les temps pleins et les temps partiels avec éventuellement les taux horaires pour ces catégories de contrat, la répartition géographique des emplois qui sont proposés, la répartition hommes/femmes par catégorie et, pour les personnes au chômage, la durée moyenne de celui-ci.

Cela nous semble intéressant pour compléter nos points de vue. J?imagine que l?analyse a déjà été faite par les partenaires. Toutefois, la mise en perspective pertinente des emplois offerts et l?étude de l?impact à court ou moyen terme sur le développement économique de Paris et la Région Ile-de-France permettraient aussi des correctifs ou des actions à entreprendre pour améliorer encore, si possible, le dispositif, notamment au regard des attentes des entreprises ou des personnes offrant leurs compétences pour un emploi.

Voilà les quelques réflexions que je souhaitais soumettre à notre Assemblée.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Madame la Présidente, je suis content que le Conseil de Paris se penche sur le ?Carrefour pour l?emploi?. C?est une initiative de la Ville, mais qui est menée conjointement avec le Conseil régional, la Chambre de commerce et d?industrie de Paris, l?A.N.P.E. que certains critiquent trop facilement et l?organisation logistique est assurée par une association très dynamique, ?Carrefours pour l?Emploi? dont le secrétaire général, Michel LEFEVRE, mérite tous les éloges.

Nous allons donc recommencer les 13 et 14 octobre la troisième édition des Carrefours pour l?emploi sur le Champ de Mars, et j?en remercie au passage le Maire du 7e arrondissement qui a bien voulu que cette manifestation se tienne à nouveau sur la partie non gazonnée du Champ de Mars.

Sandrine MAZETIER a raison de dire que pour les jeunes, notamment ceux qui sortent de l?université sans emploi, c?est une opportunité de rencontrer des employeurs et d?avoir un dialogue qui les mette en confiance, parce que lorsqu?ils ont connu cet échec, ils ont souvent du mal à avoir confiance dans leurs capacités. Nous allons donc continuer à nous adresser particulièrement à ce public de jeunes et d?étudiants. J?aurai plaisir, Madame MAZETIER, à visiter avec vous le Forum ?Paris pour l?emploi?, et d?ailleurs je le ferai avec tous les élus, élues ou élus, qui le souhaiteraient.

Mme Marie-Pierre MARTINET, avec la rigueur qui la caractérise, a raison de dire qu?il ne s?agit pas d?emplois créés, mais elle a cité un document par ailleurs remarquable du Secrétaire général de la Ville. Ce sont des emplois qui existaient, qui n?étaient pas pourvus et qui ont été ainsi si je puis dire occupés, parce que - et c?est un paradoxe dans notre ville et dans notre pays - dans un certain nombre de secteurs tels que l?hôtellerie, la restauration, le bâtiment, voire les services informatiques, voire la finance, des emplois disponibles ne trouvent pas preneurs.

J?accepte donc volontiers cette correction, mais l?impor-tant, c?est que 4.400 jeunes et moins jeunes qui n?avaient pas d?emploi en ont trouvé un grâce à la deuxième édition de ?Carrefour pour l?emploi?.

Vous souhaitez un forum par mois, mais cela existe, Madame MARTINET. De nombreuses mairies d?arrondissement organisent des forums pour l?emploi, soit généralistes tous publics, toutes professions, soit spécialisés sur certains publics ou sur certaines professions. Je voudrais profiter ici de l?occasion que vous m?offrez pour remercier tous les maires d?arron-dissement, car à peu près tous les maires d?arrondissement organisent maintenant des forums pour l?emploi qui donnent des résultats certainement positifs.

Vous souhaitez qu?on ait davantage d?information sur ceux qui ont retrouvé ainsi du travail, sur la nature de leur contrat. On va essayer de vous faire plaisir, comme d?habitude, mais c?est assez difficile parce que c?est en fait l?A.N.P.E., l?Agence nationale pour l?emploi qui doit courir derrière les employeurs pour leur demander ce qu?ils ont fait effectivement. On va essayer d?avoir le maximum d?informations dans le but, vous l?avez dit, d?ajuster au mieux possible d?année en année le ?Carrefour pour l?emploi? au plus près des besoins des demandeurs d?emploi.

Je remercie les deux intervenantes. Je soulignerai peut-être - c?est mon côté budgétaire, séquelle de ce matin - que cette manifestation coûte 1 million d?euros, la collectivité parisienne y consacre 100.000 euros, c?est l?objet du projet de délibération qui vous est proposé, plus 60.000 euros de prestations en nature. Maintenant, quand on me demande des subventions excessives, je compte cela en module ?Carrefour pour l?emploi?. Je trouve que 160.000 euros pour 4.400 emplois, c?est relativement performant.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 24 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DDEE 24 G).